Publié dans Politique

Détournement au ministère de la Population - Des hauts fonctionnaires et des complices placés sous mandat de dépôt

Publié le mercredi, 18 novembre 2020

Quinze personnes ont été traduites devant le Pôle anti-corruption( PAC) avant-hier dans le cadre d’une affaire concernant des marchés à prestation fictifs auprès du ministère de la Population, de la Protection sociale et de la Promotion de la femme (MPPSPF), courant l’année 2018. A l’issue du déferrement, sept personnes ont été écrouées. Les huit autres attendent la suite du traitement de cette affaire sous le régime de la liberté provisoire.

 

C’est un pan entier des pratiques bien ancrées dans ce département, en l’occurrence des malversations commises par un collectif d’auteurs et de complices, des certifications de prestations et livraisons fictives, au cours des années 2017 et 2018, qui vient d’être mis au-devant de l’actualité. Au cours d’une mission de contrôle a posteriori pour l’exercice budgétaire de l’année 2018, la direction générale du Contrôle financier, auprès du ministère des Finances et du Budget a constaté un certain nombre de faits illégaux perpétrés par des hauts responsables auprès du MPPSPF, à l’occasion des marchés de prestation fictifs passés en son sein.

L’affaire implique le directeur en charge des finances, son soi-disant émissaire, deux dépositaires comptables, deux Personnes responsables de marchés publics, un gestionnaire d’activités et plusieurs fournisseurs. Dans le rapport correspondant, cette direction générale fait ainsi état de cas de faux et usage de faux en écriture publique, abus de fonction, détournement d’usage de biens publics, cadeaux illicites et blanchiment de capitaux.

Dans notre édition du 9 octobre 2020, nous rapportions à ce sujet que, 4.524.972.000 ariary (soit plus de 22,6 milliards de francs) ont été détournés durant les exercices budgétaires 2017-2018, selon un document qui circulait alors sous le manteau, rapportant un contrôle a posteriori effectué auprès du ministère sis à Ambohijatovo et portant sur des faits et pratiques observés durant les exercices budgétaires 2017-2018, plus précisément lorsque Onitiana Realy était à la tête de ce département. Selon le même rapport, les fonds étaient débloqués et sortis des caisses publiques, vers des pseudos bénéficiaires pour des travaux ou prestations fictifs, pour atterrir au final et en grande partie dans les poches des fonctionnaires indélicats et leurs complices extérieurs.

En tout cas, la Direction générale du contrôle financier a saisi la Direction territoriale du Bureau indépendant anti-corruption(BIANCO) Antananarivo au début du mois de septembre de cette année. Les investigations menées par l’organe d’Ambohibao ont resserré l’étau sur les personnes incriminées. Ayant récemment bouclé ses investigations, le BIANCO a transmis le dossier au PAC.

La Rédaction

Fil infos

  • Education, violences sur les mineurs, Kere, … - Le Président Rajoelina répond aux questions d’une trentaine d’enfants
  • Problèmes d’approvisionnement en eau de Fianarantsoa - Les solutions urgentes instaurées
  • Scrutin du 11 décembre - Les téléphones interdits dans l’isoloir
  • Sénatoriales - Vers la razzia IRMAR !
  • Exploitation halieutique - Un investisseur étranger arnaqué de plusieurs milliards ariary
  • Pénurie d’eau à Fianarantsoa - Henri Rasamoelina décèle des issues environnementales
  • Trafic de tortues - Quatre personnes placées sous mandat de dépôt à Fianarantsoa
  • Transport aérien - Les défaillances d'Air Madagascar mises à nu
  • Confédération africaine de football - Victime d’un attentat prémédité, Ahmad riposte
  • Conjoncture - Des problèmes sociaux à régler

La Une

Editorial

  • Elu ou nommé, faux débat !
    Ces derniers temps, à l’approche des sénatoriales, les esprits s’échauffent et les faux débats pullulent. A mesure que la date du 11 décembre se précise, les fumées noires qui s’échappent du volcan en éveil alourdissent et noircissent l’atmosphère. On étouffe.A l’allure où vont les choses de la politique, les poids lourds de l’opposition risquent fort de se retrouver à la touche. En s’élargissant davantage, la plate-forme acquise à la cause défendue par le jeune président Rajoelina Andry Nirina occupera le terrain. La hantise de l’exclusion déclenche chez les activistes du RMDM une hystérie. A eux s’ajoutent les ténors du Groupe de Panorama dont la traversée du désert risque de se prolonger indéfiniment. Et alors, tous les moyens sont bons pour tenter de déstabiliser le pouvoir. L’entame de la campagne électorale, depuis hier 19 novembre, fait monter d’un cran la tension. Aussi étrange qu’inquiétant soit-il mais vrai, un certain remous s’invite…

A bout portant

AutoDiff