Publié dans Editorial

IRMAR en pole position ?

Publié le dimanche, 16 juin 2019

Nouvelle majorité ! Comme prévu et qu’il fallait s’y attendre, la CENI publiait ce samedi 15 juin sur son site officiel les résultats officiels provisoires des législatives du 27 mai 2019. « Isika Rehetra Miaraka amin’i Andry Rajoelina » (IRMAR), l’ex-IRD, avec 84 sièges remporterait le scrutin. Sauf revirement de la situation opéré du côté de la Haute Cour constitutionnelle (HCC), l’instance finale de décision officielle, une nouvelle majorité portant le dossard de la couleur Orange s’emparerait de l’Assemblée nationale. L’IRMAR, la nouvelle et légitime appellation de la plate-forme présidentielle dominerait, le conditionnel est de rigueur, jusqu’à la confirmation officielle, la nouvelle configuration politique au Palais de Tsimbazaza. Largement en tête selon les résultats affichés par la CENI, le groupement de partis faisant le « même chemin » avec Rajoelina vers la voie du redressement de la Nation survolerait les débats au sein de l’Assemblée nationale. C’est un bon augure pour le jeune Président dans la mesure où le démarrage officiel de l’ensemble du programme d’Etat contenu dans l’IEM qui dépendra du Parlement aura  « feu vert » des élus du peuple. Une majorité confortable et stable au sein du Parlement, via l’Assemblée nationale, épousant les valeurs et principes de l’IEM sera d’une utilité absolue pour le régime en place. Une coudée franche plus qu’utile ! Apparemment, la CENI n’a pas cédé d’un iota aux gestes d’intimidation ou de pression de la part des futurs perdants. Avec 16 sièges provisoires, le parti TIM de l’ancien Président perd tous les espoirs de pouvoir maîtriser le rythme à l’Assemblée nationale.

Les indépendants, toutes sensibilités confondues, réalisaient des résultats de 46 %, mieux que la formation en décadence de Ravalo. N’empêche que ces derniers s’inquièteraient de leur sort à Tsimbazaza à moins qu’ils se rallient à la cause de l’IRMAR. Les commissaires nationaux, sûrs du sérieux de leurs travaux, écartèrent du revers de la main toutes allégations de remettre en cause les résultats provisoires, fruits de leur labeur, en leur possession. Certains observateurs et pas des moindres se méfient du comportement égaré de certains acteurs politiques de la place. La tentative ou la volonté délibérée de créer des troubles dans un pays en pleine évolution relève surtout du goût prononcé de ces « pêcheurs en eau trouble ».
Dans tous les cas de figure, il est totalement sans fondement voire inutile de fomenter des troubles à l’approche de la proclamation officielle et définitive des résultats. Toutes manœuvres de déstabilisation, ayant pour seul objectif d’impressionner ou d’intimider la CENI encore moins la HCC, buteront à une fin de non-recevoir. Les commissaires électoraux d’Alarobia ainsi que les hauts conseillers d’Ambohidahy, imperturbables, non-influençables et surtout impavides, agissent uniquement selon la conviction de leur âme et conscience. Nous avions déjà eu l’occasion d’attirer l’attention des candidats députés que pour l’intérêt supérieur de la Nation et en vertu du respect du choix de la majorité, il faut nécessairement savoir perdre. En tout cas, en pareille circonstance, il y a toujours des gagnants et des… perdants ! L’IRMAR, en pole position sauf contre toute attente, obtiendra la majorité absolue à l’Assemblée nationale. Une éventualité probable entrant dans le cadre d’un atout majeur que le pouvoir dirigé par le Président Rajoelina Andry Nirina ne sous-estimera point.

Fil infos

  • Transport aérien - Madagascar Airlines renforce sa flotte avec un Embraer neuf 
  • Douane - Les trafics de matières nucléaires à la loupe
  • Ministre Tinoka Roberto - De l’huile sur le feu de la déception
  • Christine Razanamahasoa - Coup de couteau dans le dos de Rajoelina
  • Développement - « Madagascar peut dépasser ses voisins africains » selon la Banque mondiale
  • Forfait de Madagascar aux jeux de la CJSOI - Que les responsables soient sanctionnés !
  • Hajo Andrianainarivelo - «  L'une des mesures phares pour Madagascar, c'est d'établir une bonne gouvernance ! »
  • Drogue dure - La méthamphétamine s'achète à 150 000 ariary le gramme
  • Coupures incessantes de l’électricité - Les usagers de la JIRAMA se rebellent !
  • Grève du personnel du Sénat - L'adoption du projet de loi des Finances reportée
Pub droite 1

Editorial

  • Quid du sort de l’environnement !
    Le pays se dégrade. Un constat amer pour tout citoyen jaloux de l’avenir de la Nation. A en croire l’article dûment élaboré par notre confrère tout récemment « Destruction de l’environnement » (vendredi 2 décembre), la machine environnementale de la Grande île tourne à la vitesse marche arrière. Un article qui se doit vivement d’interpeller tous les acteurs de développement du pays dont entre autres les autorités publiques, les élus, la Société civile, les mouvements associatifs, les lanceurs d’information, les simples citoyens, la communauté de base, etc.

A bout portant

AutoDiff