Publié dans Editorial

Test de grandeur nature

Publié le dimanche, 28 avril 2024

Le marché trihebdomadaire, du vendredi au dimanche, à Analakely devait prendre effet ce week-end dernier. Les autorités de la Commune urbaine d’Antananarivo (CUA), sous la houlette du président de la délégation spéciale (PDS) Ramanambintana Richard ont pris des mesures courageuses et parfois impopulaires tendant à réorganiser le grand et historique marché de la Capitale à Analakely. 

Point d’histoire. Le marché d’Analakely qui se tenait principalement jadis le jour du « Zoma », vendredi,  existe depuis les époques royales. Ce qui valait l’ancien nom de ce site légendaire  d’Analakely sur l’ancienne esplanade « Anjoma ». Le grand Roi Andrianampoinimerina organisait selon les jours de la semaine les marchés au cœur de l’Imerina : Alatsinain’ny  Ambazaha, Talatan’ny Volonondry, Alarobian’Ambatomanga, Alakamisin’ny Fenoarivo, Zoma an ‘Analakely, Sabotsin’ny Namehena. Ce furent des lieux d’échanges hebdomadaires où les Ambanilanitra « sujets du roi » se retrouvèrent pour échanger leurs produits vivriers au moyen des trocs et aussi surtout de se partager des nouvelles de la famille et également pour faire la rencontre, éventuellement, de son futur conjoint ou pour des rendez-vous galants, etc. Selon la volonté du Roi, le site du marché était considéré comme un lieu sacré où  il fut formellement interdit de le profaner. Andrianampoinimerina élevait l’endroit du marché au rang de Palais royal. D’après « Ny Roambinifolo mahafaty », les douze crimes passibles de la peine capitale, toute tentative de vol ou crime  quelconque commis à l’intérieur du Lapa tout comme dans le périmètre du marché sera passible d’une sentence capitale, la peine de mort. 

A l’époque coloniale et durant l’ère AKFM, l’Anjoma va connaitre de notables changements entre autres l’agrandissement de son espace. Le petit marché du Zoma d’Analakely sur l’esplanade allait  s’étaler de l’actuelle Stèle-Sida jusqu’à la Gare Soarano, sur l’Avenue Fallières, à l’époque, Avenue de l’Indépendance ou la « Place du Treize Mai » d’aujourd’hui appelée communément « Antanimalalaka ». Ce fut le plus grand marché à ciel ouvert du monde. A signaler que les touristes appréciaient beaucoup de faire un petit tour en toute quiétude au Zoma. Ce fut la belle époque ! Le maire Guy Willy Razanamasy dut faire évacuer le lieu. Et pour cause, l’indiscipline et l’insécurité flagrantes qui y règnent plus tard. Et on est toujours là ! Un grand dommage pour la Capitale.

Ramanambintana Richard et son équipe se donnent comme objectif ultime d’apporter une touche nouvelle à Antananarivo, dans l’ensemble, et à Analakely en particulier. Eradiquer l’indiscipline et le laxisme se trouve au rang des premières priorités. D’ailleurs, le PDS Richard Ramanambintana, à peine nommé, se fixe en première ligne un ambitieux objectif, « le retour de la dignité de la Ville des Mille ».

A part la propreté, il va falloir donc ramener l’ordre et la sécurité sur ce légendaire marché d’Analakely. L’enjeu consiste au balancement en rue piétonne la voie allant de la Stèle-Sida jusqu’à l’EPP d’Analakely du lundi à jeudi et en jours de marché du vendredi au dimanche. La mise en œuvre de ce marché trihebdomadaire constitue la première grande initiative du locataire de l’Hôtel de ville d’Analakely. C’est un test de grandeur nature pour lui !

Aux dernières nouvelles, le marché trihebdomadaire a été reporté sine die. Mais, le test est passé. A nous d’en noter ! 

 

Ndrianaivo

Fil infos

  • Nouveau Gouvernement - Les lobbyings agitent en coulisses
  • Eradication de la poliomyélite - Fy, jeune influenceuse et défenseuse des jeunes pour la vaccination
  • Nouveau Gouvernement - Après Paris, Bissau et Luanda ?
  • ACTU-BREVES
  • Actu-brèves
  • Nouveau Gouvernement Ntsay Christian - Amputé de deux poids lourds
  • Prétendus « sujets Bacc » - Deux facebookers arrêtés
  • Edgard Razafindravahy à la tête de la COI - Rayonnement de Madagascar dans l'Océan indien 
  • ACTU-BREVES
  • Actu-brèves

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Secteur combatif
    Le tourisme, le fer de lance pour la relance de l’économie nationale, se trouve en tête de la ligne du front dans la bataille sans merci contre la malédiction, si on peut s’exprimer ainsi, qui semble s’éterniser. En effet, il faut batailler dur si l’on veut briser à jamais le blocage en béton gênant la remontada. En diapason avec le ministère des Transports et de la Météorologie, le département du Tourisme et de l’Artisanat, en tête de peloton, sous l’impulsion de l’inamovible ministre Randriamandranto Joël conduit en tandem avec le ministre Ramonjavelo Manambahoaka Valéry Fitzgerald, le combat. En fait, les ministères du Tourisme et des Transports sont deux départements appelés à unir leur force dans un cadre de stratégie commune afin de coordonner les actions.

A bout portant

AutoDiff