Publié dans Politique

Directeur général de l'IMRA - Le CVO a subi le test de toxicité

Publié le vendredi, 31 juillet 2020

L'Institut malgache de recherches appliquées a tenu à émettre certaines précisions sur le remède traditionnel amélioré Covid-Organics (CVO). Le directeur général de cet institut, le Docteur Charles Andrianjara a souligné que la production de ce remède a respecté les procédures scientifiques, touchant notamment la question de l'innocuité du CVO laquelle a de nouveau refait surface récemment. Une analyse de toxicité du CVO a été menée sur des animaux en l'occurrence une cinquantaine de rongeurs, explique le DG de l'IMRA. Deux études ont été menées, à savoir une étude de toxicité aigüe et une étude de toxicité chronique. L'étude de toxicité aigüe consistait à administrer une dose élevée de CVO aux rongeurs. A l'issue de cette première étude, aucun mort n'a été compté. Le CVO n'est donc pas toxique jusqu'à une dose relativement forte ou élevée, à en juger les résultats obtenus par l'IMRA.

 

L'étude de toxicité chronique aurait consisté à l'administration de la dose supposée préventive et la dose supposée curative pendant un temps relativement long aux mêmes rongeurs. Les deux doses ont été administrées pendant trente jours. Selon les résultats obtenus par l'IMRA, aucune modification du comportement général des animaux, aucun mort n'a été recensé à l'issue de l'étude de toxicité, pendant un mois. Par ailleurs, il a indiqué qu'aucun changement notable n'a été décelé à l'issue des analystes menées sur le foie, les reins, la rate et d'autres organes. C'est suite à ces résultats que l'IMRA affirme avoir saisi l'appel du Chef de l'Etat de proposer ce CVO comme remède traditionnel amélioré destiné à prévenir mais également à guérir la Covid-19.

A ce sujet justement, récemment, des études cliniques auraient été menées sur les vertus préventives du CVO face au coronavirus. Une cinquantaine de personnes se seraient portées volontaires pour ces études. Une dose préventive a été  administrée à ces personnes, des volontaires sains, qui n'avaient jamais bu du CVO auparavant. A l'issue des 7 jours du protocole, il a été constaté un renforcement significatif du système immunitaire des volontaires. L'administration du remède a été poursuivie pendant 15 jours après le test à l'issue des 7 jours pour observer si l'immunité du sujet reste présente ou pas malgré une pause.

Sur un sujet connexe, l'IMRA effectue aujourd'hui des dépistages rapides de la Covid-19. 31% des personnes dépistées ont été positifs. La plupart des personnes suivies par l'IMRA et traitées par le CVO se sont remises et ont vu leur santé s'améliorer. Les recherches continuent au sein de l'institut. Les propriétés antivirales du CVO ont également été mises en avant. En outre, le Dr Charles Andrianjara a affirmé sa déception quant aux agissements de certains journalistes venus l'interviewer, lesquels sont sortis du contexte voire déformer certains de ses propos dans leur reportage diffusé récemment concernant le Covid-Organics. Le DG de l'IMRA affirme par ailleurs que ces journalistes se seraient présentés à lui de prime abord avec un ordre de mission de chez Transparency International Initiative Madagascar.

La Rédaction

Fil infos

  • Contrat de location auprès de la compagnie STA - Démenti du ministère de l’Economie et des Finances
  • Etats – Unis - Investiture sous haute protection pour le Président Joe Biden
  • Campagne de reboisement 2021 - 75 000 hectares à couvrir d’arbres !
  • Chambre haute du Parlement - Razafimahefa Herimanana, élu président du Sénat
  • Secteur halieutique - Des investisseurs « abandonnés » implorent le ministère
  • Nouvelle hausse des cas de Covid-19 - Appliquons les gestes qui sauvent !
  • Président de la République - Trois magistrats et un ancien ministre parmi les désignés sénateurs
  • Campagne de reboisement 2021- Coup d’envoi par le couple présidentiel à Taolagnaro
  • Trafic de 73,5 kg d’or - L’Opposition divague
  • Covid-19 - Un reconfinement pas à l’ordre du jour
Pub droite 1

Editorial

  • Plein régime !
    Les Institutions de la République se mettent en selle lentement mais sûrement. Le Sénat s’installe définitivement. Désormais, le Parlement fonctionne à plein régime. Il reste un gros paquet, la Haute Cour constitutionnelle (HCC). Le mandat du président de cet auguste Institution arrive à son terme. Une chose est certaine, Rajoelina Andry, le maître d’œuvre du système, ne néglige aucun détail. Il va placer partout où il faudra ses pions. Un geste légitime que n’importe quel Chef d’Etat ne rate pas et cela au nom des intérêts supérieurs de la Nation. Le souci majeur d’un homme d’Etat, le vrai, consiste constamment à asseoir la stabilité du régime et également à faire fonctionner de façon coordonnée et équilibrée le pouvoir.La réunion en session spéciale de la Chambre haute ce deuxième mardi après la proclamation des résultats, selon la volonté de la Loi fondamentale, scella le sort du Parlement du régime orange de…

A bout portant

AutoDiff