Publié dans Politique

Réhabilitation du Rovan’Antananarivo - Modernisation et non dénaturation du patrimoine

Publié le vendredi, 22 mai 2020

Les travaux de réhabilitation et de construction dans l’enceinte du Rova d’Antananarivo font parler au niveau d’une certaine frange de la population malagasy. En particulier, la construction d’une arène à l’intérieur du Rovan’Antananarivo cristallise les contestations. 

Il faut souligner d’emblée que l’arène rentre dans le cadre d’une volonté d’apporter de la modernité au site royal. « A chaque époque sa matière », opine d’ailleurs un observateur averti à ce sujet. Faudrait-il en effet rappeler que l’édifice édifié sous Ranavalona I a été construit en bois, sur les plans de Jean Laborde. Il est rebâti en pierre deux décennies plus tard, sous la direction de James Cameron, qui y a joute un temple protestant, ce qui n’avait pas à l’époque manqué de créer de fortes contestations.

Une piscine construite par les colons servant de retenue d’eau, une stèle avec la pirogue où figurent les noms des premiers évangélistes à l’époque d’un autre ministère, ainsi qu’une stèle érigée il y a moins de dix ans devant le temple, viendront plus tard compléter l’ensemble formant le Rova d’Antananarivo. La construction de l’arène Kianja Masoandro veut s’inscrire dans cette même lignée.  

Par ailleurs, cette nouvelle arène en construction ne vient pas dénaturer l’ensemble de ce patrimoine. La construction de cette arène respecte le style architectural général du site royal. Faut-il d’ailleurs souligner qu’il s’agit d’un théâtre en plein air et non d’une copie de colisée. La structure en construction est destinée exclusivement à accueillir un spectacle historique permanent et évolutif. Il est utile de souligner ainsi que la construction de l’arène « Kianja Masoandro » a débuté à la suite du feu vert du comité scientifique et de la cellule technique, qui compte des historiens, des archéologues, les muséologues, mis en place pour effectuer le suivi des travaux de réhabilitation et de modernisation du Rova. Ce comité valide tous les travaux et actions effectués, même l’emplacement et la restauration des patrimoines sauvés de l’incendie. Il ne s’agit pas d’un monument mais a quand même une signification symbolique historique.

« Achever symboliquement ce qui a été interrompu par l’arrivée des colons », tel est entre autres les raisons de l’édification de l’arène qui est bâtie sur l’emplacement de ce qui devait être le « Palais Masoandro » commandé par Ranavalona III mais jamais achevé à cause de la colonisation. D’ailleurs, le soubassement de ce Palais qui s’est arrêté à la fondation sera visible. Contrairement à ce qu’affirment des détracteurs du projet, la nouvelle arène en cours de construction n’empiète pas sur des monuments ayant existé. Par ailleurs, aucun bâtiment historique n’a été démoli pour sa construction. 

Il est important de souligner enfin que tous les travaux de réhabilitation et de construction dans le Rovan’Antananarivo sont financés sur fonds propres de l’Etat malagasy, afin de bien marquer la souveraineté de Madagascar sur ce site historique ô combien symbolique, décision souveraine qui prend tout son sens à la veille de la célébration du soixantième anniversaire du retour de l’indépendance de Madagascar. Rendez-vous est en tout cas donné au 26 juin 2020 date à laquelle la population pourra apprécier à sa juste valeur cet édifice.  

La Rédaction

Fil infos

  • Secteur halieutique - Des investisseurs « abandonnés » implorent le ministère
  • Nouvelle hausse des cas de Covid-19 - Appliquons les gestes qui sauvent !
  • Président de la République - Trois magistrats et un ancien ministre parmi les désignés sénateurs
  • Campagne de reboisement 2021- Coup d’envoi par le couple présidentiel à Taolagnaro
  • Trafic de 73,5 kg d’or - L’Opposition divague
  • Covid-19 - Un reconfinement pas à l’ordre du jour
  • Exécutif - Aucun remaniement gouvernemental à l’horizon - Halte à la désinformation dans l’affaire des 73.5kg d’or !
  • Sénateur Rakotondrainibe Andrianantenaina - « Le MMM sera une force de proposition au Sénat »
  • Cour administrative d’appel - Mise en place demandée par la Cour suprême
  • Donald Trump - Mis en accusation pour la seconde fois et isolé par les médias !
Pub droite 1

Editorial

  • Pour qui sonne… !
    Pour qui sonne le glas ! Le jour fatidique arrive. La session extraordinaire (la première d’ailleurs) du Sénat se tient en ce deuxième mardi comme le veut la Constitution. En effet, dans l’Art 78, par analogie aux dispositions légales qui régissent l’Assemblée nationale, le Sénat se réunit le deuxième mardi qui suit la proclamation des résultats. Une session spéciale qui, pour le cas présent, met fin définitivement à l’existence du Sénat (ancienne formule) et met sur les rails définitivement le Sénat (la nouvelle formule). Le Sénat est mort, vive le Sénat ! Et pour qui sonne… la sonnerie de la mort ? Le dernier bastion du régime HVM s’écroule et le dernier bataillon radicalisé défendant les causes de l’ancien régime bleu et surtout du Président déchu Rajaonarimampianina évacué. En 2015, au point culminant de la puissance sans partage du parti au pouvoir HVM, le régime Rajaonarimampianina saccagea la Chambre haute.…

A bout portant

AutoDiff