Publié dans Editorial

Un rigolo !

Publié le vendredi, 26 juillet 2019

Un quotidien de la place titrait, en plein régime HVM, à la « Une » de son journal « On recrute un leader d’opposition ». Tout au long de son mandat, Hery Rajaonarimampianina « régnait » sans partage. Et pour cause. Principalement parce que Mr le Président n’admit pas le principe de contre-pied à son pouvoir. Il ne reconnut point l’utilité d’une opposition dans le système de gouvernance du pays. Rajao se plaisait à ignorer les avis contraires. Il était toujours prêt à mater, par tous les moyens (harcèlements, arrestations abusives, emprisonnements arbitraires, etc.) toutes formes de contestation.

En second lieu, il n’y avait pas devant lui, au moment des faits, aucune figure politique ni une formation politique pouvant faire le poids. Le parti Miaraka Amin’i Prezida Andry Rajoelina (MAPAR), piégé par son propre choix ou plutôt trahi par Rajao en le soutenant aux élections présidentielles de 2013, préférait garder la … distance. Son président-fondateur Andry Rajoelina, lui-même, choisit délibérément la voie du …silence et s’écarta de son propre gré de la fournaise, juste le temps de se préparer sérieusement pour le retour gagnant. Et les autres, à l’image de Marc Ravalomanana, ils passèrent l’essentiel de leur temps à amuser la galerie. Et le locataire d’Iavoloha se frottait les mains. Quelle aubaine pour un « dictateur » en puissance !

La Constitution de la République malagasy, version 2010, prévoit l’institutionnalisation et l’officialisation de l’opposition dans la structure du Bureau permanent de la Chambre basse. Dans l’Art. 78, alinéa 2, il est stipulé ainsi « L’opposition a droit à un poste de vice-président et préside au moins l’une des commissions ». C’est une avancée significative dans l’amélioration du processus démocratique au pays. L’Assemblée nationale considérée comme étant le « temple de la démocratie »,  le fait d’accorder une place évidente en son sein témoigne de la volonté du texte fondamental et l’Etat, par extension, à respecter les valeurs essentielles de la démocratie, une condition sine qua non pour le progrès de la Nation.

Le Président Rajoelina , convaincu de la nécessité de donner un souffle nouveau à travers le jeu de la démocratie au Parlement, mise sur le fonctionnement effectif de l’équilibre des mécanismes dont l’opposition prendra part. L’IEM, une base sur laquelle le régime IRD compte évoluer et concrétiser les engagements tenus auprès de la population ne minimise nullement la vertu des débats contradictoires. Seulement, une question pertinente se pose : « y a-t-il une opposition dans la salle ? » Du moins, si elle existe serait-elle en mesure de désigner un leader capable de la représenter là où il faut ?

Le contexte où nous évoluons diffère diamétralement de celui du régime précédent. Rajao refusait l’existence d’une opposition. Les nouveaux tenants du pouvoir n’y voient aucun inconvénient, au contraire ! Mais, jusqu’à ce moment aucun leader crédible et surtout accepté par la classe politique se revendiquant de l’opposition n’émerge.  A la rigueur,  il existe un dirigeant politique, un certain Marc Ravalomanana qui s’arroge le titre alors que rien n’a été joué dans ce sens, au jour d’aujourd’hui.

Ravalo fait figure plutôt de rigolo (mampiomehy). Il est loin d’avoir l’étoffe d’un leader de l’opposition. A moins que l’ensemble que compose cette opposition elle-même n’atteigne pas la « moyenne requise ».  

Ndrianaivo

Fil infos

  • Maharante Jean de Dieu - Un présumé auteur de détournement accueilli comme un VIP
  • Massacre à Iabohazo-Farafangana - Le chef de bande éliminé
  • Tanamasoandro-Tsimahabeomby - L’abattoir aux normes inauguré
  • Circulation dans la Capitale - 16 cas d’accidents mortels en un mois
  • Série de kidnappings - L’Alaotra-Mangoro toujours sur le qui-vive
  • Développement local - Descente du Premier ministre dans l’Atsimo-Atsinanana
  • 3e décennie du développement de l’industrie en Afrique - Le Président Rajoelina adoubé par l’ONUDI
  • Massacre à Farafangana  - 7 enfants tués à coups de couteau
  • Massacre à Ankazobe - Elimination d’un présumé meurtrier dangereux
  • Projet « cuisson propre et reboisement » - Andry Rajoelina et Abdulhamid Alkhaifa sur la même longueur d’onde

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Paradis des faux prophètes !
    La Grande île serait-elle l’endroit idéal pour l’épanouissement des activités des charlatans religieux ? En réalité, l’Afrique francophone et anglophone confondue est le dépotoir des faux prophètes !Un confrère titrait un jour son Edito « Les faux prophètes pullulent dans les rues ». Effectivement, le pays grouille d’escrocs qui s’autoproclament pasteurs et qui s’enrichissent sur le dos pauvres gens. Ce jeune vendeur d’appareils de sonorisation d’occasion dans les Arcades, au début des années 90, qui devient par magie pasteur. Trente ans après, il se trouve à la tête d’une puissante église nommée « Apokalypsy ». Mailhol André Christian Dieudonné, car il s’agit de lui, membre d’un nébuleux groupe « Eksodosy », ex- fidèle de l’église adventiste qui, par la suite, se dit prophète continue d’embobiner des milliers de fidèles malgré le ratage de sa prophétie annonçant qu’il sera Président de la République, selon la volonté divine, en 2013. Sa communauté…

A bout portant

AutoDiff