Publié dans Editorial

L’autre scrutin

Publié le jeudi, 07 novembre 2019

Parallèlement avec les communales, au même jour et dans le même bureau de vote mais urnes différentes et isoloirs à part, les municipales auront lieu le 27 novembre 2019. Un autre scrutin à ne jamais sous-estimer dans la mesure où il tient un rôle aussi important que celui des communales dans la vie de la cité et dans celle des citoyens. La Commission électorale nationale indépendante (CENI) le précise en noir sur blanc que les élections des maires diffèrent totalement de celles des membres des conseils municipaux. Ils ont chacun des tâches et des responsabilités propres à eux respectivement et ne se confondent nullement. Et chaque entité prend soin de ne pas empiéter la plate- bande de l’un et de l’autre.

 

Selon le texte de loi, la législation en vigueur régissant le bon fonctionnement des Collectivités territoriales décentralisées (CTD), il existe deux entités administratives indépendantes de l’une et de l’autre, au sein de la Commune. A savoir, l’organe délibérant, le conseil communal ou municipal, et l’organe exécutif dont la charge de la direction revient au maire, le premier magistrat de la ville.

Il appartient aux conseillers municipaux de délibérer en séance plénière ordinaire du budget (fonctionnement et investissement) annuel de la Commune dûment présenté par l’équipe de l’exécutif sous la houlette du maire. C’est une grande et délicate responsabilité du conseil communal ou municipal du fait que la Commune ne peut pas fonctionner normalement sans un budget cohérent et bien ficelé de nature à assumer les charges fixes et capable de réaliser le programme général de l’exécutif. Il relève aussi de la responsabilité des conseillers de délibérer du programme global sinon de la politique générale de la Mairie soumis par l’exécutif communal dans le cadre global des engagements du maire durant la campagne électorale. Pour le cas du candidat n° 4 d’Antananarivo, Naina Andriantsitohaina de l’IRD, il s’agit du « Veliranon’Antananarivo ». Le candidat élu ne pourra jamais traduire en actes ses « promesses » électorales qu’après avoir eu la validation voire la bénédiction de la majorité des conseillers municipaux. Bref, le conseil municipal délibère et l’exécutif (maire) dispose !

La synergie des actions du maire et des conseillers municipaux est plus que nécessaire et cela dans l’intérêt supérieur de la cité ainsi que des citoyens. Un maire qui ne dispose pas d’une majorité au conseil de la ville se trouve dans une situation embarrassante ou gênante. Il aura du mal à faire passer son programme d’activités ainsi que le budget qu’il compte établir pour le réaliser. Il appartient donc à l’équipe de campagne du candidat à la Mairie, de l’IRD à titre d’exemple, de ne point négliger la sensibilisation des électeurs à opter leurs choix non seulement pour le candidat à la Mairie mais en même temps faire le maximum pour les candidats au conseil municipal de la même couleur.

Ceci étant, l’autre scrutin (l’élection des membres du conseil municipal) mérite légitimement l’attention de tous. Les deux scrutins jouent ensemble des rôles aussi importants, l’un de l’autre, que l’on ne doit pas sous-estimer d’une manière ou d’une autre. Naina Andriantsitohaina, en cas de victoire au scrutin du 27 novembre et pour avoir les coudées franches, aura besoin de façon indispensable d’une majorité confortable de couleur Orange au conseil municipal.

Ndrianaivo

Fil infos

  • La Vérité de la semaine
  • Saisie de 22,5 kg d’or aux Seychelles - Soupçons de laxisme au sein des organes de contrôle malagasy
  • Famine dans le Sud  - Le Président aborde l’urgence avec les partenaires internationaux
  • Trouble et insécurité - Mise en garde du ministère de la Justice
  • Lutte contre les trafics de ressources - Le ministre des Transports rappelé à l'ordre !
  • Aéroport international Ivato - Un Français extradé tente de se mutiler
  • Tentative d'exportation illicite - Des pierres précieuses d'une valeur de 500 000 dollars interceptées
  • Assemblée nationale - Vers un nouveau face-à-face houleux avec l’Exécutif 
  • Accident dans le cortège présidentiel - Le petit Tsihoarana succombe à ses blessures
  • Forêt d’Ankarafantsika - Au moins 3 250 hectares ravagés par le feu

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Cas désespéré !
    Quand quelqu’un détruit un des biens personnels à la maison, il est à plaindre. Mais quand il s’amuse à démolir sa propre maison en sapant irrémédiablement les fondations, il est malade voire un cas désespéré !Les désastres par le feu continuent. Des incendies ravageurs se déclarent un peu partout sur le territoire national presque au même moment. Des feux involontaires ou actes criminels ? Les résultats des enquêtes nous fixeront sur les détails. Dans tous les cas de figure, l’incendie détruit à jamais ! Des crimes de sang à la destruction totale des patrimoines nationaux en passant l’anéantissement d’une partie non négligeable des zones protégées pour en finir aux habitations humaines et d’animaux d’élevage défraient les chroniques. Des villages entiers disparaissent avec ce que cela suppose de dégâts humains, matériels et d’ordre moral. Des familles perdent en un seul moment tout ce qu’elles ont durement épargné des années. Tout récemment,…

A bout portant

AutoDiff