Publié dans Politique

Lutte contre le blanchiment de capitaux - « Le SAMIFIN a accès à toutes les informations »

Publié le mercredi, 29 juillet 2020

Madagascar est touchée de plein fouet par la pandémie de coronavirus. Elle a bénéficié de centaines de millions de dollars de la part de ses partenaires techniques et financiers. Face à cette situation, le directeur général du SAMIFIN, Boto Tsara Lamina, explique que la transparence financière existe. Le service de renseignement financier qu’il dirige a accès à toutes les informations dont il a besoin. Interview.

 

La Vérité (+) : Madagascar a obtenu des financements en centaines de millions de dollars dans le cadre de la lutte contre le coronavirus. Quels sont les mécanismes utilisés par le SAMIFIN pour suivre et contrôler les mouvements de capitaux dans le pays ?

Boto Tsara Lamina (=) : « Le SAMIFIN a été érigé pour lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme. Notre travail commence dès qu’il y a soupçon de détournement de capitaux. On ne peut pas s’ingérer dans la gestion de ces fonds puisque c’est le Gouvernement malagasy et les partenaires techniques financiers qui ont conclu un accord. Toutefois, nous commençons à travailler dès qu’il a soupçon de détournement de fonds, de corruption. Dans cette situation, nous diligentons une enquête et nous transmettons les résultats de l’enquête devant la Justice.»

(+) : Ce mécanisme est-il efficace ?

(=) : « Son efficacité dépend de l’usage qu’on en fait. En tout cas, c’est le mécanisme existant. La mission du SAMIFIN est définie par un cadre légal, il travaille dans ce cadre et ne peut faire autrement. Ce n’est pas parce que Madagascar a obtenu des financements que le SAMIFIN va effectuer un suivi ou un contrôle de l’usage de ces fonds. Notre mission se déclenche dès réception d’une déclaration de soupçon.»

(+) : Alors que fait le service au cas où il n’y aurait pas de déclaration de soupçon ?

(=) : « Même pendant cette période de confinement, on travaille toujours. On met en place des mécanismes pour prévenir des éventuels blanchiments de capitaux ou financement du terrorisme, avant même que l’infraction ne soit consommée. Et en cas d’infraction consommée, la phase enquête est déclenchée. La combinaison de la méthode préventive et l’enquête est efficace pour prévenir que ces aides financières ne soient détournées. Quoi qu’il en soit, le SAMIFIN continue à mener des enquêtes même si l’on se trouve dans une situation d’urgence sanitaire. La loi n° 2018-043 donne au SAMIFIN la compétence nécessaire pour mener des enquêtes financières même en l’absence de déclaration de soupçon.»

(+) : Dans le cadre de l’accomplissement des missions qui lui sont assignées, le SAMIFIN a-t-il accès à toutes les informations qu’il demande dans un contexte de transparence, venant du secteur privé comme du secteur public ?

(=) : « La transparence existe. C’est la base même de notre mission. Si nous n’avons pas accès à toutes les informations qui nous sont utiles dans le cadre de notre enquête, nous serons face à un nœud gordien. Cette situation est d’ailleurs renforcée par la loi n° 2018-043 dans l’article 18 alinéa 6 qui affirme que le service de renseignements financiers a accès à toutes les informations nécessaires à l’instruction du dossier. Et dans cette situation d’urgence sanitaire où les déplacements font l’objet d’une restriction, le SAMIFIN dispose de moyens technologiques pour réaliser ses missions. Nous avons une plateforme dénommée « gate way » où nous pouvons échanger des informations avec nos partenaires comme les banques. Nous avons procédé à une extension de nos partenaires comme la Gendarmerie nationale, la Police nationale, le BIANCO, le service des impôts, les douanes, le Trésor public. Et depuis le mois de mars, nous avons mis en œuvre une plateforme numérique centralisée. Il s’agit d’une base de données que l’on partage avec tous ces partenaires. »

(+) : Quelles sont les enquêtes en cours actuellement ?

(=) : « Nos activités ne sont peut-être pas visibles sur le plan médiatique mais nous travaillons toujours, même dans ce contexte de coronavirus. En tant que service de renseignement, nous ne sommes pas tenus de communiquer nos enquêtes. Mais je peux affirmer que le SAMIFIN travaille et œuvre toujours pour l’accomplissement des missions qui lui sont assignées dans le cadre légal. »

(+) : Et qu’en est-il de la publication des résultats des enquêtes ?

(=) : « Le SAMIFIN, en tant que service de renseignement, n’est pas enclin à publier les résultats de ses enquêtes. Nous sommes tenus par le secret de l’enquête et nous respectons l’indépendance de la Justice. Mais nous partageons les résultats de nos enquêtes avec nos partenaires comme le Pôle Anti-Corruption et nos partenaires que j’ai énumérés pour qu’ils puissent travailler en conséquence. Mais je peux dire que les affaires devant le PAC en matière de blanchiment de capitaux, par exemple, portent toujours les empreintes du SAMIFIN.»

Propos recueillis par Boaza

Fil infos

  • Concrétisation des « Velirano » - Une volonté présidentielle intacte à toute épreuve !
  • Kere dans le Sud - Le Gouvernement opte pour des solutions radicales et maximales
  • Peste bubonique - Cinq décès à Morarano Gara
  • Exportation illicite - 15 kilos d'or interceptés par les autorités
  • Projet Tana-Masoandro - Le site idéal a toujours été Imerintsiatosika
  • Rapatriement de devises - 3250 sociétés en situation d'irrégularité
  • Lutte contre le Kere dans le Sud - Les partenaires techniques et financiers derrière le régime
  • Coopération Madagascar – Nations unies - Un plan cadre pour la période 2021 – 2023 en gestation
  • Sénatoriales - La liste IRMAR lance sa campagne
  • Projet Ambatovy - Production de 3000 tonnes de nickel au cours du premier trimestre 2021

La Une

Editorial

  • Elu ou nommé, faux débat !
    Ces derniers temps, à l’approche des sénatoriales, les esprits s’échauffent et les faux débats pullulent. A mesure que la date du 11 décembre se précise, les fumées noires qui s’échappent du volcan en éveil alourdissent et noircissent l’atmosphère. On étouffe.A l’allure où vont les choses de la politique, les poids lourds de l’opposition risquent fort de se retrouver à la touche. En s’élargissant davantage, la plate-forme acquise à la cause défendue par le jeune président Rajoelina Andry Nirina occupera le terrain. La hantise de l’exclusion déclenche chez les activistes du RMDM une hystérie. A eux s’ajoutent les ténors du Groupe de Panorama dont la traversée du désert risque de se prolonger indéfiniment. Et alors, tous les moyens sont bons pour tenter de déstabiliser le pouvoir. L’entame de la campagne électorale, depuis hier 19 novembre, fait monter d’un cran la tension. Aussi étrange qu’inquiétant soit-il mais vrai, un certain remous s’invite…

A bout portant

AutoDiff