Publié dans Editorial

Menace permanente

Publié le vendredi, 27 octobre 2023

Une importatrice et gérante d’un magasin de gros aux 67 Ha, d’une quarantaine d’années, fut mortellement agressée à Toamasina. Une jeune femme d’une vingtaine d’années, cousine d’un confrère, victime d’une tentative de viol, trouva la mort de façon barbare et d’une atrocité inouïe à Ambohidratrimo. Une mère de famille a été assassinée à son domicile à Anjeva-Gara. En somme, en l’espace d’une semaine, trois descendantes d’Eve ont trouvé cruellement la mort. A ce rythme, la Grande île atteindrait le niveau de criminalité de certains pays comme l’Afrique du Sud ou des Etats-Unis d’Amérique où le taux de criminalité atteint un stade troublant et inquiétant.

Certes, on n’est pas à un meurtre toutes les deux heures rencontré ailleurs mais la tendance actuelle risque fort d’en arriver là. Sans noter les vols à main armée la nuit comme du jour. A Besarety, en plein jour, au beau milieu de la rue, une bande de voyous armée dérobe une sacoche au vu et au su de tous. Personne n’a pu rien faire ! Et que dire de ces séries noires d’attaques ciblées des postes de  Cash point  causant la mort subite de ces jeunes gérantes partout dans le pays. Et la liste est longue ! Ce ne sont que des exemples, la partie émergée de l’iceberg, qui ne reflètent en rien la réalité. Occultant expressément l’incurie des acteurs politiques qui, en fait, donne du fil à retordre pour les intérêts supérieurs de la Nation. Le triste phénomène devient, à la longue, une menace permanente pour l’avenir de tous les Malagasy.

A ceux ou celles amateurs des jeux frottant les méninges, les mots croisés ou fléchés, ils auraient dû croiser, au moins une fois, un tel énoncé « menace permanente » pour 10 cases. Ils trouveront le mot juste « Insécurité ». En effet, le pays vit sous la menace permanente de l’insécurité.

Dans l’une de nos précédentes livraisons notamment celle du 3 octobre dernier « Règne du bordel », il nous a été offert l’occasion d’alerter, d’interpeller l’opinion surtout les responsables étatiques sur l’état critique et dégradant de la situation plus particulièrement celle relative à l’insécurité. Une responsabilité que nous assumions entièrement. La Ville des Mille et environs sont livrés à eux-mêmes face aux griffes impitoyables des fauves, de vrais  prédateurs sans foi ni loi. La population, sans distinction de niveau de vie ni de région, devient une proie facile des « bêtes féroces ». En réalité, on a l’impression de vivre en pleine forêt vierge de la jungle où la loi du plus fort fait office.

Incontestablement, la misère se trouve à l’origine de la crise sécuritaire. Le chômage qui frappe de plein fouet pousse à des méfaits. Mais, il n’y a pas que la pauvreté. La recrudescence des faits de banditisme résulte aussi par une certaine gabegie au niveau de certains responsables publics. La défaillance des dispositifs sécuritaires ne tombe pas du ciel. Elle découle de la gabegie récurrente. Le phénomène du laisser-aller gagne en intensité et affecte plusieurs secteurs.

Drame ! Cet état lamentable de la situation sécuritaire va de mal en pis. Les termes s’avèrent manquants pour qualifier, au juste, la gravité de la situation. 

Vivre au quotidien sous la menace permanente de l’insécurité nous pèse trop.

 

Ndrianaivo

Fil infos

  • Actu-brèves
  • Affaire Romy Andrianarisoa - Fanirisoa Ernaivo et consorts dépités
  • Législatives - Des ministres candidats
  • Attaque visant un commerçant à Fenoarivo-Atsinanana - Un ancien employé comme présumé commanditaire
  • Indonésie- Madagascar - Une coopération bilatérale en plein essor
  • Emeute à Ankazomiriotra - Des armes de la Gendarmerie disparues
  • Ile Maurice - Des jeunes filles malagasy forcées de se prostituer
  • Enseignement technique - Le LTP Ampasampito objet d’une complète réhabilitation 
  • Détournement de véhicules au ministère de la Santé publique - Un fonctionnaire et un propriétaire de garage sous les verrous
  • Députations - La caution quadruplée
Pub droite 1

Editorial

  • L’effritement
    L’Opposition se disloque ! Le C 11, entendre Collectif des 11 candidats, s’évanouit ! Le régime Orange n’a pas contrepoids crédible en face. Emportés par le souffle de la déflagration de l’éclatante victoire du candidat n° 3, Rajoelina Andry Nirina, les cadors de l’Opposition ne s’en remettent pas. Abasourdis, ils peinent à savoir où mettre les pieds ! Traumatisés, certains de ces malheureux perdants disparaissent des écrans de radars. Et pour cause ! En réalité, il n’existe pas à Madagasikara une Opposition politique répondant aux normes universellement reconnues. Une Opposition comme étant une force de proposition à la hauteur des attentes de la population. Une Opposition maîtrisant les arcanes de la gestion des affaires nationales et capable de tenir un débat d’idées sans passion déplacée fait défaut. Une force d’alternance de nature à prendre le relais selon le verdict des urnes démocratiquement correct laisse à désirer. En fait, le pays…

A bout portant

AutoDiff