Publié dans Politique

Restrictions - Consignes peu respectées

Publié le lundi, 12 avril 2021

Il paraît difficile de mettre sous contrôle le contexte sanitaire à Madagascar. Malgré la gravité de la situation due à la virulence de nouvelles souches de l’agent pathogène de la Covid-19, certains osent encore braver les mesures préconisées. Alors que le minimum des gestes barrières, le port du masque, a encore du chemin à faire pour intégrer les habitudes collectives, des gens appartenant à des catégories qui doivent montrer l’exemple à suivre sont aussi adeptes du laisser-aller laisser-faire.

 

Pour tenter de rompre la chaîne de contamination, sinon la freiner, les autorités ont décrété un certain nombre de restrictions. Celles-ci comprennent la limitation du nombre de personnes autorisées à assister à des funérailles. Le nombre maximum d’assistants à un enterrement est de dix. Jour après jour, les décès se succèdent et la mort frappe en effet toutes les couches sociales.

Grand fut pourtant l’étonnement des observateurs en voyant, samedi dernier, le long cortège de voitures ayant accompagné la dépouille mortelle d’une personnalité terrassée par le virus. Leurs occupants sont bien entendu de puissantes personnes évoluant au sein des cercles d’influence. Contre toute attente, celles-ci se sont permis de passer outre les consignes données par le pouvoir public comme si elles avaient leur propre loi.

Rassemblements risqués

Sur les places des marchés et autres lieux de rassemblement, c’est le vrai « bazar ». Tout y est désordre horrifiant. A voir le fourmillement à ces endroits, l’on a l’impression que le pays serait indemne des contaminations. Pourtant, tous les établissements hospitaliers et centres de santé sont bondés. Le nombre de nouveaux malades est tel que d’autres établissements publics et même privés ont dû être aménagé pour accueillir les flux toujours croissants.

Le tableau est identique dans la campagne à quelques exceptions près. Bien des ruraux sont loin de se conformer aux mesures comme si, pour eux, la pandémie à coronavirus n’affectait que les citadins et épargnait les humains de la brousse. Les attroupements y sont encore réguliers. Pire, les localités à proximité de grandes dessertes censées être la servitude de passage pour l’agent pathogène sont assidues aux rassemblements risqués.

La fermeture des frontières des régions a pour but de ne laisser filtrer des individus susceptibles de transporter sur eux le virus. Les barrages installés sur les routes sont toutefois poreux. Les passants trouvent le moyen d’éviter ces dispositifs. Beaucoup se plaignent d’ailleurs de l’existence de corruption favorisée par ces dispositifs. En bref, aucune formule ne semble marcher et la situation exige la révision urgente des stratégies mises en œuvre.

M.R.

Fil infos

  • Colloque sur le grand Sud - Un grand pipeline d’eau à construire et 700km de routes à réhabiliter
  • Epidémie de  Covid-19 _ Reconduction de l’état d’urgence sanitaire - Assouplissement des mesures sanitaires - Défilé militaire dans les 6 Chefs-lieux de province
  • Parlement africain - Le parlement européen doit éviter de s'impliquer dans la crise entre le Maroc et l'Espagne
  • Taolagnaro - Un colloque régional pour résoudre les problèmes du Grand Sud
  • Gifi Madagascar - Grande affluence des clients dès l’ouverture
  • Président Andry Rajoelina à Ivato - « Passons outre les divergences politiques pour arriver au développement »
  • Vatovavy et Fitovinany - La 23è Région prend forme
  • Prix des PPN - Festival de surenchères dans les marchés
  • Transport aérien - ADEMA reprend du poil de la bête
  • Covid-19 - Ruée vers le vaccin

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Un signal fort !
    Le Chef de l’Etat Rajoelina Andry a rendu visite la Commune rurale d’Ivato ce jeudi 10 juin. Un passage éclair mais très lourd en symbole ! C’est la première fois dans les annales de la République qu’un Président a bien voulu courber l’échine et descendre pour rendre visite une Commune rurale fief de l’opposition. Le premier magistrat de ladite Commune appartient au parti très engagé au camp d’en face.

A bout portant

AutoDiff