Publié dans Politique

Accès gratuit aux soins - Départ d'une caravane médicale en direction de 3 Régions

Publié le jeudi, 15 octobre 2020

La Commune de Betafo (Région Vakinankaratra), la Commune rurale d'Alakamisy Ambohimaha (Fkt Andohanisana) (Région Haute Matsiatra) et la Commune de Vohipeno (Région Vatovavy Fitovinany). Telles sont les trois localités qui bénéficieront des offres de service de santé par le biais d'une caravane médicale qui est partie hier à Iavoloha pour une mission d'une semaine. Une telle initiative vise à prodiguer des soins de qualité et de proximité aux populations qui habitent dans les zones concernées. D'après les statistiques, 40 % de la population dans le pays habite à plus de 5 km d'un Centre de santé de base (CSB), et 20 % de ses zones sont très enclavées et dépourvues de moyens de transports adéquats. Ces difficultés augmentent la vulnérabilité des habitants qui ne peuvent accéder à des informations sur la santé et des soins.

 

Cette caravane médicale pourra ainsi offrir des prestations à caractère médical à au moins 5 000 personnes et d'informer et sensibiliser au moins 15 000 personnes. Tous les services seront gratuits : consultation médicale, soins oculaires et auditifs, soins bucco-dentaires et extraction dentaire, dépistage des fistules vésico-vaginales et prise en charge, dépistage de drépanocytose, dépistage du diabète, dépistage des IST/VIH, dépistage du cancer du col de l'utérus, échographie gynéco-obstétrique, échographie abdomino-pelvienne, consultation prénatale, vaccination et planning familiale. En outre, des sessions de sensibilisation sur la prévention et prise en charge des violences basées sur le genre et la loi y afférente, la planification familiale et la loi y afférente seront dispensées.

Relèvement post - Covid-19

Cette initiative rejoint le Velirano du Président de la République Andry Rajoelina sur l'accès à la santé pour tous sans discrimination. Cela entre également dans le contexte de la lutte contre la pandémie de Covid-19 et la difficulté rencontrée par la population en termes de santé et d'accès aux soins. D'où la mise en œuvre du « projet de relance post- covid-19 en matière de santé et activité de relèvement » par le biais de la Direction des affaires sociales et politiques (DASP) au sein de la Présidence de la République, en collaboration étroite avec le ministère de la Santé et les partenaires.

La crise sanitaire et les restrictions de déplacement pendant la période de pandémie ont fait baisser la fréquentation des centres de santé et entraînant ainsi un risque de morbidité et de mortalité. La priorité est d'assurer l'accès des familles et plus particulièrement des personnes vulnérables (diabétiques, femmes enceintes, femmes allaitantes, personnes âgées, les enfants de bas âge…) aux droits en matière de santé et sauver des vies en renforçant le capital humain, favorisant une croissance économique plus forte.

La Rédaction

Fil infos

  • Mobilisation face au Kere dans le Sud - Les députés offrent 8,5 tonnes de riz
  • Taxes pétrolières pour l’environnement - Détournement de 15 milliards destinés à l’OLEP
  • Lutte contre la Covid-19 - La communication, arme absolue utilisée par l’Etat
  • Village et Rova d’Ambohimanga - Les habitants retrouvent le goût de l’eau potable
  • Présidence de la Confédération africaine de football - Ahmad brigue un second mandat !
  • Assemblée nationale - Le calme plat
  • Pension de retraite pour les députés - Oui mais…
  • Loi sur la communication médiatisée - Les acteurs dans les Régions mis au parfum
  • Pension de retraite pour les députés - Razanamahasoa Christine précise
  • Fonctionnaires fantômes - La coupure des salaires effective

La Une

Editorial

  • Avec ou sans … !
    L’absentéisme. C’est le mode opératoire opté des sénateurs de l’Opposition pour exprimer leur… colère. En effet, Thierry Raveloson, Andriamandavy Riana, Olga Ramalason et compagnie, les sénateurs HVM et TIM, boudent. Ils désertent les séances de la Session ordinaire (la dernière du genre) de leur institution. Un manquement flagrant envers le devoir sacré qu’ils sont censés assumer en tant qu’élus. Et ils sont payés pour ! En droit de leur réclamer des comptes, les contribuables suivent de près la situation. A moins que ces « têtes brûlées » du Palais de verre renoncent à toucher leurs indemnités et avantages divers. C’est à voir !Arrivé en fin de parcours, le mandat des sénateurs se termine mal pour ne pas dire en queue de poisson. En tout cas, les sénateurs de l’Opposition doivent s’attendre à une telle mésaventure. En 2018, au tout début de la campagne électorale, le candidat Rajoelina annonçait déjà la…

A bout portant

AutoDiff