Publié dans Politique

Route Nationale 44 - Les travaux avancent lentement…mais sûrement

Publié le mercredi, 24 février 2021

Délais d’exécution dans le temps. Les usagers sont impatients de voir la route nationale 44 Sud (Vohidiala-Moramanga) entièrement bitumée. Pour eux, l’achèvement des deux chantiers sur la route du riz signifie fin de la galère. Récemment, le député de Madagascar élu à Ambatondrazaka sous les couleurs de l’IRD José Alain Rakotondrazafy et le gouverneur d’Alaotra-Mangoro, Richard Ramandehamanana, ont effectué une visite sur le site du lot 1 du projet routier.

 

Selon leurs dires, les travaux y sont sur le point d’être achevés. En réalité, la circulation fait le bonheur des usagers entre le lieu-dit Antetezankambana et Amboasary Gara, d’une longueur totale de 17 km. La première couche de bitume est posée sur l’entièreté de cette portion. Les aménagements nécessaires sur les deux côtés sont en cours en même temps.

Ceci étant, l’entreprise chinoise China Goe-engineering Corporation (CGC), titulaire du lot 1, avance vers le sud en construisant des ouvrages de franchissement (dalots) et en s’attaquant aux travaux de terrassement. Cette semaine, les engins creusent au sud du chef-lieu de la Commune rurale de Morarano Gara. A ce rythme, la totalité du lot 1 Marovoay Gara-Amboasary Gara (40 km) sera touchée dans quelques semaines.

Points noirs

Selon le contrat initial, la fin du chantier sur le lot 1 est prévue le 10 avril prochain. Mais, suite à un avenant, le délai est reporté en mars 2022. Sur le terrain, l’adjudicataire du marché travaille d’arrache-pied malgré les imprévus. Sa base-vie installée au lieu-dit Betsipolitra est par exemple victime de vols récurrents. Dans la nuit de samedi, une quinzaine de bandits a affronté les gendarmes qui y montent la garde. L’incident s’est soldé par la mort par balles de l’un des assaillants.

Quant au lot 2 qui va d’Amboasary Gara jusqu’à Vohidiala Gara, 73 km, l’autre entreprise chinoise China Road and Bridge Corporation (CRBC) est déjà bien en place. Puisque la portion, objet de son intervention, comporte plusieurs points noirs, le traitement de ceux-ci a été mis en priorité en cette saison des pluies. Des numéros verts sont même mis à la disposition des usagers et des engins sont pré-positionnés sur les points noirs pour la rapidité des secours en cas de difficulté.

Scrupuleusement

Le lot 2 a été entamé en octobre dernier pour se terminer vers fin 2022 si tout va bien. D’après nos informations, le traitement de la situation juridique de certaines parcelles touchées par l’emprise routière bat son plein. Il en est même de la mise en place des différentes installations comme la base-vie à Bembary. Des gîtes d’emprunt et une carrière d’où extraire le granite utile ont été identifiés.

Qu’il s’agisse de lot 1 et de lot 2, le financement provenant de la Banque mondiale pour leur réalisation est engagé. L’équipe de la Banque et celle du ministère de l’Aménagement du territoire, de l’Habitat et des Travaux publics veillent au grain. Elles scrutent scrupuleusement chaque détail de l’exécution du projet. Visiblement, les adjudicataires n’ont aucune excuse pour ne pas finir les tâches.

M.R.

Fil infos

  • Paiement des bourses - Solution en cours malgré tout
  • Traitement de Covid-19 - Le couple Rajoelina met du baume au cœur des malades
  • La Fièvre de la Vallée du Rift frappe de nouveau - Un millier de têtes de cheptel atteint
  • Serial killer - Un quinquagénaire récidiviste fut repris
  • Destitution du maire élu de Nosy Be - La décision controversée du Conseil d’Etat suspendue
  • Haute Cour constitutionnelle  - Les nouveaux juges d’Ambohidahy prennent fonction
  • Trafic d’influence et usurpation de titre - Un assistant parlementaire déféré au Parquet
  • Réunion du TIM et RMDM - Trêve ou mauvais coup en préparation ?
  • Prix exorbitants et détournement de médicaments - Des répressions sévères attendent les contrevenants !
  • Un parfum de scandale à Nosy Be - Avec 5% de voix, un candidat déclaré maire

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Et… la vie continue !
    La pandémie de Covid-19, variant sud-africain, assomme le pays. Le dernier bilan affiche la gravité et la dangerosité du virus. On parle, sans ambages, de record de nouveaux cas. La barre de cinq-cent-cinquante (nouveaux cas) est dépassée en une journée (du 8 au 9 avril) ! Et celle du décès atteint même au-delà de dix. La page « nécro » des quotidiens de la Capitale est prise d’assaut. Analamanga détient toujours le triste palmarès avec quatre-cent-trente-neuf (nouveaux cas). Et on n’est pas encore au bout de nos peines. Personne n’est en mesure d’anticiper à quand le bout du tunnel ! Catastrophique ! Apocalyptique ! Mais, attention ! La vie continue ! Et les problèmes classiques sinon « traditionnels » continuent aussi de sévir, redoublent même d’intensité. Que les tenants du pouvoir ne se trompent pas. Au front, ils ont en face non pas un seul « ennemi » (le variant…

A bout portant

AutoDiff