Publié dans Editorial

Proclamation des résultats

Publié le mercredi, 24 juillet 2019

 « L’affichage » tant attendu des membres du  nouveau Gouvernement Ntsay Christian s’est fait dans la soirée d’hier après l’audition passée  devant le grand Jury composé par les deux têtes de l’Exécutif. Le remaniement ministériel est incontournable. En effet, dans un Etat de droit et conformément à l’Art. 54 de la Constitution, le Chef de l’Etat nomme le Premier ministre suivant la proposition de la  nouvelle majorité au sein de l’Assemblée nationale (AN), nouvellement élue et installée. Chose faite. Le groupe de partis, l’IRD, ayant obtenu le maximum de sièges à la Chambre basse s’était acquitté de son devoir et le Président de la République, le sien. Le Premier ministre, chef du Gouvernement fut nommé en la personne de Ntsay Christian. En fait, il rempile pour la deuxième fois. L’étape suivante toute aussi importante consiste à désigner les membres du Gouvernement. Normalement et logiquement, le processus de nomination de l’équipe gouvernementale n’a pas posé trop de problèmes. Il ne devrait pas y avoir tant de complications dans la mesure où le Chef de l’Etat en tandem avec le PM dispose d’une large et confortable majorité à l’AN, ce qui leur permet d’avoir les coudées franches dans leurs choix.

Le bousculement au portillon de Mahazoarivo que les observateurs craignaient n’a pas finalement eu lieu. Le souhait des députés de voir  au moins un des leurs dans le Gouvernement est exaucé par le retour de Irma Lucien Naharimamy et de Volahaingo Marie Thérèse. Le nouveau tenant du titre du perchoir, lors de son discours inaugural, a donné d’ailleurs le ton en proposant  la participation des députés au Gouvernement. Selon Christine Razanamahasoa, les élus bénéficiant de l’onction méritent de figurer au sein de l’Exécutif. Une donne qui surprend quelque peu l’opinion. La « demande » n’est pas si blâmable que cela. En tant qu’élus du peuple et parlementaires, de surcroît, ils peuvent aspirer de façon légitime à faire partie du Gouvernement. Sous d’autres cieux, dans les pays de tradition démocratique, la porte du Gouvernement s’ouvre aux représentants du peuple. C’est désormais chose faite. 19 ministres ont passé avec brio leur évaluation après six mois de bons et loyaux services et sont reconduits à la tête de leur département respectif. La surprise du chef, puisqu’il devrait avoir une en pareille circonstance, c’est la nomination d’une nouvelle tête en l’occurrence la Professeur Blanche Richard Nirina. Elle est depuis hier la patronne de l’Enseignement supérieur. Prochain rendez-vous avec un éventuel remaniement dans six mois à l’issue du second test d’évaluation. Une courte période à l’issue de laquelle des réalisations inscrites dans le contrat programme doivent être palpables…Sinon…

Fil infos

  • Maharante Jean de Dieu - Un présumé auteur de détournement accueilli comme un VIP
  • Massacre à Iabohazo-Farafangana - Le chef de bande éliminé
  • Tanamasoandro-Tsimahabeomby - L’abattoir aux normes inauguré
  • Circulation dans la Capitale - 16 cas d’accidents mortels en un mois
  • Série de kidnappings - L’Alaotra-Mangoro toujours sur le qui-vive
  • Développement local - Descente du Premier ministre dans l’Atsimo-Atsinanana
  • 3e décennie du développement de l’industrie en Afrique - Le Président Rajoelina adoubé par l’ONUDI
  • Massacre à Farafangana  - 7 enfants tués à coups de couteau
  • Massacre à Ankazobe - Elimination d’un présumé meurtrier dangereux
  • Projet « cuisson propre et reboisement » - Andry Rajoelina et Abdulhamid Alkhaifa sur la même longueur d’onde

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Paradis des faux prophètes !
    La Grande île serait-elle l’endroit idéal pour l’épanouissement des activités des charlatans religieux ? En réalité, l’Afrique francophone et anglophone confondue est le dépotoir des faux prophètes !Un confrère titrait un jour son Edito « Les faux prophètes pullulent dans les rues ». Effectivement, le pays grouille d’escrocs qui s’autoproclament pasteurs et qui s’enrichissent sur le dos pauvres gens. Ce jeune vendeur d’appareils de sonorisation d’occasion dans les Arcades, au début des années 90, qui devient par magie pasteur. Trente ans après, il se trouve à la tête d’une puissante église nommée « Apokalypsy ». Mailhol André Christian Dieudonné, car il s’agit de lui, membre d’un nébuleux groupe « Eksodosy », ex- fidèle de l’église adventiste qui, par la suite, se dit prophète continue d’embobiner des milliers de fidèles malgré le ratage de sa prophétie annonçant qu’il sera Président de la République, selon la volonté divine, en 2013. Sa communauté…

A bout portant

AutoDiff