Publié dans Politique

Réhabilitation du Rovan’Antananarivo - Modernisation et non dénaturation du patrimoine

Publié le vendredi, 22 mai 2020

Les travaux de réhabilitation et de construction dans l’enceinte du Rova d’Antananarivo font parler au niveau d’une certaine frange de la population malagasy. En particulier, la construction d’une arène à l’intérieur du Rovan’Antananarivo cristallise les contestations. 

Il faut souligner d’emblée que l’arène rentre dans le cadre d’une volonté d’apporter de la modernité au site royal. « A chaque époque sa matière », opine d’ailleurs un observateur averti à ce sujet. Faudrait-il en effet rappeler que l’édifice édifié sous Ranavalona I a été construit en bois, sur les plans de Jean Laborde. Il est rebâti en pierre deux décennies plus tard, sous la direction de James Cameron, qui y a joute un temple protestant, ce qui n’avait pas à l’époque manqué de créer de fortes contestations.

Une piscine construite par les colons servant de retenue d’eau, une stèle avec la pirogue où figurent les noms des premiers évangélistes à l’époque d’un autre ministère, ainsi qu’une stèle érigée il y a moins de dix ans devant le temple, viendront plus tard compléter l’ensemble formant le Rova d’Antananarivo. La construction de l’arène Kianja Masoandro veut s’inscrire dans cette même lignée.  

Par ailleurs, cette nouvelle arène en construction ne vient pas dénaturer l’ensemble de ce patrimoine. La construction de cette arène respecte le style architectural général du site royal. Faut-il d’ailleurs souligner qu’il s’agit d’un théâtre en plein air et non d’une copie de colisée. La structure en construction est destinée exclusivement à accueillir un spectacle historique permanent et évolutif. Il est utile de souligner ainsi que la construction de l’arène « Kianja Masoandro » a débuté à la suite du feu vert du comité scientifique et de la cellule technique, qui compte des historiens, des archéologues, les muséologues, mis en place pour effectuer le suivi des travaux de réhabilitation et de modernisation du Rova. Ce comité valide tous les travaux et actions effectués, même l’emplacement et la restauration des patrimoines sauvés de l’incendie. Il ne s’agit pas d’un monument mais a quand même une signification symbolique historique.

« Achever symboliquement ce qui a été interrompu par l’arrivée des colons », tel est entre autres les raisons de l’édification de l’arène qui est bâtie sur l’emplacement de ce qui devait être le « Palais Masoandro » commandé par Ranavalona III mais jamais achevé à cause de la colonisation. D’ailleurs, le soubassement de ce Palais qui s’est arrêté à la fondation sera visible. Contrairement à ce qu’affirment des détracteurs du projet, la nouvelle arène en cours de construction n’empiète pas sur des monuments ayant existé. Par ailleurs, aucun bâtiment historique n’a été démoli pour sa construction. 

Il est important de souligner enfin que tous les travaux de réhabilitation et de construction dans le Rovan’Antananarivo sont financés sur fonds propres de l’Etat malagasy, afin de bien marquer la souveraineté de Madagascar sur ce site historique ô combien symbolique, décision souveraine qui prend tout son sens à la veille de la célébration du soixantième anniversaire du retour de l’indépendance de Madagascar. Rendez-vous est en tout cas donné au 26 juin 2020 date à laquelle la population pourra apprécier à sa juste valeur cet édifice.  

La Rédaction

Fil infos

  • Concrétisation des « Velirano » - Une volonté présidentielle intacte à toute épreuve !
  • Kere dans le Sud - Le Gouvernement opte pour des solutions radicales et maximales
  • Peste bubonique - Cinq décès à Morarano Gara
  • Exportation illicite - 15 kilos d'or interceptés par les autorités
  • Projet Tana-Masoandro - Le site idéal a toujours été Imerintsiatosika
  • Rapatriement de devises - 3250 sociétés en situation d'irrégularité
  • Lutte contre le Kere dans le Sud - Les partenaires techniques et financiers derrière le régime
  • Coopération Madagascar – Nations unies - Un plan cadre pour la période 2021 – 2023 en gestation
  • Sénatoriales - La liste IRMAR lance sa campagne
  • Projet Ambatovy - Production de 3000 tonnes de nickel au cours du premier trimestre 2021

Editorial

  • Elu ou nommé, faux débat !
    Ces derniers temps, à l’approche des sénatoriales, les esprits s’échauffent et les faux débats pullulent. A mesure que la date du 11 décembre se précise, les fumées noires qui s’échappent du volcan en éveil alourdissent et noircissent l’atmosphère. On étouffe.A l’allure où vont les choses de la politique, les poids lourds de l’opposition risquent fort de se retrouver à la touche. En s’élargissant davantage, la plate-forme acquise à la cause défendue par le jeune président Rajoelina Andry Nirina occupera le terrain. La hantise de l’exclusion déclenche chez les activistes du RMDM une hystérie. A eux s’ajoutent les ténors du Groupe de Panorama dont la traversée du désert risque de se prolonger indéfiniment. Et alors, tous les moyens sont bons pour tenter de déstabiliser le pouvoir. L’entame de la campagne électorale, depuis hier 19 novembre, fait monter d’un cran la tension. Aussi étrange qu’inquiétant soit-il mais vrai, un certain remous s’invite…

A bout portant

AutoDiff