Publié dans Politique

Directeur général de l'IMRA - Le CVO a subi le test de toxicité

Publié le vendredi, 31 juillet 2020

L'Institut malgache de recherches appliquées a tenu à émettre certaines précisions sur le remède traditionnel amélioré Covid-Organics (CVO). Le directeur général de cet institut, le Docteur Charles Andrianjara a souligné que la production de ce remède a respecté les procédures scientifiques, touchant notamment la question de l'innocuité du CVO laquelle a de nouveau refait surface récemment. Une analyse de toxicité du CVO a été menée sur des animaux en l'occurrence une cinquantaine de rongeurs, explique le DG de l'IMRA. Deux études ont été menées, à savoir une étude de toxicité aigüe et une étude de toxicité chronique. L'étude de toxicité aigüe consistait à administrer une dose élevée de CVO aux rongeurs. A l'issue de cette première étude, aucun mort n'a été compté. Le CVO n'est donc pas toxique jusqu'à une dose relativement forte ou élevée, à en juger les résultats obtenus par l'IMRA.

 

L'étude de toxicité chronique aurait consisté à l'administration de la dose supposée préventive et la dose supposée curative pendant un temps relativement long aux mêmes rongeurs. Les deux doses ont été administrées pendant trente jours. Selon les résultats obtenus par l'IMRA, aucune modification du comportement général des animaux, aucun mort n'a été recensé à l'issue de l'étude de toxicité, pendant un mois. Par ailleurs, il a indiqué qu'aucun changement notable n'a été décelé à l'issue des analystes menées sur le foie, les reins, la rate et d'autres organes. C'est suite à ces résultats que l'IMRA affirme avoir saisi l'appel du Chef de l'Etat de proposer ce CVO comme remède traditionnel amélioré destiné à prévenir mais également à guérir la Covid-19.

A ce sujet justement, récemment, des études cliniques auraient été menées sur les vertus préventives du CVO face au coronavirus. Une cinquantaine de personnes se seraient portées volontaires pour ces études. Une dose préventive a été  administrée à ces personnes, des volontaires sains, qui n'avaient jamais bu du CVO auparavant. A l'issue des 7 jours du protocole, il a été constaté un renforcement significatif du système immunitaire des volontaires. L'administration du remède a été poursuivie pendant 15 jours après le test à l'issue des 7 jours pour observer si l'immunité du sujet reste présente ou pas malgré une pause.

Sur un sujet connexe, l'IMRA effectue aujourd'hui des dépistages rapides de la Covid-19. 31% des personnes dépistées ont été positifs. La plupart des personnes suivies par l'IMRA et traitées par le CVO se sont remises et ont vu leur santé s'améliorer. Les recherches continuent au sein de l'institut. Les propriétés antivirales du CVO ont également été mises en avant. En outre, le Dr Charles Andrianjara a affirmé sa déception quant aux agissements de certains journalistes venus l'interviewer, lesquels sont sortis du contexte voire déformer certains de ses propos dans leur reportage diffusé récemment concernant le Covid-Organics. Le DG de l'IMRA affirme par ailleurs que ces journalistes se seraient présentés à lui de prime abord avec un ordre de mission de chez Transparency International Initiative Madagascar.

La Rédaction

Fil infos

  • Covid-19 - Le rebond de l’épidémie à l’étranger doit interpeller les Malagasy
  • Session ordinaire de l’Assemblée nationale - Les dossiers transmis par la HCJ au menu
  • Tournée présidentielle dans le Nord - Sambava, premier bénéficiaire du CVO plus
  • Renforcement du système de santé à Madagascar - Deux hélicoptères médicaux de la Russie
  • Axe Ambilobe - Vohémar - L'inauguration prévue dans 8 mois
  • Arrestation du député Leva - Son épouse parlementaire en flagrant délit
  • Fin de mandat - Rivo Rakotovao rêve d’une prolongation utopique
  • Palais d’Anosikely - Des sénateurs récalcitrants veulent rester à tout prix !
  • Rapatriement - Arrivée d’une énième vague
  • Manifestation populaire à Vohilava - La CNIDH interpelle les autorités étatiques

La Une

Editorial

  • Dans le top 10
    L’Assemblée générale de l’Organisation des Nations unies (ONU) consacra la date du 15 septembre en « Journée internationale de la démocratie ». Madagasikara, pays membre, tenait à la célébrer et ce en dépit des restrictions imposées par la pandémie de Covid-19.En 2016, sur la base de « l’indice de démocratie », Madagasikara se positionnait au 103ème rang mondial sur 167 pays. En janvier 2020, selon le nouveau rapport établi par l’« Economist Intelligence Unit » (EIU), la Grande île a gagné 6 points, ce qui le place dans le top 10 des pays africains. A l’issue des élections de 2018-2019 et en se basant sur le processus électoral, Madagasikara s’est attribué la mention de « bon élève » et obtient la note de 7,92 sur 10 alors qu’entre 2009 et 2014, le pays avait en dessous de 4. Des progrès notables ont été constatés mais beaucoup d’efforts restent encore à…

A bout portant

AutoDiff