Publié dans Editorial

Attention !

Publié le vendredi, 21 juillet 2023

Erreur aux autres ! Tout le monde a eu tort sauf moi !  Mettre sur le dos des autres la responsabilité des défaillances commises relève d’une mauvaise foi. C’est trop simple d’avancer que les détracteurs du régime ont réussi à semer la pagaille au cours de cette session 2023. Un constat qui dédouanerait la charge des principaux responsables.

La session du Bac 2023 qui vient de s’achever fut le théâtre, du moins pour certains centres d’examen, d’anomalies graves. On peut le dire sans contour qu’elle a été, dans l’ensemble, bâclée. Nombre insuffisant de surveillants notamment à Tanà qui suppose un manque de sérieux dans le déroulement des examens en salles. Le ministère a dû recourir à des surveillants de … fortune. Des membres du personnel administratif et des étudiants ont été réquisitionnés. Finalement, c’est du n’importe quoi ! C’est trop vite de taxer les opposants détracteurs d’être derrière ce gap et de cette mauvaise organisation.

Les coupures d’électricité de la JIRAMA qui gâchent le bon déroulement de la session affectent beaucoup sur la sérénité des candidats. Certes, les délestages en pleine session ne peuvent pas être imputés aux responsables des examens. La Compagnie nationale porte le chapeau des défaillances.

Mais le gros du problème de cette session 2023 revient aux fuites de sujet d’Histoire-Géographie. L’Histo-Géo fait partie des matières fondamentales pour toutes séries en particulier pour celles A1, A2, les matières littéraires. Seulement, vu le volume et l’épaisseur des leçons d’Histoire et de Géographie à apprendre, il est toujours difficile de maîtriser cette discipline. Avoir une bonne note en H-G au Bac améliore les chances de réussite. D’où la tentation de se verser dans les fraudes. Pour ceux ou celles amateurs de l’argent facile, proposer des sujets, les vrais, d’Histo-Géo au Bac fait bien leurs affaires. Les candidats peu crédibles se bousculent pour enfin se les procurer.

C’est gratuit d’affirmer que les fuites de sujets dont il est question au pays sont l’œuvre des détracteurs. Difficile sinon improbable d’admettre que les opposants au régime sont parvenus à percer le « bunker » à l’intérieur duquel les sujets ont été sécurisés. Pour qu’il y ait fuite il faut bien faire sortir le sujet à l’extérieur de la « forteresse ». Cela ne peut être l’œuvre d’un ou des individus d’extérieur. Donc, forcément cela vient de l’intérieur. Ce qui revient à déduire que le ver est à l’intérieur … du fruit. Cela va de soi !  Ainsi, la responsabilité des détracteurs, s’il en est le cas, se situe au second degré. Ils ne font que profiter de la défaillance pour le jeter sinon l’étaler sur la place publique, évidemment pour salir les tenants du régime. Donc, il faut faire attention de ne pas confondre les choses. 

Qui sont donc les vrais responsables des fuites provoquant ainsi le chaos ? De l’autre côté, il va falloir soulever la montée en puissance, selon le dernier rapport établi, des ravages de la corruption. Ce n’est pas non plus la faute aux détracteurs. Cette corruption envahissante explique en partie cette vague de fuites. Il faut faire attention.

On comprend mieux si le Chef de l’Etat met sur les épaules des opposants déstabilisateurs les tentatives d’inciter aux troubles du fait que ces derniers en profitent pour semer la pagaille.

 

Ndrianaivo

Fil infos

  • Actu-brèves
  • Affaire Romy Andrianarisoa - Fanirisoa Ernaivo et consorts dépités
  • Législatives - Des ministres candidats
  • Attaque visant un commerçant à Fenoarivo-Atsinanana - Un ancien employé comme présumé commanditaire
  • Indonésie- Madagascar - Une coopération bilatérale en plein essor
  • Emeute à Ankazomiriotra - Des armes de la Gendarmerie disparues
  • Ile Maurice - Des jeunes filles malagasy forcées de se prostituer
  • Enseignement technique - Le LTP Ampasampito objet d’une complète réhabilitation 
  • Détournement de véhicules au ministère de la Santé publique - Un fonctionnaire et un propriétaire de garage sous les verrous
  • Députations - La caution quadruplée
Pub droite 1

Editorial

  • L’effritement
    L’Opposition se disloque ! Le C 11, entendre Collectif des 11 candidats, s’évanouit ! Le régime Orange n’a pas contrepoids crédible en face. Emportés par le souffle de la déflagration de l’éclatante victoire du candidat n° 3, Rajoelina Andry Nirina, les cadors de l’Opposition ne s’en remettent pas. Abasourdis, ils peinent à savoir où mettre les pieds ! Traumatisés, certains de ces malheureux perdants disparaissent des écrans de radars. Et pour cause ! En réalité, il n’existe pas à Madagasikara une Opposition politique répondant aux normes universellement reconnues. Une Opposition comme étant une force de proposition à la hauteur des attentes de la population. Une Opposition maîtrisant les arcanes de la gestion des affaires nationales et capable de tenir un débat d’idées sans passion déplacée fait défaut. Une force d’alternance de nature à prendre le relais selon le verdict des urnes démocratiquement correct laisse à désirer. En fait, le pays…

A bout portant

AutoDiff