Publié dans Politique

Accords politiques - Ravalomanana s’est assis sur Dakar I et Dakar II

Publié le lundi, 05 octobre 2020

Dakar I et Dakar II, feuille de route. Tels sont les accords politiques connus par les Malagasy pour sortir des crises en 2002 et en 2009.

Le clan Marc Ravalomanana réclame le respect de la « feuille de route pour la sortie de crise ». Sur la base de ce texte, l’ancien Chef d’Etat et ses proches réclament l’indemnisation du groupe Tiko au titre des préjudices qu’il a subis lors de la crise de 2009. Ils exigent de l’Etat une indemnisation à hauteur de 1 400 milliards d’ariary. Une demande qui a fait réagir nombre d’observateurs de la vie politique malagasy, qui estiment que, de la part de Faravohitra, exiger de respecter « un accord politique de sortie de crise » est plus que mal venu.

 

Un coup d’œil dans le rétroviseur de l’histoire de Madagascar suffit en effet à rappeler que Marc Ravalomanana est le champion du non-respect de la parole donnée et du non-respect des accords politiques de sortie de crise. Au début de l’année 2002, un conflit éclate au sujet du premier tour des élections présidentielles entre Didier Ratsiraka et Marc Ravalomanana. Le second s’autoproclamera Président de la République en février 2002 ce qui précédera une escalade de violences qui resteront dans les annales du pays.

Afin de trouver une solution à la crise, les deux principaux concernés se sont retrouvés à Dakar en avril 2002. Didier Ratsiraka et Marc Ravalomanana alors signent un accord politique en présence de plusieurs Chefs d’Etat africains. La poignée de mains entre les deux hommes, lors de la signature de l’accord qui portera le nom de la capitale sénégalaise, avait à l’époque fait le tour du monde. Il y a avait ensuite Dakar II, en juin de la même année, lequel n’a également pas permis de trouver de solution à la crise malagasy. En effet, de retour dans la Grande île, c’est toute honte bue et sans scrupules que Marc Ravalomanana a délibérément renié sa signature. Ainsi, après un décompte de voix favorable d’une Haute Cour constitutionnelle remaniée, il prête une seconde fois serment en mai 2002, avant d’organiser une « pacification » ou plutôt un « haza lambo » des fidèles de Ratsiraka…

C’est ce Ravalomanana, lequel s’est littéralement assis sur les Accords de Dakar I et Dakar 2, qui ose aujourd’hui réclamer le respect de la feuille de route de 2009, un accord politique similaire aux deux précités, pour servir ses intérêts. Des intérêts qui ne sont même pas politiques, puisqu’il souhaite faire appliquer la feuille de route pour des intérêts bassement financiers. Tout ceci pour dire que Marc Ravalomanana n’a aucune légitimité ni crédibilité aujourd’hui pour réclamer le respect des dispositions de la feuille de route de 2009, qui est un accord politique de sortie de crise, étant donné que lui-même a allègrement renié des accords politiques du même acabit à savoir les Dakar I et II.

La Rédaction

Fil infos

  • Sécheresse et dégradation des zones forestières - Toute la ville de Fianarantsoa privée d’eau à partir de demain
  • Mise en accusation de ministres à la HCJ - Accouchement difficile à l’Assemblée nationale
  • Concrétisation des « Velirano » - Une volonté présidentielle intacte à toute épreuve !
  • Kere dans le Sud - Le Gouvernement opte pour des solutions radicales et maximales
  • Peste bubonique - Cinq décès à Morarano Gara
  • Exportation illicite - 15 kilos d'or interceptés par les autorités
  • Projet Tana-Masoandro - Le site idéal a toujours été Imerintsiatosika
  • Rapatriement de devises - 3250 sociétés en situation d'irrégularité
  • Lutte contre le Kere dans le Sud - Les partenaires techniques et financiers derrière le régime
  • Coopération Madagascar – Nations unies - Un plan cadre pour la période 2021 – 2023 en gestation

Editorial

  • Elu ou nommé, faux débat !
    Ces derniers temps, à l’approche des sénatoriales, les esprits s’échauffent et les faux débats pullulent. A mesure que la date du 11 décembre se précise, les fumées noires qui s’échappent du volcan en éveil alourdissent et noircissent l’atmosphère. On étouffe.A l’allure où vont les choses de la politique, les poids lourds de l’opposition risquent fort de se retrouver à la touche. En s’élargissant davantage, la plate-forme acquise à la cause défendue par le jeune président Rajoelina Andry Nirina occupera le terrain. La hantise de l’exclusion déclenche chez les activistes du RMDM une hystérie. A eux s’ajoutent les ténors du Groupe de Panorama dont la traversée du désert risque de se prolonger indéfiniment. Et alors, tous les moyens sont bons pour tenter de déstabiliser le pouvoir. L’entame de la campagne électorale, depuis hier 19 novembre, fait monter d’un cran la tension. Aussi étrange qu’inquiétant soit-il mais vrai, un certain remous s’invite…

A bout portant

AutoDiff