Publié dans Politique

Etat d'urgence sanitaire - Cinq usines de la STAR ferment leurs portes

Publié le mercredi, 29 juillet 2020

Baisse d'activités. La STAR a décidé de mettre en arrêt ses cinq usines, se trouvant respectivement à Andraharo, Andranovelona, Ambatolampy, Antsirabe et à Antsiranana, à partir de la semaine prochaine. Cette décision est conditionnée par la conjoncture sanitaire mais surtout celle économique du pays actuellement et elle sera valable jusqu'à la fin du mois d'août. Face aux différentes restrictions et mesures mises en place par les autorités, cette industrie produit plus qu'elle ne vend.

 

La demande sur le marché a considérablement diminué au cours des derniers mois, avec la fermeture des bars mais aussi l'annulation des tous les événements regroupant des personnes. De ce fait, les usines ne sont pas rentables comme elles le devraient. « Normalement, pour atteindre une cadence industrielle, et être ainsi rentable, une usine doit tourner 24h/24. Mais actuellement, ce n'est pas le cas. Nous ne travaillons que seulement quelques heures à cause des restrictions », explique un salarié de l'entreprise. Cette fermeture s'est notamment faite de manière progressive. L'usine d'Ambatolampy a été la première. Elle a cessé ses activités depuis le mois de mai dernier. Elle a ensuite été suivie par celle d'Andraharo, en arrêt depuis déjà trois semaines. L'usine d'Andranovelona a fermé ses portes depuis la semaine dernière. C'est l'usine d'Antsirabe qui vient conclure cette fermeture cette semaine.

Ainsi, près de 1 800 personnes seront impactées par la fermeture de ces usines. « Pour cette période, les collaborateurs de la société seront surtout encouragés à prendre leurs congés annuels », a-t-on communiqué. Dans tous les cas, la Direction de la STAR a tenu à rassurer ses employés que « ce n'est qu'une mesure provisoire et qu'aucun collaborateur ne perdra son emploi. Il n'y aura aucun licenciement ou autre mesure du même genre. »

Aucune rupture

Malgré la suspension de toute la production, il n'y a aucune rupture de stock à craindre au cours du mois d'août prochain. Comme il a été mentionné, la consommation a considérablement baissé. De ce fait, la STAR autant que ses revendeurs se trouvent avec un très haut niveau de stock. « Ces dernières semaines, nos ventes ont diminué. Vu la situation, nos clients s'approvisionnent moins autant en boissons alcooliques qu'en boissons hygiéniques. Il y a même eu une période où nous n'avons pas effectué de commandes étant donné que nos étalages sont encore remplis », confirme un grossiste de boissons du côté des 67 Ha. « Les stocks de produits finis disponibles dans nos agences sont largement suffisants pour répondre à la très faible demande actuelle du marché », rajoute la STAR.

La reprise de ses activités repose ainsi sur l'évolution de la situation. « La suspension des activités de la STAR à travers le pays est ponctuelle et n'a aucune vocation à durer dans le temps. Nous ne manquerons pas de redémarrer l'ensemble de nos activités dès que les besoins sur le marché s'en fera ressentir », a-t-elle annoncé. Après Ambatovy, la STAR est donc la seconde industrie d'envergure à devoir suspendre ses activités.

Rova Randria

Fil infos

  • Célébration du 10 août - Occultée par la crise sanitaire
  • Concentrateurs d’oxygène importés - Arrivée de la seconde livraison
  • Dérogation pour les Malagasy devant poursuivre leurs études à l’extérieur - Précisions supplémentaires du CCO
  • Rapatriement de 1 600 Malagasy - La procédure est enclenchée !
  • Rapatriement des Malagasy - Priorité aux personnes vulnérables
  • Covid-19 à Madagascar - 9.000 contaminés guéris en un mois
  • Site de la MBS à Anosipatrana - La CUA veut reprendre son bien
  • Etat d’urgence sanitaire - Allègement du confinement à Analamanga - Rapatriement des Malagasy bloqués à l’étranger - Ouverture conditionnée de Nosy Be au tourisme international - Plan social pour les employés du secteur privé
  • Concentrateurs d’oxygène importés - Le Président réceptionne la première livraison à Ivato
  • Collectif des opposants - Un mouvement mort-né !

La Une

Editorial

  • Du bluff à la farce
    De qui se moque-t-on ! Dans ce beau pays qui est le nôtre, on se permet de mener en bateau le peuple. Et cela, sans aucun souci ni respect d’autrui. A Madagasikara, certains acteurs de la vie politique nationale foulent aux pieds les principes de base de l’éthique politique. Coup de bluff ! Les membres du RMDM persistent et signent pour la tenue d’une consultation nationale prévue pour le 10 août. Jusque-là, rien de répréhensible dans la mesure où dans une République respectant le minimum de la démocratie, on ne jette pas des bâtons dans les roues de la liberté de réunion et d’expression. Chaque citoyen jouissant pleinement de ses droits civiques peut librement exprimer son opinion. Ainsi, la liberté de presse, à titre d’exemple, est une chose vécue au quotidien à Madagasikara surtout à l’avènement de ce régime issu des élections libres à partir de 2018.Seulement voilà, dans le…

A bout portant

AutoDiff