Publié dans Politique

Accords politiques - Ravalomanana s’est assis sur Dakar I et Dakar II

Publié le lundi, 05 octobre 2020

Dakar I et Dakar II, feuille de route. Tels sont les accords politiques connus par les Malagasy pour sortir des crises en 2002 et en 2009.

Le clan Marc Ravalomanana réclame le respect de la « feuille de route pour la sortie de crise ». Sur la base de ce texte, l’ancien Chef d’Etat et ses proches réclament l’indemnisation du groupe Tiko au titre des préjudices qu’il a subis lors de la crise de 2009. Ils exigent de l’Etat une indemnisation à hauteur de 1 400 milliards d’ariary. Une demande qui a fait réagir nombre d’observateurs de la vie politique malagasy, qui estiment que, de la part de Faravohitra, exiger de respecter « un accord politique de sortie de crise » est plus que mal venu.

 

Un coup d’œil dans le rétroviseur de l’histoire de Madagascar suffit en effet à rappeler que Marc Ravalomanana est le champion du non-respect de la parole donnée et du non-respect des accords politiques de sortie de crise. Au début de l’année 2002, un conflit éclate au sujet du premier tour des élections présidentielles entre Didier Ratsiraka et Marc Ravalomanana. Le second s’autoproclamera Président de la République en février 2002 ce qui précédera une escalade de violences qui resteront dans les annales du pays.

Afin de trouver une solution à la crise, les deux principaux concernés se sont retrouvés à Dakar en avril 2002. Didier Ratsiraka et Marc Ravalomanana alors signent un accord politique en présence de plusieurs Chefs d’Etat africains. La poignée de mains entre les deux hommes, lors de la signature de l’accord qui portera le nom de la capitale sénégalaise, avait à l’époque fait le tour du monde. Il y a avait ensuite Dakar II, en juin de la même année, lequel n’a également pas permis de trouver de solution à la crise malagasy. En effet, de retour dans la Grande île, c’est toute honte bue et sans scrupules que Marc Ravalomanana a délibérément renié sa signature. Ainsi, après un décompte de voix favorable d’une Haute Cour constitutionnelle remaniée, il prête une seconde fois serment en mai 2002, avant d’organiser une « pacification » ou plutôt un « haza lambo » des fidèles de Ratsiraka…

C’est ce Ravalomanana, lequel s’est littéralement assis sur les Accords de Dakar I et Dakar 2, qui ose aujourd’hui réclamer le respect de la feuille de route de 2009, un accord politique similaire aux deux précités, pour servir ses intérêts. Des intérêts qui ne sont même pas politiques, puisqu’il souhaite faire appliquer la feuille de route pour des intérêts bassement financiers. Tout ceci pour dire que Marc Ravalomanana n’a aucune légitimité ni crédibilité aujourd’hui pour réclamer le respect des dispositions de la feuille de route de 2009, qui est un accord politique de sortie de crise, étant donné que lui-même a allègrement renié des accords politiques du même acabit à savoir les Dakar I et II.

La Rédaction

Fil infos

  • Secteur aurifère - Une exportation ciblée peut soutenir la valeur de l’ariary
  • Tournée présidentielle dans le Sud - Andry Rajoelina sème l’espoir
  • Président Rajoelina à Fianarantsoa - « Le budget pour la Santé sera révisé à la hausse »
  • Devises - 400 millions $ « dorment » dans les comptes des résidents à Madagascar
  • Déplacement du Président dans le Vakinankaratra - Soutien au secteur agricole et à la lutte anti – Covid-19
  • Parlementaires - Volume de travail augmenté
  • Lutte contre la Covid-19 - Madagascar mise sur une vaccination ciblée
  • Lalatiana Andriatongarivo - Appel à la responsabilisation accrue des journalistes
  • Crise sanitaire - Prolongation de l'état d'urgence - Fermeture de trois autres Régions avec Analamanga, Atsinanana et SAVA - Réouverture de Boeny et Nosy Be - Reprise des cours pour les élèves en classe d'examen
  • Liberté de la presse à Madagascar - Un grand saut qualitatif mais…

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Par monts et vallées !
    Infatigable, le Président Rajoelina sillonne et arpente monts et vallées et pour cause, la bataille sans merci contre la pandémie de la Covid-19 variant sud-africain. Le jeune commandant en chef de la guerre s’engage à tous les fronts.Selon le bilan officiel, en date du 4 mai, le pays enregistre 127 nouveaux cas, 492 guéris et 8 décès. En tenant compte du bilan du 3 mai, 238 nouveaux cas et 5 décès, force est de reconnaitre que la tendance générale accuse une baisse. Certes, le chiffre des patients victimes garde une certaine « stabilité » mais les efforts conjugués portent leurs fruits. Des résultats que l’on peut qualifier de relatifs toutefois, les espoirs sont permis. L’arrivée très prochainement (vendredi 7 mai) et le début de la campagne vaccinale en début de semaine prochaine (lundi 10 mai) laissent supposer que la lutte va enclencher la vitesse supérieure sinon ils permettent d’entrevoir une…

A bout portant

AutoDiff