Publié dans Editorial

Coudées franches.

Publié le mercredi, 20 février 2019

Réunie en séance privée dans la matinée du mercredi 13 février 2019, la Haute Cour Constitutionnelle (HCC) déclara conforme à la Constitution la loi 2019-001 autorisant le président de la République à légiférer en lieu et place du Parlement, et pour cela, dans un cadre bien déterminé pour  un temps limité. Rappel, le nouveau Chef d’Etat Rajoelina Andry Nirina, évitant tout risque d’un vide institutionnel pouvant bloquer les actions d’urgence du Gouvernement, soumit au Parlement une loi l’autorisant à légiférer par ordonnance en l’absence du parlement.
Au final, les deux chambres ont voté la loi 2019-001 soumise par l’Exécutif. En effet, le 1 er février, l’Assemblée Nationale  l’adopta par une large majorité. Tandis que, le Sénat fit de même le 5 février. Ainsi, sollicitée par le président, pour le besoin du contrôle de constitutionnalité, la HCC décida la  conformité de la loi votée et prit le soin de délimiter le cadre précis au-delà duquel l’Exécutif ne pourra, en aucun cas, dépasser.


De toute évidence, la fameuse loi 2019-001 donne le feu vert sinon les coudées franches au président Rajoelina Andry Nirina d’engager la vitesse supérieure à la mise en œuvre du vaste programme défini à travers l’IEM qui, rappelons-le, le point- phare de la campagne électorale le conduisant à la victoire. Il peut, d’ores et déjà, légiférer par ordonnance au profit de toutes les actions prioritaires pour venir en aide d’urgence au peuple. Comme nous l’avions constaté que, ces 30 premiers jours d’existence, le nouveau régime sous la conduite éclairée et bienveillante de notre jeune Chef d’Etat ne tergiverse point. Les nouveaux maitres du pays prennent très au sérieux les engagements pris, en l’occurrence, les Velirano. Rajoelina est profondément conscient que le peuple ne lui pardonnera si jamais il viendrait à trahir de ses promesses. Il n’a point le droit de manquer à ses devoirs dont, pour la plupart sinon tous s’avèrent urgents.
Pour ainsi dire, il est impensable de devoir attendre la mise en place de la nouvelle Assemblée pour, enfin, prendre les dispositions nécessaires, « tout est urgence ! » Le combat ne fait que commencer, les cinq mois au cours desquels Rajoelina pourra user la loi 2019-001 ne seraient qu’un « petit sursis » dans un cas de  figure où le régime-IEM ne parviendrait pas à obtenir la majorité indispensable au Parlement, en particulier, à l’Assemblée Nationale. C’est une nécessité vitale pour le nouveau président pour qu’il ait les coudées franches dans toutes les actions à entreprendre, et ce, pour honorer les Velirano. A tout prix, il ne faut point qu’il soit pris au piège du guet-apens de la démocratie dont sont victimes, sous d’autres cieux, les Theresa May (Brexit, Royaume-Uni), les Donald Trump ( Shutdown, USA) ou les Pedro Sanchez (Espagne). En fait, dans les pays cités en haut, le Gouvernement se trouve bloqué par les sautes d’humeur d’un Parlement ou d’un Congrès hostile à son programme.
Le nouveau régime-IEM a grandement intérêt à gagner la confiance du peuple à travers une majorité confortable et stable au Parlement surtout à Tsimbazaza. Les funestes pratiques des « tablettes et mallettes », chères au régime-HVM, sont désormais révolues et indignes d’un Dirigeant qui ambitionne d’instaurer dans le pays le concept de l’impunité zéro. Voilà, l’ère nouvelle profile réellement à l’horizon.

Fil infos

  • Paiement des bourses - Solution en cours malgré tout
  • Traitement de Covid-19 - Le couple Rajoelina met du baume au cœur des malades
  • La Fièvre de la Vallée du Rift frappe de nouveau - Un millier de têtes de cheptel atteint
  • Serial killer - Un quinquagénaire récidiviste fut repris
  • Destitution du maire élu de Nosy Be - La décision controversée du Conseil d’Etat suspendue
  • Haute Cour constitutionnelle  - Les nouveaux juges d’Ambohidahy prennent fonction
  • Trafic d’influence et usurpation de titre - Un assistant parlementaire déféré au Parquet
  • Réunion du TIM et RMDM - Trêve ou mauvais coup en préparation ?
  • Prix exorbitants et détournement de médicaments - Des répressions sévères attendent les contrevenants !
  • Un parfum de scandale à Nosy Be - Avec 5% de voix, un candidat déclaré maire

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Et… la vie continue !
    La pandémie de Covid-19, variant sud-africain, assomme le pays. Le dernier bilan affiche la gravité et la dangerosité du virus. On parle, sans ambages, de record de nouveaux cas. La barre de cinq-cent-cinquante (nouveaux cas) est dépassée en une journée (du 8 au 9 avril) ! Et celle du décès atteint même au-delà de dix. La page « nécro » des quotidiens de la Capitale est prise d’assaut. Analamanga détient toujours le triste palmarès avec quatre-cent-trente-neuf (nouveaux cas). Et on n’est pas encore au bout de nos peines. Personne n’est en mesure d’anticiper à quand le bout du tunnel ! Catastrophique ! Apocalyptique ! Mais, attention ! La vie continue ! Et les problèmes classiques sinon « traditionnels » continuent aussi de sévir, redoublent même d’intensité. Que les tenants du pouvoir ne se trompent pas. Au front, ils ont en face non pas un seul « ennemi » (le variant…

A bout portant

AutoDiff