Publié dans Editorial

Pour l’intérêt supérieur... !

Publié le mardi, 19 février 2019

Lors de la première mission du nouveau Président malagasy à l’extérieur, au 32 ème Sommet de l’UA, Rajoelina Andry Nirina profitait de l’occasion pour tisser le maximum de liens au nom de l’intérêt supérieur de la Nation. En effet, la quête des intérêts des 25 millions de Malagasy dictait les mobiles des contacts dans la capitale éthiopienne. L’audience accordée à Akinwmi, Dg de la Banque africaine de développement (BAD), sortit du lot. Les problèmes récurrents de la JIRAMA figuraient au centre de l’entrevue. Le Président malagasy soumet à son interlocuteur la possibilité pour la JIRAMA d’importer directement du fuel lourd de l’extérieur, et cela, afin de pouvoir réduire à la baisse le coût du carburant faisant tourner les machines de la société nationale. Par voie de conséquence, on pourrait envisager l’opportunité, à la fois d’augmenter la production d’énergie et au même moment, réduire la facture à payer. Un double avantage qui correspond aux objectifs de l’IEM et qui, en même temps, répond aux attentes de la population.


Apparemment, la tentative positive du jeune Chef d’Etat, très sensible aux intérêts des Malagasy, notamment les usagers de la JIRAMA, ménages et acteurs économiques confondus, se voit confronter aux intérêts des grandes compagnies pétrolières opérant à Madagascar. Elle déclencha immédiatement le courroux de ces multinationales tentaculaires. Se sentant menacées par l’initiative louable du Président, elles avaient pris des mesures de rétorsion de nature à étrangler, sans autre forme de procès, la société nationale JIRAMA et dont les impacts influent directement aux usagers. Délestages et coupures d’eau reviennent en puissance. Dans plusieurs quartiers de la Capitale à l’image de celui d’Antanimena, la coupure d’eau durait toute la journée du samedi 16 février sans évoquer les délestages d’au moins six heures par jour. Le ras-le-bol généralisé qui en découle frappe frontalement le tout nouveau régime. Des situations abusives de la part de grandes compagnies « capitalistes », de ce genre, avaient attisé la tentation de certains dirigeants, de l’époque, à imposer une politique totalitaire. Et cela, afin de « protéger » le bas peuple. Seulement, il y a toujours les dérapages, le propre de l’homme quelquefois, qui aboutit au final à la dictature. Malheureusement, la dictature socialiste dans la plupart des cas, mène tout droit vers la ruine.


Mais, pour l’intérêt supérieur de la Nation, tout dirigeant de pays réellement conscient de son devoir et de la mission sacrée que le peuple lui confie, se doit de chercher toutes les voies et les moyens à la disposition pour résoudre la situation d’une crise donnée. Il est inadmissible pour un peuple en détresse de tolérer les écarts de conduite de certaines grandes compagnies étrangères qui, au final,  ont tendance à « étrangler » les petites gens (vahoaka madinika) à chaque fois que leurs intérêts exorbitants se trouveraient menacés. Pour l’intérêt supérieur de la Nation, il faut à tout prix prendre toutes les dispositions qui conviennent, autrement la colère générale prendrait le dessus. Certains quotidiens de la Capitale n’hésitèrent pas à qualifier de « sabotage » le comportement de ces géants pétroliers. Il appartient aux tenants du pouvoir de faire en sorte que le peuple ne subisse les vicissitudes des pressions étrangères. Et tout cela, encore et toujours, pour l’intérêt supérieur de la Nation !
Ndrianaivo

Fil infos

  • Meurtre d’un opérateur économique français - Le principal suspect extradé de Madagascar
  • AG des Nations unies - Renforcement des capacités pharmaceutiques de l’Afrique souhaité
  • 332 millions $ d’aide non remboursable du FMI - La plaidoirie de Rajoelina fait mouche
  • Membres du Gouvernement - La descente sur le terrain continue
  • Lu sur le Net - Madagascar, pays sans Covid et sans dictature vaccinale
  • Andry Rajoelina sur les îles Eparses - Appel à une veille « bienveillante et cohérente » des Nations unies
  • Acte de banditisme à Tsiazotafo - La propriétaire d’un magasin délestée d’1 million Ar
  • Assemblée générale des Nations unies - Le President Rajoelina rencontre le SG Antònio Guterres
  • Midongy- Atsimo - Quarante-cinq morts dans un affrontement
  • Assemblée générale des Nations Unies - Une première pour le Président élu Andry Rajoelina

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Projets délirants ?
    Fous ! Chimériques ! Utopiques ! Tels sont les termes signifiant comment les sceptiques voient les projets présidentiels. Des projets pharaoniques, impossibles disent les uns. Fruits de la rêverie d’un jeune visionnaire ironisent les autres. En effet, étant vu les capacités matérielles limitées de la Grande île, compte tenu des ravages de la pandémie et considérant les besoins nécessaires pour la relance économique, les concrétisations de grands projets dans un contexte pareil relèvent de la délire, un pari inaccessible ! Contre toute appréhension et en dépit des doutes, lesdits projets prennent forme l’un après l’autre. Du moins en phase d’être pour certains cas.Projet « Tanamasoandro » à Antananarivo et environs. Quand le roi Andrianjaka (1610-1630) investit la colline d’Analamanga en 1610 et fonda la « Cité des Mille » (guerriers) en chassant les Vazimba, la plaine d’en-bas (Plaine d’Antananarivo) n’était qu’un espace désert. Il a fallu le transformer en zone…

A bout portant

AutoDiff