Publié dans Politique

COVID-19 à Madagascar - Déconfinement partiel acté

Publié le dimanche, 19 avril 2020

Les mesures de confinement appliquées à Madagascar depuis un mois sont levées. Une décision prise en raison notamment d'une situation sanitaire stabilisée. Une annonce accueillie par un ouf de soulagement par bon nombre de Malagasy. A partir de ce jour, ils pourront sortir librement de 6 heures à 13 heures. Les habitants des Régions Analamanga, Haute Matsiatra et Atsinanana ne pourront toutefois pas se déplacer en dehors de leurs Régions. Un couvre-feu reste de vigueur, mais entre 21 heures et 4 heures du matin. Le port du cache- bouche sera obligatoire à partir de ce jour pour tous ceux qui devront sortir de chez eux. Des distributions de masque auront lieu au niveau des Fokontany où des cas contacts ont été recensés. Des sanctions de « Travaux d'intérêt général » sont prévues contre ceux qui ne porteraient pas ces protections.

Les écoles pourront rouvrir à partir de mercredi, à condition de respecter des mesures d'hygiène strictes. Cela se déroulera par étape, avec une priorité donnée aux lycéens et collégiens qui passent des examens. Les écoliers en classe de septième effectueront leur rentrée lundi prochain, avec un concept sanitaire et éducatif adapté. Chaque élève sera doté de masque cache-bouche et aura droit à une table personnelle. Pour renforcer leur système immunitaire, chacun pourra boire du Covid Organics. Au niveau de la Fonction publique, un service minimum devra être instauré, dépendamment de l'organisation mise en place par les responsables. A partir de ce 22 avril, les entreprises du secteur privé pourront également reprendre leurs activités, à condition toujours de respecter les mesures sanitaires et une limitation à 5 du nombre de personnes autorisées dans une salle. Les mesures de distanciation et le port de masque cache- bouche est obligatoire. Les restaurants pourront rouvrir jusqu'à 13 heures. Pour faciliter le déplacement, les transports en commun sont de nouveau autorisés à circuler, mais sous condition. Les passagers d'un taxi devront tous porter des masques cache- bouche. Limitation à 18 du nombre de passagers, interdiction des strapontins, et port de masque cache- bouche obligatoire, sont les mesures imposées aux taxis-be, lesquels s'exposent à des sanctions telles que la mise en fourrière, s'ils contreviennent aux mesures énoncées. Tous les transports en commun devront au préalable être désinfectés. Les rassemblements publics restent et demeurent interdits. Le Président Rajoelina prévient contre tout relâchement en affirmant que le chemin reste encore long. « Nous avons besoin de la volonté de tous », dit-il. 

La Rédaction

Fil infos

  • Code de la communication médiatisée - La boucle est bouclée
  • Flambée des cas de Covid-19 en Europe - Crainte sur la réouverture du ciel malagasy !
  • Maire d’Antananarivo - Le grand « moral » de Naina Andriantsitohaina
  • Sénatoriales - De quoi a peur le Groupe du Panorama ?
  • Affaire Raoul Arizaka Rabekoto - L'INSCAE réagit et précise
  • Tovonanahary Rabetsitonta sur la pandémie - « Les mesures préconisées par l'Etat malagasy ont été efficaces »
  • Covid-19 - Le PM expose le cas malagasy à l'AG des Nations unies
  • Descente inopinée à la maison de force de Tsiafahy - Le traitement de faveur de Mbola Rajaonah démasqué
  • Lutte contre la malnutrition - L'usine promise par le Président de la République embarquée
  • Assassinat de Danil Radjan - Des révélations de la famille en vue 

Editorial

  • Immunité et impunité !
    Le régime MAPAR de Rajoelina Andry Nirina s’investit énormément. En moins de deux ans au pouvoir, d’immenses progrès s’inscrivent déjà sur le tableau des résultats. D’énormes efforts ont été consentis et continuent afin d’exécuter, à la lettre, les termes du « Velirano ». Mais, beaucoup reste à faire et le parcours, encore loin et long, parsemé d’embûches, s’annonce âpre et éreintant. Du courage, de la volonté et de la bravoure, il en faut certainement.Le combat contre toute forme de malversation est une lutte de longue haleine. En dépit des tirs aveugles des détracteurs, la bataille bat son plein. Durant la campagne électorale, le candidat n°13 s’était engagé fermement à lutter contre la corruption comme étant la base de toute action destructive. En tandem du mal avec l’impunité, la corruption résiste. Et quand l’impunité croise en chemin l’immunité, le combat se corse davantage. Conscient de l’effet dévastateur, de la gravité sinon…

A bout portant

AutoDiff