Publié dans Politique

Sénatoriales à Toliara - Neypatraiky Rakotomamonjy, le candidat surprise de l’IRD

Publié le dimanche, 11 octobre 2020

On connaît désormais la liste de candidats de l’IRD à Toliara pour les sénatoriales du 11 décembre prochain. Sa composition a créé une petite surprise. La présence d’un ancien dignitaire de l’ancien régime a notamment suscité des réactions. En effet, Neypatraiky André Rakotomamonjy, puisque c’est de lui dont il s’agit, figure dans la liste des candidats de la plateforme présentielle pour ce scrutin. Il sera le porte- étendard de la plateforme présidentielle en qualité de second de liste. Autant dire qu’il a de grandes chances de siéger à Anosikely à l’issue des élections sénatoriales.

 

Si sa présence a créé une surprise, c’est que cette personnalité reconnue dans la partie Sud de l’île a été d’obédience politique proche de l’ancien régime dont il a été d’ailleurs longtemps ministre. Pour ceux qui ont suivi de près l’évolution de la politique à Madagascar, la présence de l’actuel député d’Ihosy dans la liste IRD n’est toutefois pas une grosse surprise. Faut-il en effet souligner que ce natif du Sud de la Grande-île a affiché son soutien au candidat Andry Rajoelina dès le premier tour de l’élection présidentielle de 2018.

La présence de ce député élu sous l’étiquette d’indépendant dans la liste pourrait donc être interprétée comme un juste retour des choses, mais également comme un clin d’œil envers les élus indépendants. L’ancien ministre des Postes, des Télécommunications et des Nouvelles technologies est en effet le président du groupe des parlementaires républicains à l’Assemblée nationale, un groupement parlementaire « centriste ».

Le restant de la liste des candidats de l’IRD pour les sénatoriales dans la Province de Toliara est plus attendue. Eongobelo Marcel sera la tête de liste. Coordonnateur du parti présidentiel dans cette Province, sa présence s’apparente à une prime à la fidélité.  La liste IRD à Toliara ne compterait aucun adversaire connu jusqu’à hier à Toliara. Sauf erreur, seules Antananarivo et Antsiranana ne comptent pas de listes de candidature, à quelques heures de la date limite de dépôt de dossiers de candidatures. La liste de l’IRD dans la Capitale est celle qui est la plus attendue.

Dans les chaumières, quelques noms circulent. Notamment celui de l’ancien sénateur de Madagascar Sylvain Rabetsaroana ou encore celui de Herimanana Razafimahefa, l’actuel secrétaire général du ministère de l’Education nationale. La présence de ces deux personnalités lors de la présentation officielle de l’association des jeunes maires d’Analamanga au Carlton d’Anosy en fin de semaine dernière semble accréditer cette thèse.

La rédaction

Fil infos

  • Education, violences sur les mineurs, Kere, … - Le Président Rajoelina répond aux questions d’une trentaine d’enfants
  • Problèmes d’approvisionnement en eau de Fianarantsoa - Les solutions urgentes instaurées
  • Scrutin du 11 décembre - Les téléphones interdits dans l’isoloir
  • Sénatoriales - Vers la razzia IRMAR !
  • Exploitation halieutique - Un investisseur étranger arnaqué de plusieurs milliards ariary
  • Pénurie d’eau à Fianarantsoa - Henri Rasamoelina décèle des issues environnementales
  • Trafic de tortues - Quatre personnes placées sous mandat de dépôt à Fianarantsoa
  • Transport aérien - Les défaillances d'Air Madagascar mises à nu
  • Confédération africaine de football - Victime d’un attentat prémédité, Ahmad riposte
  • Conjoncture - Des problèmes sociaux à régler

La Une

Editorial

  • Elu ou nommé, faux débat !
    Ces derniers temps, à l’approche des sénatoriales, les esprits s’échauffent et les faux débats pullulent. A mesure que la date du 11 décembre se précise, les fumées noires qui s’échappent du volcan en éveil alourdissent et noircissent l’atmosphère. On étouffe.A l’allure où vont les choses de la politique, les poids lourds de l’opposition risquent fort de se retrouver à la touche. En s’élargissant davantage, la plate-forme acquise à la cause défendue par le jeune président Rajoelina Andry Nirina occupera le terrain. La hantise de l’exclusion déclenche chez les activistes du RMDM une hystérie. A eux s’ajoutent les ténors du Groupe de Panorama dont la traversée du désert risque de se prolonger indéfiniment. Et alors, tous les moyens sont bons pour tenter de déstabiliser le pouvoir. L’entame de la campagne électorale, depuis hier 19 novembre, fait monter d’un cran la tension. Aussi étrange qu’inquiétant soit-il mais vrai, un certain remous s’invite…

A bout portant

AutoDiff