Publié dans Politique

Sénatoriales - Vers la razzia IRMAR !

Publié le dimanche, 29 novembre 2020


La victoire écrasante de la formation présidentielle « Isika Rehetra Miaraka amin’i Andry Rajoelina » (IRMAR) pour le scrutin du 11 décembre se profile à l’horizon. Dans une dizaine de jours, les grands électeurs (maires et conseillers municipaux et ruraux) éliront les membres de la Chambre haute.  Arrivés au terme de leur mandat, en fin de parcours, les sénateurs actuels « descendent du train ».  
La bataille est rude mais la victoire de l’IRMAR semble déjà acquise et cela pour plusieurs raisons. D’abord, quelles sont les forces en présence ? A tout seigneur tout honneur. Etant la seule formation ayant bénéficié de la bénédiction du Président Rajoelina, l’IRMAR n’aura pas tellement de problème à rafler la mise. L’aura du Chef de l’Etat suffira à balancer en sa faveur durant ce scrutin du 11 décembre. Handicapés par le boycott décrété par leurs leaders, les partis d’opposition en particulier le TIM se contenteront d’assister en tant que spectateurs du
« match ». Marc Ravalomanana, le seul leader de parti disposant d’un certain nombre d’élus au niveau des Communes et qui pourrait relativement se mesurer face à l’IRMAR, décide de se retirer du
« jeu ». L’autre parti d’opposition, celui du précédent régime, le Hery
vaovaon’i Madagasikara (HVM), sans avoir eu à recourir forcément au boycott, ne participera pas au scrutin du fait qu’il n’a à son compte aucun élu.
Ravalomanana et Rajaonarimampianina, les deux grands perdants de la situation, auront du mal à digérer la victoire certaine de l’IRMAR. Au fait, Ravalomanana et Rajaonarimampianina, le binôme de l’échec, le tandem perdant, ruminent chacun les erreurs commises durant leurs parcours du passé. Les fausses pistes conduisent naturellement vers les faux espoirs et ces derniers vers la galère. Qui l’eût cru, un seul instant, que le tout-puissant TIM et le grand HVM finiront leur trajectoire respective de cette manière.
A ne pas oublier que le parti Malagasy Miara-Miainga (MMM), membre influent de l’ARMADA, principale plate-forme de soutien au candidat numéro 13, Rajoelina Andry Nirina, lors de la présidentielle de 2018, présente des candidats au poste de sénateurs à Antananarivo et à Toamasina pour le 11 décembre prochain.
Selon l’esprit et la lettre de la Constitution, le Sénat tient un rôle-clé dans le développement des Collectivités territoriales décentralisées (CTD). Dans l’article 81, paragraphe 1,
« … le Sénat représente les CTD. » Et l’article 83 « Le Sénat est consulté par le Gouvernement pour donner son avis sur les questions économiques, sociales et d’organisation des Collectivités territoriales décentralisées ».
Bref, la Chambre haute est le porte-parole privilégié des CTD auprès de l’Exécutif. Compte tenu de ce rôle évident, les sénateurs joueront un rôle de premier plan dans la mise en marche des stratégies pour le redressement des Communes. Sénateurs, maires et conseillers municipaux et ruraux sont de fait des partenaires incontournables.
On comprend aisément le choix de certains grands élus TIM à se rallier du côté de la formation présidentielle et jeter leur dévolu aux candidats de l’IRMAR. Ils ont passé outre les consignes de leur parti notamment de leur chef. Il s’agit pour eux d’une question d’intérêt supérieur de leurs circonscriptions.
On s’achemine légitimement vers la razzia de l’IRMAR !

Rasolo

Fil infos

  • Vie politique - Le Malagasy Miara-Miainga en plein essor
  • Pression au sein de l’Exécutif - Mise à l’épreuve prolongée pour le Gouvernement Ntsay
  • Sénat - Imbiki Herilaza et Nicolas Rabemananjara, vice-présidents
  • Nombre excessif de collaborateurs - La HCC recadre les nouveaux sénateurs
  • Opposition au Sénat - « Une disposition illogique »
  • Contrat de location auprès de la compagnie STA - Démenti du ministère de l’Economie et des Finances
  • Etats – Unis - Investiture sous haute protection pour le Président Joe Biden
  • Campagne de reboisement 2021 - 75 000 hectares à couvrir d’arbres !
  • Chambre haute du Parlement - Razafimahefa Herimanana, élu président du Sénat
  • Secteur halieutique - Des investisseurs « abandonnés » implorent le ministère

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Esprit de fidélité
    L’état d’esprit, c’est la base de tout. Avoir un état d’esprit intègre, c’est mieux. Mais savoir entretenir, en soi, un esprit de fidélité, c’est excellent ! En ces temps-ci, il est très rare de rencontrer quelqu’un de fidèle surtout au niveau des dirigeants ou des leaders. La noblesse d’esprit basée surtout sur la fidélité se fait très rare voire introuvable. Le déclin de la mentalité sociale se fait sentir et se constate à vue d’œil. Il résulte de l’absence totale de l’esprit de fidélité dans les relations entre humains (entre amis, entre époux, entre dirigeants et administrés, etc.). Etre fidèle à son principe, à sa promesse ou à ses engagements devient, par la force du temps, chose obsolète ou révolue ! On a honte, parfois, d’être fidèle. La trahison sinon la traitrise ou la félonie règnent dans notre société, dans le pays. Trahir devient chose courante, une mode, une tendance …

A bout portant

AutoDiff