Publié dans Politique

Trafic de tortues - Quatre personnes placées sous mandat de dépôt à Fianarantsoa

Publié le jeudi, 26 novembre 2020

Mardi dernier, les policiers ont procédé à la fouille d'un camion du BNGRC (Bureau national de gestion des risques et des catastrophes), à Ankidona à Fianarantsoa. Au cours de la fouille, ils ont découvert 19 tortues de type Radiata. Le camion était censé apporter des vivres et des aides aux personnes victimes du Kere dans le Sud de Madagascar. Cinq personnes ont donc été appréhendées dont un militaire, un policier, un employé du ministère de la Population, de la Protection sociale et de la Promotion de la femme ainsi que le chauffeur et son aide-chauffeur.

Selon les informations communiquées par la branche de l'Alliance Voahary Gasy à Fianarantsoa , elles ont toutes été déférées au Parquet hier. Conformément à la loi 2005-01 du 17 octobre 2015, les membres de la société civile de la Région ont réclamé un jugement exemplaire pour ces personnes. Les quatre trafiquants ont alors été placés sous mandat de dépôt à Fianarantsoa. « Seul l'employé du ministère a été relâché. Selon les explications obtenues, il a dû changer de voiture parce que sa mère était morte et qu'il devait rejoindre au plus vite la Capitale. Plusieurs personnes sont également intervenues pour disculper le policier sauf que les autorités au niveau du Parquet n'ont pas cédé», rapporte le représentant de l'AVG. En tout cas, l'affaire ne devrait pas s'arrêter là. Les trafiquants devront encore être jugés vers le 10 décembre prochain.

La société civile s'attend à ce que les trafics de ce genre ne restent pas impunis. Il ne devrait y avoir aucune discrimination, surtout avec la politique de tolérance zéro mise en place par le ministère de l'Environnement et du Développement durable. Concernant le camion, ce dernier est retenu au commissariat de police d'Ampasambazaha, dans l'attente d'un chauffeur. Mais le BNGRC ne s'est pas encore exprimé sur la situation. Affaire à suivre.

Rova Randria

Fil infos

  • La Fièvre de la Vallée du Rift frappe de nouveau - Un millier de têtes de cheptel atteint
  • Serial killer - Un quinquagénaire récidiviste fut repris
  • Destitution du maire élu de Nosy Be - La décision controversée du Conseil d’Etat suspendue
  • Haute Cour constitutionnelle  - Les nouveaux juges d’Ambohidahy prennent fonction
  • Trafic d’influence et usurpation de titre - Un assistant parlementaire déféré au Parquet
  • Réunion du TIM et RMDM - Trêve ou mauvais coup en préparation ?
  • Prix exorbitants et détournement de médicaments - Des répressions sévères attendent les contrevenants !
  • Un parfum de scandale à Nosy Be - Avec 5% de voix, un candidat déclaré maire
  • Lutte contre la Covid-19  - L’Etat d’urgence reprend, le confinement en suspens
  • Covid-19 - Madagascar choisit deux vaccins

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Cause nationale
    En 1959, le tout jeune Gouvernement malagasy dut faire face à une grave inondation qui sévit presque dans toute l’île, notamment à Antananarivo et environs. Dans la Capitale, Ikopa déverse ses eaux sur tous les bas-quartiers. Betsimitatatra et ses rizières immergées ! Le Gouvernement de feu Philibert Tsiranana déclare Antananarivo en « zone sinistrée » et « l’état d’urgence nationale » est décrété. Pour affronter ce sinistre national sans précédent, le Gouvernement malagasy fait appel à la contribution de tous étant donné qu’il s’agit d’une cause nationale. On se rappelle du « Fitia tsy mba hetra » par le moyen duquel chaque concitoyen est convié à participer. A noter que les caprices (les crues) de l’Ikopa et de Sisaony créaient depuis la nuit des temps des problèmes à tous les gouvernants. Les souverains et leurs sujets d’Andrianjaka à Andriamasinavalona et surtout Andrianampoinimerina durent rivaliser d’ingéniosité pour construire des digues afin…

A bout portant

AutoDiff