Publié dans Politique

Sénatoriales - Vers une razzia de l’IRMAR

Publié le vendredi, 11 décembre 2020


Une victoire écrasante de la formation présidentielle « Isika rehetra miaraka amin’i Andry Rajoelina » (IRMAR) lors des élections sénatoriales d’hier se profile à l’horizon. Le collège électoral, composé des maires, des conseillers municipaux et communaux, a été appelé à se rendre aux urnes hier pour élire leurs 12 représentants au sein du Sénat. Plus de 12 000 grands électeurs étaient attendus dans les 114 bureaux de vote. Selon les tendances publiées par la Commission électorale nationale indépendante, hier vers 20h, l’IRMAR obtiendrait au moins assurément dix sièges de sénateurs sur les douze mis en jeu. En effet, la coalition présidentielle arrive largement en tête à Antsiranana, Mahajanga, Fianarantsoa et Toliara, à en juger par les tendances publiées par la CENI sur la base des procès-verbaux scannés. Les incertitudes concerneraient les provinces d’Antananarivo et de Toamasina où les listes de candidats du Malagasy Miara-Miainga sont à la lutte avec celles de l’IRMAR. Notons que le taux de participation a été relativement élevé hormis dans tout le pays.
Pour rappel, les sénateurs sont élus au suffrage universel indirect, par circonscription électorale, pour un mandat de cinq ans renouvelable, au scrutin de liste à un tour, sans panachage, ni vote préférentiel ni liste incomplète, selon la loi organique fixant les règles relatives au fonctionnement du Sénat ainsi qu’aux modalités d’élection et de désignation des sénateurs de Madagascar. Chaque province constitue une circonscription électorale. Les sièges sont répartis entre les listes à la représentation proportionnelle selon la règle de la plus forte moyenne. Le quotient électoral est obtenu en divisant, dans chaque circonscription électorale, le nombre de total des suffrages recueillis par l’ensemble des listes de candidats en présence, par le nombre total des sièges à pourvoir. Autant de fois que ce quotient est contenu dans le nombre de suffrages obtenus par chaque liste, autant celle-ci obtient des candidats élus. L’attribution des sièges non attribués se fait selon le système de la plus forte moyenne.
Les résultats provisoires officiels sont attendus dans un laps de temps relativement court. La razzia annoncée de l’IRMAR n’est pas une véritable surprise. La Coalition présidentielle dispose d’une majorité écrasante de grands électeurs, acquise lors des élections communales et municipales. Ces élections sénatoriales viennent confirmer la suprématie de l’IRMAR sur le pouvoir législatif. Cette plateforme est déjà majoritaire à l’Assemblée nationale. Notons que le TIM s’est contenté d’assister en tant que spectateur au match étant donné le boycott décrété par son leader. Le TIM pouvait pourtant espérer des sièges sachant que le parti disposait d’un certain nombre d’élus au niveau des Communes. Le Hery vaovao ho an’i Madagasikara qui ne disposait d’aucun grand électeur et d’aucun candidat non plus pour ces élections a également regardé ce match depuis les tribunes.

La Rédaction



Fil infos

  • Paiement des bourses - Solution en cours malgré tout
  • Traitement de Covid-19 - Le couple Rajoelina met du baume au cœur des malades
  • La Fièvre de la Vallée du Rift frappe de nouveau - Un millier de têtes de cheptel atteint
  • Serial killer - Un quinquagénaire récidiviste fut repris
  • Destitution du maire élu de Nosy Be - La décision controversée du Conseil d’Etat suspendue
  • Haute Cour constitutionnelle  - Les nouveaux juges d’Ambohidahy prennent fonction
  • Trafic d’influence et usurpation de titre - Un assistant parlementaire déféré au Parquet
  • Réunion du TIM et RMDM - Trêve ou mauvais coup en préparation ?
  • Prix exorbitants et détournement de médicaments - Des répressions sévères attendent les contrevenants !
  • Un parfum de scandale à Nosy Be - Avec 5% de voix, un candidat déclaré maire

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Et… la vie continue !
    La pandémie de Covid-19, variant sud-africain, assomme le pays. Le dernier bilan affiche la gravité et la dangerosité du virus. On parle, sans ambages, de record de nouveaux cas. La barre de cinq-cent-cinquante (nouveaux cas) est dépassée en une journée (du 8 au 9 avril) ! Et celle du décès atteint même au-delà de dix. La page « nécro » des quotidiens de la Capitale est prise d’assaut. Analamanga détient toujours le triste palmarès avec quatre-cent-trente-neuf (nouveaux cas). Et on n’est pas encore au bout de nos peines. Personne n’est en mesure d’anticiper à quand le bout du tunnel ! Catastrophique ! Apocalyptique ! Mais, attention ! La vie continue ! Et les problèmes classiques sinon « traditionnels » continuent aussi de sévir, redoublent même d’intensité. Que les tenants du pouvoir ne se trompent pas. Au front, ils ont en face non pas un seul « ennemi » (le variant…

A bout portant

AutoDiff