Publié dans Editorial

De la maturité s'il vous plaît !

Publié le lundi, 13 janvier 2020

Les proclamations des résultats définitifs à travers le pays des élections communales et municipales du 27 novembre 2019 mettent fin normalement à un épilogue enquiquinant. Une saga socio-politique inappropriée et totalement à côté de la plaque qui, dans une certaine mesure, perturbait l'ambiance des fêtes de fin d'année. Des manifestations « hors-sujet » liées à l'insuffisance de maturité des dirigeants. Le verdict est rendu, place au travail ! C'est une décision de Justice. Désormais, il faut s'atteler aux choses sérieuses et démarrer pour de bon.

 

A Antananarivo, principal théâtre de vaines contestations, le TIM et son candidat Ny Rina Randriamasinoro, le perdant face à Naina Andriantsitohaina, de l'IRK, créèrent des vagues enfantines. Ils contestèrent les résultats officiels provisoires proclamés par la CENI qui, selon eux, furent truffés d'irrégularités. Ils l'accusèrent d'avoir fait usage d'une liste électorale inappropriée. Alors, ils exigeaient l'étalage de la « vérité » au grand jour ! Quelle aberration !  Ny Rina et son état-major auraient dû prendre les précautions nécessaires de vérifier la fameuse liste électorale bien avant la tenue du scrutin. D'ailleurs, la CENI a convié à plusieurs reprises tous les citoyens de venir au bureau du Fokontany et ce pour le besoin des vérifications. Après le scrutin et surtout après les résultats, à même provisoires, c'est trop tard. Et certains observateurs de s'interroger « jusqu'à quand Ravalomanana et consorts vont-ils nous amener le pays avec leurs enfantillages ? Des bouderies éhontées qui frisent le ridicule !

Notre ancien Président de la République Ravalomanana Marc a un fâcheux réflexe, tel un petit gosse de cinq ans, de se « plaindre » auprès des adultes à savoir les grandes Chancelleries étrangères et même jusqu'au Vatican. Le Monsieur arrive à croire que la Communauté internationale aille taper le petit doigt du régime Rajoelina sinon qu'elle puisse donner des ordres à une quelconque Juridiction de la République Malagasy. Il fait mine d'ignorer que ces pays respectent rigoureusement le principe de séparation des pouvoirs et n'interfèrent point dans les affaires internes des autres.

Le contexte qui prévaut au pays requiert de la part de Tous en particulier aux acteurs politiques, dirigeants ou opposition une prise de conscience décisive. Comme tout aéronef en pleine phase de décollage, il se trouve dans l'étape la plus délicate du vol. Une maladresse quelconque du commandant de bord et du co-pilote risque d'être fatale. Seulement, la responsabilité pour la réussite du vol ne dépend pas uniquement du cockpit, il importe de signaler la contribution de chacun, membres de l'équipage à bord qui s'occupent sans faute de leurs attributions et tous les passagers qui suivent à la lettre les consignes du pilote, le premier responsable du vol.

Les comportements immatures de certains dirigeants politiques sur la place publique compromettent dangereusement le processus de mise en œuvre du « décollage » du pays. Le risque du retour à la case départ hante toujours les esprits. Les bouderies ou les enfantillages n'ont plus droit de cité. Le principe même de l'Etat de droit dont le point de départ repose à la base sur la maturité politique de chaque acteur de la vie nationale exige à chacun le respect sans faille du choix du grand nombre et de la décision de Justice.

Ndrianaivo

Fil infos

  • Nécrologie - Le Père Sylvain Urfer décède en France à l’âge de 80 ans
  • La Vérité de la semaine
  • Lutte contre la Covid-19 - Les mesures prises par Madagascar font école
  • Projets de développement - Le Président sollicite le soutien et l'expertise allemande
  • Le Gouvernement Ntsay face aux députés - Les sujets socio-économiques au menu !
  • Approvisionnement en eau à Antananarivo  - La qualité et la distribution reviendraient à la normale
  • Destruction de forêt - Six individus déférés à Moramanga
  • Hausse des cas de Covid-19 - Des gouverneurs bousculent les mauvaises habitudes
  • Restrictions mondiales liées à la Covid-19 - L’assistante d’Antonio Guterres annule sa mission à Madagascar
  • Marc Ravalomanana - Précampagne sous couvert de redynamisation

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • La CENI opérationnelle !
    Enfin, les neuf nouveaux membres de la CENI entrent en fonction. Comme l’exige la loi, ils ont prêté serment devant la Cour suprême ce mercredi 1er décembre et ce en présence du Chef de l’Etat Rajoelina Andry et du ministre de la Justice Imbiky Herilaza.Arrivés au terme de leur mandat, les anciens commissaires électoraux durent plier bagage. Me Hery Rakotomanana et son équipe cèdent la place à Dama Andrianarisedo Retaf Arsène, Randrianarivonantoanina Tiana Ifanomezantsoa, Ravalitera Jacques Michael, Andriamazaray Andoniaina, Razafindrabe Guy Georges, Abdallah Houssein, Razafimamonjy Laza Rabary, Fidimiafy Roger Marc, Ralaisoavimanjaka Andriamarotafikatohanambahoaka. Victime de certain dysfonctionnement dans le mécanisme interne, l’ancienne Instance d’Alarobia chargée d’organiser les élections à Madagasikara avait dû se débattre durement pour esquiver les boulets rouges de certains acteurs politiques. Me Rakotomanana dut user de son talent d’Avocat pour plaider la cause de ses anciens confrères. Il fallait défendre à tout prix l’intégrité et la crédibilité de…

A bout portant

AutoDiff