Publié dans Politique

RMDM - Une plateforme adepte de la désinformation

Publié le jeudi, 25 février 2021

Les leaders de la plateforme de l’Opposition, RMDM, à Madagascar ou à l’étranger, ont pris l’habitude de diffamer. Chaque jour apporte son lot d’accusations non fondées. A croire qu’ils y sont dépendants. Après avoir appelé l’Armée pour s’insurger contre les dirigeants, avoir dit que le Plan Emergence Madagascar serait financé par Al-Qaïda, les gens de l’Opposition continuent sur leur lancée. Après avoir snobé leurs partisans, samedi dernier, les chefs de la plateforme pour se défendre, n’ont pas trouvé mieux que de crier au non-respect des droits fondamentaux dont celui de manifester. Il faut pourtant souligner que les députés de l’Opposition ont reçu le feu vert des autorités pour effectuer leurs rapports d’activité sur un terrain vague du côté de Soamandrakizay. Les élus du TIM n’ont tout simplement pas été autorisés à tenir leurs manifestations à Ambohijatovo. C’est pour prévenir tout éventuel forcing et tout débordement que les Forces de l’ordre ont été déployées dans le centre-ville. Les leaders du RMDM ont également accusé l’actuelle porte-parole du Gouvernement, Lalatiana Andriatongarivo, de renier ses propres paroles concernant le Kianja d’Ambohijatovo. Ce qui est totalement erroné. Il est vrai que l’actuelle ministre de la Communication et de la Culture avait, durant ses années dans la presse, soutenu que le Kianja d’Ambohijatovo devait être ouvert au TIM pour exprimer ses opinions en public. Cependant, l’ancienne chroniqueuse politique n’a jamais dit que la place à Ambohijatovo devrait être ouverte au TIM pour que ces derniers y tiennent des manifestations au cours desquelles des propos visant à renverser le pouvoir soient tenus, sous couvert d’effectuer des rapports d’activité. D’ailleurs, il faut le souligner, le Kianja d’Ambohijatovo a changé de statut depuis l’avènement du nouveau maire. Il s’agit dorénavant d’un parc botanique. Dans la même veine, le RMDM fusille le régime en place dans l’affaire des bourses impayées à l’Université de Toamasina. Encore une énième diffamation contre le pouvoir. Faut-il pourtant leur souligner que les bourses en question ont été envoyées en juillet dernier et donc que le non-paiement est de la responsabilité de la présidence de l’Université de Barikadimy. Le pire c’est lorsque la présidente du RMDM Diaspora, Fanirisoa Ernaivo se permet d’accuser publiquement et sans la moindre preuve des enfants de dirigeants d’être drogués. Dépendants des fake news et de la diffamation, les leaders de l’Opposition semblent être totalement devenus déphasés de la réalité. En tout cas, ces politiciens, à force de jouer avec le feu, vont finir par se brûler. Personne n’est au-dessus de la loi à Madagascar. 
La Rédaction


Fil infos

  • Paiement des bourses - Solution en cours malgré tout
  • Traitement de Covid-19 - Le couple Rajoelina met du baume au cœur des malades
  • La Fièvre de la Vallée du Rift frappe de nouveau - Un millier de têtes de cheptel atteint
  • Serial killer - Un quinquagénaire récidiviste fut repris
  • Destitution du maire élu de Nosy Be - La décision controversée du Conseil d’Etat suspendue
  • Haute Cour constitutionnelle  - Les nouveaux juges d’Ambohidahy prennent fonction
  • Trafic d’influence et usurpation de titre - Un assistant parlementaire déféré au Parquet
  • Réunion du TIM et RMDM - Trêve ou mauvais coup en préparation ?
  • Prix exorbitants et détournement de médicaments - Des répressions sévères attendent les contrevenants !
  • Un parfum de scandale à Nosy Be - Avec 5% de voix, un candidat déclaré maire

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Et… la vie continue !
    La pandémie de Covid-19, variant sud-africain, assomme le pays. Le dernier bilan affiche la gravité et la dangerosité du virus. On parle, sans ambages, de record de nouveaux cas. La barre de cinq-cent-cinquante (nouveaux cas) est dépassée en une journée (du 8 au 9 avril) ! Et celle du décès atteint même au-delà de dix. La page « nécro » des quotidiens de la Capitale est prise d’assaut. Analamanga détient toujours le triste palmarès avec quatre-cent-trente-neuf (nouveaux cas). Et on n’est pas encore au bout de nos peines. Personne n’est en mesure d’anticiper à quand le bout du tunnel ! Catastrophique ! Apocalyptique ! Mais, attention ! La vie continue ! Et les problèmes classiques sinon « traditionnels » continuent aussi de sévir, redoublent même d’intensité. Que les tenants du pouvoir ne se trompent pas. Au front, ils ont en face non pas un seul « ennemi » (le variant…

A bout portant

AutoDiff