Publié dans Politique

Fête nationale - Le 14 octobre oublié depuis 1973

Publié le mercredi, 14 octobre 2020


La messe est dite. Le pouvoir a secoué la léthargie générale autour de la date du 14 octobre, la vraie « fête nationale malagasy » aux termes de l’ordonnance n° 60-062 du 20 juillet 1960. La République Malagasy était née le 14 octobre 1958. Hier, pour marquer le 62e anniversaire de cet événement à marquer d’une pierre blanche dans les annales de la jeune nation de l’océan Indien, les autorités ont organisé une série de manifestations à Anahidrano, Antsohihy dont est originaire le premier Président de la République Philibert Tsiranana.
Les habitudes collectives ne connaissent que la date du 26 juin comme jour de fête nationale. Voici ce qu’écrit Galibert Didier, un chercheur à l’université de La Réunion à ce propos : « Jusqu’à la fin de l’année 1972 subsiste ainsi un dédoublement de la fête aboutissant à minorer l’indépendance politique officielle au profit du début de la construction administrative de l’État, cependant que le renversement de la Première République se traduit, l’année suivante, par la disparition pure et simple de la journée commémorative du 14 octobre. Celle-ci est désormais banalisée au profit exclusif du 26 juin, qualifié de ‘fête nationale de l’indépendance’. La date de cette dernière est restée depuis inchangée, cependant que la stèle inaugurée par Philibert Tsiranana le 14 octobre 1959 est livrée aux détritus et aux graffitis. »
L’éducation citoyenne visant à inculquer cette donne dans la conscience des générations actuelles et futures relève d’une œuvre collective comme on a fait avec la lutte contre la Covid-19. Les chercheurs en sciences humaines et sociales, en particulier, ont leur mot à dire là-dessus. Leur intervention est sollicitée pour apporter de plus amples éclaircissements sur les faits historiques bien rangés dans l’inconscience commune durant ces décennies d’oubli.
M.R.

Fil infos

  • Mobilisation face au Kere dans le Sud - Les députés offrent 8,5 tonnes de riz
  • Taxes pétrolières pour l’environnement - Détournement de 15 milliards destinés à l’OLEP
  • Lutte contre la Covid-19 - La communication, arme absolue utilisée par l’Etat
  • Village et Rova d’Ambohimanga - Les habitants retrouvent le goût de l’eau potable
  • Présidence de la Confédération africaine de football - Ahmad brigue un second mandat !
  • Assemblée nationale - Le calme plat
  • Pension de retraite pour les députés - Oui mais…
  • Loi sur la communication médiatisée - Les acteurs dans les Régions mis au parfum
  • Pension de retraite pour les députés - Razanamahasoa Christine précise
  • Fonctionnaires fantômes - La coupure des salaires effective

La Une

Editorial

  • Avec ou sans … !
    L’absentéisme. C’est le mode opératoire opté des sénateurs de l’Opposition pour exprimer leur… colère. En effet, Thierry Raveloson, Andriamandavy Riana, Olga Ramalason et compagnie, les sénateurs HVM et TIM, boudent. Ils désertent les séances de la Session ordinaire (la dernière du genre) de leur institution. Un manquement flagrant envers le devoir sacré qu’ils sont censés assumer en tant qu’élus. Et ils sont payés pour ! En droit de leur réclamer des comptes, les contribuables suivent de près la situation. A moins que ces « têtes brûlées » du Palais de verre renoncent à toucher leurs indemnités et avantages divers. C’est à voir !Arrivé en fin de parcours, le mandat des sénateurs se termine mal pour ne pas dire en queue de poisson. En tout cas, les sénateurs de l’Opposition doivent s’attendre à une telle mésaventure. En 2018, au tout début de la campagne électorale, le candidat Rajoelina annonçait déjà la…

A bout portant

AutoDiff