Publié dans Politique

Vols de rapatriement - «Les autorisations se négocient entre les Etats », dixit l’aviation civile de Madagascar

Publié le mardi, 29 septembre 2020

Aucune relation. Face à la diffusion de certaines informations, ces derniers temps, l’Aviation civile de Madagascar (ACM) a tenu à apporter quelques précisions sur la situation des vols de rapatriement dans le pays. Cette précision intervient notamment après les différentes réactions concernant Air France et Air Madagascar. La situation entre les compagnies a généré une certaine tension. Les vols au départ d’Antananarivo de la compagnie aérienne malagasy à destination de Paris ont notamment été suspendus depuis dimanche dernier, par l’Aviation civile française. De même, selon les informations communiquées par l’ambassade de France à Madagascar, les autorités malagasy ont refusé jusque-là qu’Air France prenne des passagers dans le sens Paris-Antananarivo.

C’est pourquoi l’ACM a tenu à rappeler dans son communiqué que «les vols de rapatriement sont des vols spéciaux. Compte tenu de la pandémie liée à la Covid-19, ces vols nécessitent des autorisations spéciales et sont traités au cas par cas. Par ailleurs, ces vols ne sont pas régis par des accords aériens, mais se négocient entre les Etats ». « Par conséquent, il n’y a aucun lien entre la décision de la DGAC relative à l’autorisation de vols de la compagnie Air Madagascar, et le retour à l’annexe B, dans la mesure où ladite décision n’est pas liée aux aspects techniques concernant cette dernière », rajoutent les responsables.

Dans tous les cas, étant donné la situation actuelle, l’Aviation civile de Madagascar mène un travail de fond, afin de se conformer aux standards de l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI). «L’idée étant d’accompagner et de soutenir les opérateurs comme il se doit, surtout pour éviter de retomber dans la liste de sécurité de l’Union européenne. Heureusement, jusqu’à maintenant, aucune défaillance pouvant affecter les opérations des compagnies aériennes n’a été décelée dans les processus de gestion de la réglementation, de la certification et de la surveillance des opérateurs par l’ACM », précise cet organisme.

Toutefois, elle procède quand même à une restructuration pour maximiser les résultats avec une meilleure optimisation des ressources afin de ne pas mettre en péril la sécurité et la sûreté aériennes.   

Rova Randria

Fil infos

  • Loi sur la communication médiatisée - Les acteurs dans les Régions mis au parfum
  • Pension de retraite pour les députés - Razanamahasoa Christine précise
  • Fonctionnaires fantômes - La coupure des salaires effective
  • Lutte contre la corruption - « La volonté politique est primordiale »
  • Lutte contre la Covid-19 - Roland Ratsiraka veut encore semer le chaos
  • Port du masque à Antananarivo - Les sanctions sont tombées pour des récalcitrants
  • Lalatiana Andriatongarivo - La prolongation du mandat des sénateurs est inconstitutionnelle
  • Députés de Madagascar - Rien que des faveurs personnelles
  • Visite à Ambatondrazaka - Andry Rajoelina encourage les écoliers
  • Création de nouvelles Régions - Le plateau de Mahafaly et le Mangoro dans la liste d’attente

La Une

Editorial

  • Approche à revoir
    Quatre professionnels du média défraient la chronique ces derniers jours. A la Une des journaux, ils font couler beaucoup d'encre. Sabrina, animatrice d'antenne de Kolo TV, accusée de propagation de fausses nouvelles troublant l'ordre public, fut placée sous mandat de dépôt à Antanimora. Après un séjour d’un mois, elle bénéficia d'un relax suite à une décision présidentielle. Arphine Helisoa, une autre journaliste poursuivie pour propagation de fausses nouvelles et incitation à la haine à l'encontre de la personne du Président de la République, séjourna trente jours à Antanimora. Elle retrouva également sa liberté grâce à un geste du Président Rajoelina Andry.

A bout portant

AutoDiff