Publié dans Politique

Madagascar face au coronavirus - Le SEFAFI interpelle sur les défaillances du système

Publié le mercredi, 01 avril 2020

Comme à chaque période marquante de la vie de la Nation, l'Observatoire de la Vie publique (SEFAFI) a de nouveau émis une analyse de la situation. Cette entité aborde, cette fois - ci, les réalités derrière la lutte contre le Coronavirus. Pour cet observatoire, le Covid-19 est « révélateur de l'injustice sociale ». D'emblée, le SEFAFI rappelle les dispositions prises par l'Etat sous forme de Plan d'urgence sociale. Des mesures destinées à soulager l'absence de rentrée d'argent quotidienne pour les couches les plus vulnérables qui sont touchées par la décision de confinement. « Ces mesures semblent tomber sous le sens. Pourtant, la réaction d'une partie de la population, notamment dans les centres urbains et leurs périphéries donnent à réfléchir », souligne le SEFAFI.

 

Cet observatoire évoque l'ombre d'une crise sociale et économique qui pourrait affecter le pays, et souligne au passage la défaillance du système de santé à Madagascar. En prenant l'exemple de la ruée des citoyens vers les pharmacies, dans la nuit de l'annonce des premiers cas de Covid-19 à Madagascar, le SEFAFI y décèle une preuve de l'existence d'un énorme fossé social creusé par un système de santé qui fragilise les plus démunis.

Responsabilisation et prise de conscience

Du point de vue social, le SEFAFI ne manque pas de faire un gros plan sur la précarité sociale vécue par une grande partie de la population, au quotidien. Une triste réalité qui ne date pas d'hier, et que l'Etat tente de pallier.  « La crise du Coronavirus est devenue le révélateur puissant de la précarité dans laquelle vit la majorité de nos concitoyens. (…) les couches sociales les plus défavorisées  en concluent que le virus a été importé par les privilégiés », souligne l'analyse de l'observatoire. Tout n'est pourtant pas perdu.

Il appelle à la recherche de  « solutions locales » avec la participation de la Société civile (enseignants, commerçants, fonctionnaires, jeunes, religieux, etc.) afin d'impliquer et responsabiliser tous les acteurs dans le processus de la prise de décision. En vue d'assumer les contraintes liées aux mesures de l'Etat pour

endiguer le virus, la prise de conscience de chaque citoyen est nécessaire. Sur cette lancée, le SEFAFI estime que Madagascar, au même titre que le reste du monde, se trouve désormais face à une opportunité de reconsidérer ses priorités en mettant l'accent sur la justice sociale et l'équité des droits pour tous.

La Rédaction

Fil infos

  • Concrétisation des « Velirano » - Une volonté présidentielle intacte à toute épreuve !
  • Kere dans le Sud - Le Gouvernement opte pour des solutions radicales et maximales
  • Peste bubonique - Cinq décès à Morarano Gara
  • Exportation illicite - 15 kilos d'or interceptés par les autorités
  • Projet Tana-Masoandro - Le site idéal a toujours été Imerintsiatosika
  • Rapatriement de devises - 3250 sociétés en situation d'irrégularité
  • Lutte contre le Kere dans le Sud - Les partenaires techniques et financiers derrière le régime
  • Coopération Madagascar – Nations unies - Un plan cadre pour la période 2021 – 2023 en gestation
  • Sénatoriales - La liste IRMAR lance sa campagne
  • Projet Ambatovy - Production de 3000 tonnes de nickel au cours du premier trimestre 2021

Editorial

  • Elu ou nommé, faux débat !
    Ces derniers temps, à l’approche des sénatoriales, les esprits s’échauffent et les faux débats pullulent. A mesure que la date du 11 décembre se précise, les fumées noires qui s’échappent du volcan en éveil alourdissent et noircissent l’atmosphère. On étouffe.A l’allure où vont les choses de la politique, les poids lourds de l’opposition risquent fort de se retrouver à la touche. En s’élargissant davantage, la plate-forme acquise à la cause défendue par le jeune président Rajoelina Andry Nirina occupera le terrain. La hantise de l’exclusion déclenche chez les activistes du RMDM une hystérie. A eux s’ajoutent les ténors du Groupe de Panorama dont la traversée du désert risque de se prolonger indéfiniment. Et alors, tous les moyens sont bons pour tenter de déstabiliser le pouvoir. L’entame de la campagne électorale, depuis hier 19 novembre, fait monter d’un cran la tension. Aussi étrange qu’inquiétant soit-il mais vrai, un certain remous s’invite…

A bout portant

AutoDiff