Publié dans Editorial

Coudées franches.

Publié le mercredi, 20 février 2019

Réunie en séance privée dans la matinée du mercredi 13 février 2019, la Haute Cour Constitutionnelle (HCC) déclara conforme à la Constitution la loi 2019-001 autorisant le président de la République à légiférer en lieu et place du Parlement, et pour cela, dans un cadre bien déterminé pour  un temps limité. Rappel, le nouveau Chef d’Etat Rajoelina Andry Nirina, évitant tout risque d’un vide institutionnel pouvant bloquer les actions d’urgence du Gouvernement, soumit au Parlement une loi l’autorisant à légiférer par ordonnance en l’absence du parlement.
Au final, les deux chambres ont voté la loi 2019-001 soumise par l’Exécutif. En effet, le 1 er février, l’Assemblée Nationale  l’adopta par une large majorité. Tandis que, le Sénat fit de même le 5 février. Ainsi, sollicitée par le président, pour le besoin du contrôle de constitutionnalité, la HCC décida la  conformité de la loi votée et prit le soin de délimiter le cadre précis au-delà duquel l’Exécutif ne pourra, en aucun cas, dépasser.


De toute évidence, la fameuse loi 2019-001 donne le feu vert sinon les coudées franches au président Rajoelina Andry Nirina d’engager la vitesse supérieure à la mise en œuvre du vaste programme défini à travers l’IEM qui, rappelons-le, le point- phare de la campagne électorale le conduisant à la victoire. Il peut, d’ores et déjà, légiférer par ordonnance au profit de toutes les actions prioritaires pour venir en aide d’urgence au peuple. Comme nous l’avions constaté que, ces 30 premiers jours d’existence, le nouveau régime sous la conduite éclairée et bienveillante de notre jeune Chef d’Etat ne tergiverse point. Les nouveaux maitres du pays prennent très au sérieux les engagements pris, en l’occurrence, les Velirano. Rajoelina est profondément conscient que le peuple ne lui pardonnera si jamais il viendrait à trahir de ses promesses. Il n’a point le droit de manquer à ses devoirs dont, pour la plupart sinon tous s’avèrent urgents.
Pour ainsi dire, il est impensable de devoir attendre la mise en place de la nouvelle Assemblée pour, enfin, prendre les dispositions nécessaires, « tout est urgence ! » Le combat ne fait que commencer, les cinq mois au cours desquels Rajoelina pourra user la loi 2019-001 ne seraient qu’un « petit sursis » dans un cas de  figure où le régime-IEM ne parviendrait pas à obtenir la majorité indispensable au Parlement, en particulier, à l’Assemblée Nationale. C’est une nécessité vitale pour le nouveau président pour qu’il ait les coudées franches dans toutes les actions à entreprendre, et ce, pour honorer les Velirano. A tout prix, il ne faut point qu’il soit pris au piège du guet-apens de la démocratie dont sont victimes, sous d’autres cieux, les Theresa May (Brexit, Royaume-Uni), les Donald Trump ( Shutdown, USA) ou les Pedro Sanchez (Espagne). En fait, dans les pays cités en haut, le Gouvernement se trouve bloqué par les sautes d’humeur d’un Parlement ou d’un Congrès hostile à son programme.
Le nouveau régime-IEM a grandement intérêt à gagner la confiance du peuple à travers une majorité confortable et stable au Parlement surtout à Tsimbazaza. Les funestes pratiques des « tablettes et mallettes », chères au régime-HVM, sont désormais révolues et indignes d’un Dirigeant qui ambitionne d’instaurer dans le pays le concept de l’impunité zéro. Voilà, l’ère nouvelle profile réellement à l’horizon.

Fil infos

  • Corruption - 19 magistrats traduits en Conseil de discipline en 2020
  • Police nationale - Dotation de 550 nouveaux fusils
  • Campagne de vaccination anti-Covid-19 - Une dernière journée mouvementée
  • Fête nationale - Rappel à l'ordre nécessaire
  • Tanamasoandro - Les tracés débutent à Imerintsiatosika
  • Pont d’Ampasika - L’infrastructure menacée par l’extraction de sable
  • Examen du CEPE - Une évaluation finale avant la session officielle
  • Stade « Barea » - Le Président Andry Rajoelina réussit son pari !
  • Météo de la semaine - Température minimale à 3° Celsius pour les Hautes terres
  • Appui supplémentaire pour le Sud de Madagascar - Les Etats – Unis offrent 40 millions de dollars

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Consternation générale !
    L’Union européenne fait savoir par le biais de l’Ambassade de France qu’elle ne reconnait pas le vaccin Covishield. L’accès dans le territoire Schengen est formellement interdit à ceux ou celles qui présentent le passeport vaccinal portant le cachet Covishield. Seuls les vaccins Moderna, Pfizer, AstraZeneca et Johnson & Johnson sont accordés. Coup de bluff ou coup vache ? En tout cas, c’est la consternation générale ! Anxiété et inquiétude se mêlent dans les esprits. Madagasikara, l’un des pays ayant opté pour cet indésirable vaccin et qui vient d’achever la première phase, se trouve dans une situation d’embarras indescriptible. Evidemment, il faut s’attendre à une réaction sans détour de l’Etat malagasy. Il demande des explications à l’endroit de l’OMS et de l’UNICEF. Rappelons que Madagasikara s’inscrit dans l’initiative COVAX recommandée par les instances onusiennes ainsi que les partenaires européens. D’ailleurs, le choix a été fait en collaboration et sous la « …

A bout portant

AutoDiff