Publié dans Editorial

Intouchables ou impénétrables !

Publié le mardi, 17 septembre 2019

La réelle volonté d’assainir le régime existe-t-elle vraiment ? La détermination du Président Rajoelina Andry de traduire en actes le Velirano (point XI) est-elle concrètement partagée avec toutes les autorités compétentes notamment celles chargées de traquer les auteurs de malversations financières ou autres ? On a la triste impression que la culture de l’impunité dans le « jardin » de la République serait, le conditionnel est de rigueur, encore et toujours florissante. Tout comme la culture du chanvre dans la grande forêt du Nord où les « cultivateurs » n’ont pas de souci à se faire. L’immunité dont bénéficient les hauts responsables ou les parlementaires du pays devient une sorte de bunker impénétrable.

En outre, la législation en vigueur  relative aux éventuels recours devant la juridiction compétente protège indirectement les « criminels » aux cols blancs. La procédure de saisine de la Haute Cour de Justice (HCJ), la seule habilitée à juger les grands de ce pays, équivaut à un parcours du combattant. Résultat,  les indélicats ne sont même pas inquiétés de leurs actes délétères. Intouchables ou inaccessibles, ils coulent des quotidiens béats. Certes, les organes chargés de traquer les auteurs de délits liés aux malversations financières (corruption, détournements des ressources publiques, etc.) entre autres le BIANCO et le PAC travaillent d’arrache-pied, mais l’opinion s’impatiente de voir les « vrais » gros bonnets mis hors d’état de nuire. Tellement, le mal atteint le corps entier de l’Etat qu’il faut se donner la peine d’agir en conséquence. Tous ceux qui ont commis des actes délictueux vis-à-vis des ressources du pays doivent payer de leurs fautes. 

Le procureur de la juridiction de second degré du Pole anti-corruption (PAC) Solofohery Razafindrakoto fait part au public avant-hier du début de la deuxième session du PAC et cela jusqu’au 27 septembre. Il a annoncé qu’une trentaine de prévenus seront concernés durant les assises. Huit lourds dossiers se rapportant à des délits de trafic de drogue, de la traite de personne, des détournements de deniers publics et les blanchiments de capitaux impliquant directement les trente-cinq prévenus seront traités. Par ailleurs, le procureur tient à préciser qu’aucun dossier mêlant des personnalités publiques ne figure à l’ordre du jour. Une précision qui laisse certains observateurs et les citoyens perplexes dans la mesure où des anciens barons HVM, membres du Gouvernement, ayant pillé le Trésor public circulent toujours l’air libre.

L’affaire Claudine tient toujours en haleine l’opinion publique. Jusque-là, seuls les menus fretins paient avec la bailleresse du HVM en croupissant sous les verrous. Où sont les vrais gros bonnets ? Il n’est pas un secret pour tout le monde que Mme Razaimamonjy Claudine et consorts n’avaient pas agi seuls. Les forfaits inscrits à leurs comptes n’ont jamais pu avoir lieu sans la complicité des personnalités publiques de très haut niveau. Les petits élus de n’importe quelle  Commune rurale qui ont pu bénéficier des « subventions spéciales » ne pourront jamais virer d’importantes  sommes d’argent vers le compte d’un tiers sans la bénédiction d’un tout puissant donneur d’ordre. A l’allure où vont les choses, les vrais gros poissons, non inquiétés, continueront de passer des jours heureux au … fond du lac ou de leurs trous.

Le Président Rajoelina Andry était clair qu’il n’y aura plus jamais d’intouchables ou d’impénétrables. Qu’il en soit ainsi !

Ndrianaivo

Fil infos

  • Descente inopinée à la maison de force de Tsiafahy - Le traitement de faveur de Mbola Rajaonah démasqué
  • Lutte contre la malnutrition - L'usine promise par le Président de la République embarquée
  • Assassinat de Danil Radjan - Des révélations de la famille en vue 
  • Sénatoriales - Sans surprise, le parti TIM officialise son boycott
  • Extradition de Raoul Arizaka Rabekoto - La partie malagasy attend la réaction des autorités françaises et suisses
  • Encadrement juridique des élections - La CENI avance des « amendements »
  • Détournements à la CNAPS - L’Exécutif amorphe contre Raoul Arizaka Rabekoto
  • Palais d'Iavoloha - L'ambassadeur « malgachophone » fait ses adieux
  • Carburants - L’Etat doit encore 83 milliards d’ariary aux pétroliers
  • KMF-CNOE – Etat malagasy - Le Conseil d’Etat se déclare incompétent

Editorial

  • En avant, la relance !
    Le pays suffoque. L'économie s'agenouille. La pandémie de Covid-19, la faucheuse, menace toujours. C'est dans une telle atmosphère moribonde que le peuple malagasy est appelé à avancer, à relever ensemble le défi de la relance. L'Etat desserre l'étau du confinement. Apparemment, le bilan de la Covid s'améliore au fil des jours. Le nombre de décès diminue considérablement jusqu'à descendre à zéro ces derniers jours. Certes, le bilan des nouveaux cas de contamination continue à garder son rythme mais les chiffres restent modérés jusqu'alors. Raison pour laquelle les décideurs politiques au niveau de l'Etat osent prendre des mesures courageuses dans le sens du déconfinement. Il en faut bien du fait que tout le pays risque de payer trop cher le coût d'un confinement continu.

A bout portant

AutoDiff