Publié dans Editorial

Nulle autre

Publié le jeudi, 26 octobre 2023


Existe-t-il une issue conduisant le pays vers le règlement des conflits entre les protagonistes et vers la paix civile autre que celle passant par l’élection ? Apparemment, non. Sauf par la voie des urnes où le peuple souverain décide. Il détient, à lui-seul, le pouvoir de départager les postulants à des postes électifs comme la magistrature suprême du pays, les parlementaires et édiles communaux.
La Grande île est tiraillée, en cette période tumultueuse avant le vote, par des  militants aux idées obtuses et des responsables faisant preuve de fermeté. Les positions n’ont, pour le moment, aucune chance de se rapprocher. Des idées fixes qui se durcissent au fil du temps. Deux blocs inconciliables,  durs comme les rochers, s’affrontent autour de l’élection présidentielle devant avoir lieu ce mois prochain (novembre). Un sujet explosif risquant de démolir les espoirs de reconstruction du pays.
Dès le début de l’année, les positions sont diamétralement opposées. Comme des chiens de faïence,  deux camps se toisent. Bataille de communiqués, déversements de fausses nouvelles, embrasement de la toile, bref des chamailleries et des enfantillages creux polluent l’atmosphère.
Le camp de l’Opposition  échaudé par les chefs d’église (FFKM) réclame, à cor et à cri, la tenue d’une  conférence nationale. Les grosses têtes du RMDM, en première ligne l’ancien Chef d’Etat Ravalomanana Marc, s’évertuent à démontrer la nécessité de passer par une concertation nationale avant d’aboutir à une éventuelle élection. Ils bétonnent l’idée selon laquelle le pays traverse « une crise » qu’il faille d’abord et à tout prix régler avant toute consultation populaire. Des sujets de discorde que les fidèles au mode opératoire secouant le régime en place et menaçant à tout moment la stabilité du pays chérissent. Les Ravalomanana Marc, Hery Rajaonarimampianina, Rolland Ratsiraka, Hajo Andrianainarivelo et bien d’autres, ayant déposé leurs dossiers de candidature et ayant payé les cautions de 200 millions d’ariary intensifient leur mouvement en orientant la « lutte » vers d’autres horizons dont l’ultime objectif vise le report aux calendes grecques le scrutin du 16 novembre. Les onze candidats moins un membre du collectif croient dur comme fer l’inopportunité d’aller aux urnes à la date prévue. Il faudrait bien avant, disent-ils, se mettre autour d’une table pour discuter affaires nationales qui, selon toujours les membres du collectif, comportent en elles des problèmes à résoudre. Certains observateurs s’étonnent tout de même des agissements de nos politiciens dans leur manœuvre qui visiblement manque de poigne et du sérieux. Ils persistent dans une position difficilement défendable.
Pour sa part, le camp du pouvoir maintient mordicus une position qui n’a changé d’un seul iota depuis le début de la saga. Du sommet de l’Etat aux membres du Gouvernement, on défend la même ligne, quelle que soit la tournure des évènements. D’Iavoloha à Mahazoarivo, on martèle qu’il n’y a pas de crise à Madagasikara pouvant nécessiter sinon justifier la tenue encore moins l’organisation d’une quelconque « rencontre » à l’échelle nationale. Une conférence ou concertation nationale n’a pas de raison d’être. Et pour cause, il n’y a pas de crise à Madagasikara. Il y a tout juste des fantasmes mal assimilés.
Le régime par le biais du Gouvernement collégial et leurs sympathisants prêchent la nécessité absolue d’aller au vote ce 16 novembre. Nulle autre issue ne conduira vers la sortie.   
Ndrianaivo                                


Fil infos

  • Actu-brèves
  • Affaire Romy Andrianarisoa - Fanirisoa Ernaivo et consorts dépités
  • Législatives - Des ministres candidats
  • Attaque visant un commerçant à Fenoarivo-Atsinanana - Un ancien employé comme présumé commanditaire
  • Indonésie- Madagascar - Une coopération bilatérale en plein essor
  • Emeute à Ankazomiriotra - Des armes de la Gendarmerie disparues
  • Ile Maurice - Des jeunes filles malagasy forcées de se prostituer
  • Enseignement technique - Le LTP Ampasampito objet d’une complète réhabilitation 
  • Détournement de véhicules au ministère de la Santé publique - Un fonctionnaire et un propriétaire de garage sous les verrous
  • Députations - La caution quadruplée
Pub droite 1

Editorial

  • L’effritement
    L’Opposition se disloque ! Le C 11, entendre Collectif des 11 candidats, s’évanouit ! Le régime Orange n’a pas contrepoids crédible en face. Emportés par le souffle de la déflagration de l’éclatante victoire du candidat n° 3, Rajoelina Andry Nirina, les cadors de l’Opposition ne s’en remettent pas. Abasourdis, ils peinent à savoir où mettre les pieds ! Traumatisés, certains de ces malheureux perdants disparaissent des écrans de radars. Et pour cause ! En réalité, il n’existe pas à Madagasikara une Opposition politique répondant aux normes universellement reconnues. Une Opposition comme étant une force de proposition à la hauteur des attentes de la population. Une Opposition maîtrisant les arcanes de la gestion des affaires nationales et capable de tenir un débat d’idées sans passion déplacée fait défaut. Une force d’alternance de nature à prendre le relais selon le verdict des urnes démocratiquement correct laisse à désirer. En fait, le pays…

A bout portant

AutoDiff