Publié dans Politique

Exploitation halieutique - Un investisseur étranger arnaqué de plusieurs milliards ariary

Publié le vendredi, 27 novembre 2020


7 milliards Ar. C’est au bas mot la perte subie par un investisseur étranger dans le domaine d’exploitation halieutique suite à une arnaque réalisée par un soi-disant opérateur malagasy. Ce dernier, notons-le, qui fait l’objet d’un avis de recherche par la Police malagasy, a été appréhendé au début de novembre puis placé sous mandat de dépôt mais ayant bénéficié d’une liberté provisoire après un bref séjour d’une semaine à la prison d’Antanimora.
C’est cet opérateur malagasy, ex-haut employé d’Ambatovy, qui a conclu un protocole d’accord avec le ministère de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche, pour un projet de pêche commerciale des poissons demersaux et poissons pélagiques. Il a par la suite contacté la société étrangère pour être son partenaire dans cette affaire  étant donné qu’il n’a pas l’expérience et certainement la surface financière pour la réaliser. Le partenariat conclu, la société étrangère mobilise tous les moyens matériels, humains et financiers à sa disposition pour concrétiser le partenariat. Quatre bateaux avec 28 membres d’équipage touchaient le port de Mahajanga dans le courant du mois d’octobre 2019, et la société étrangère a déjà commencé à la mise en place de la base à terre. Mais depuis, rien n’a bougé faute d’accord du ministère de la Pêche.
« Effectivement, nous avons signé ce protocole d’accord mais il ne signifie en aucun cas un droit de pêche. Il n’est effectif qu’après l’obtention de la licence », affirme une source autorisée auprès du ministère. Une version non contestée par l’investisseur étranger mais celui-ci affirme que son partenaire malagasy lui a envoyé quatre drafts de licence (voir facsimilé1). « Nous n’allons pas nous aventurer ici sans avoir eu l’assurance de notre partenaire. Mais aujourd’hui, on se demande sur l’authenticité de ces drafts », rétorque la représentante de la société étrangère sur cette précision du ministère de la Pêche.
Les doutes de l’investisseur sont nés suite à la découverte des faux utilisés par l’opérateur malagasy. Il aurait en effet présenté à son partenaire une fausse facture de la douane lors du dédouanement des matériaux ainsi qu’une fausse quittance du même département. « La référence mentionnée sur ces dossiers appartiennent à d’autres bateaux et non les nôtres », avance la collaboratrice de l’investisseur étranger, après vérification sur le système informatique de la douane (voir facsimilé 2).
Celui-ci a également découvert que la somme demandée par l’opérateur pour honorer les redevances de deux bateaux n’a pas été versée dans son intégralité à qui de droit. « Il nous a facturé 91.200.000 Ar (voir facsimilé 3) que nous avons payé en totalité alors que finalement la quittance en notre possession ne mentionne que la moitié, soit 41 millions Ar (facsimilé 4) ».
D’après la représentante de la société étrangère en termes de frais d’approche (carburants, etc.), de charges fixes (salaires, hébergement et restauration des équipages), de manque à gagner pendant ces 12 mois d’immobilisation, et les frais administratifs, les dépenses afférentes tournent autour de 7 milliards Ar.
De ces faits, l’investisseur étranger a porté plainte contre son partenaire local pour abus de confiance et usage de faux. « Ce genre d’escroquerie est en train de ternir l’image du pays et fait peur aux investisseurs », déplore un membre qui veut garder l’anonymat d’un groupement économique de Madagascar.
La Rédaction

 



Fil infos

  • Vie politique - Le Malagasy Miara-Miainga en plein essor
  • Pression au sein de l’Exécutif - Mise à l’épreuve prolongée pour le Gouvernement Ntsay
  • Sénat - Imbiki Herilaza et Nicolas Rabemananjara, vice-présidents
  • Nombre excessif de collaborateurs - La HCC recadre les nouveaux sénateurs
  • Opposition au Sénat - « Une disposition illogique »
  • Contrat de location auprès de la compagnie STA - Démenti du ministère de l’Economie et des Finances
  • Etats – Unis - Investiture sous haute protection pour le Président Joe Biden
  • Campagne de reboisement 2021 - 75 000 hectares à couvrir d’arbres !
  • Chambre haute du Parlement - Razafimahefa Herimanana, élu président du Sénat
  • Secteur halieutique - Des investisseurs « abandonnés » implorent le ministère

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Esprit de fidélité
    L’état d’esprit, c’est la base de tout. Avoir un état d’esprit intègre, c’est mieux. Mais savoir entretenir, en soi, un esprit de fidélité, c’est excellent ! En ces temps-ci, il est très rare de rencontrer quelqu’un de fidèle surtout au niveau des dirigeants ou des leaders. La noblesse d’esprit basée surtout sur la fidélité se fait très rare voire introuvable. Le déclin de la mentalité sociale se fait sentir et se constate à vue d’œil. Il résulte de l’absence totale de l’esprit de fidélité dans les relations entre humains (entre amis, entre époux, entre dirigeants et administrés, etc.). Etre fidèle à son principe, à sa promesse ou à ses engagements devient, par la force du temps, chose obsolète ou révolue ! On a honte, parfois, d’être fidèle. La trahison sinon la traitrise ou la félonie règnent dans notre société, dans le pays. Trahir devient chose courante, une mode, une tendance …

A bout portant

AutoDiff