Publié dans Politique

Lutte contre la Covid-19  - Le choix final de l’Etat se porte sur 4 vaccins

Publié le lundi, 19 avril 2021

Covishield, Pfizer, Sinopharm, Jonhson&Johnson. Tels sont les quatre vaccins finalement retenus par l’Etat malagasy sur recommandation des membres de l’Académie de Médecine pour contrecarrer la 2ème vague de l’épidémie liée à la Covid-19 et la présence du variant sud – africain à Madagascar.

Ce choix a été officialisé, hier, à l’issue d’une réunion dirigée par le Président de la République Andry Rajoelina au Palais d’Etat d’Ambohitsorohitra, en présence des académiciens ainsi que du ministre de la Santé, celui de l’Enseignement supérieur et celui de l’Education nationale. La rencontre fait suite à celle tenue le 25 mars 2021 toujours concernant l’utilisation des vaccins contre le coronavirus.

 « L’Etat Malagasy n’est nullement contre la vaccination. Toutefois, nous devons choisir avec précaution les vaccins adaptés au variant du Covid-19 existant à Madagascar », a déclaré le Président Andry Rajoelina. Comme l’avait annoncé le Chef de l’Etat, les membres du personnel de santé qui sont en première ligne ainsi que les personnes âgées figurent dans la liste des personnes prioritaires qui recevront les premières doses lors de la campagne de vaccination. L’utilisation des vaccins devra, en revanche, s’adapter à chaque cas et chaque région touchée. Selon toujours les précisions, l’Etat Malagasy met tout en œuvre afin d’accélérer le processus d’acquisition des vaccins d’autant plus que Madagascar est déjà inscrit dans le programme COVAX.

Des taux d’efficacité différents

Plusieurs paramètres ayant été étudiés dans le choix de ces 4 vaccins qui ont tous déjà reçu l’autorisation temporaire d’urgence délivrée par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS). En revanche, les taux d’efficacité sont différents et certains vaccins nécessitent une limitation d’âge pour les bénéficiaires. Au vaccin Johnson&Johnson développé par Janssen (une firme américaine), par exemple, est attribué 66% d’efficacité pour prévenir les formes sévères à modérées contre 85% contre les hospitalisations et les décès liés à la Covid-19. Une seule dose est nécessaire pour ce vaccin américain.

Pour Sinopharm issu des laboratoires chinois, il a été déclaré « sûr et efficace » par l’Organisation mondiale de la santé, au même titre que son homologue Sinovac. Son efficacité est évaluée à 79% selon son laboratoire de fabrication. Une efficacité de 80% pour la prévention de la maladie est attribuée au vaccin Covidshield issu du vaccin AstraZeneca mais manufacturé en Inde par le Serum Institute of India, après la 2ème dose. Le vaccin Pfizer mis au point par la firme germano – américaine Pfizer – BioNtech serait, quant à lui, efficace à 95% pour prévenir les infections liées à la Covid-19 avec deux doses.

S.R.

Fil infos

  • Corruption - 19 magistrats traduits en Conseil de discipline en 2020
  • Police nationale - Dotation de 550 nouveaux fusils
  • Campagne de vaccination anti-Covid-19 - Une dernière journée mouvementée
  • Fête nationale - Rappel à l'ordre nécessaire
  • Tanamasoandro - Les tracés débutent à Imerintsiatosika
  • Pont d’Ampasika - L’infrastructure menacée par l’extraction de sable
  • Examen du CEPE - Une évaluation finale avant la session officielle
  • Stade « Barea » - Le Président Andry Rajoelina réussit son pari !
  • Météo de la semaine - Température minimale à 3° Celsius pour les Hautes terres
  • Appui supplémentaire pour le Sud de Madagascar - Les Etats – Unis offrent 40 millions de dollars

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Consternation générale !
    L’Union européenne fait savoir par le biais de l’Ambassade de France qu’elle ne reconnait pas le vaccin Covishield. L’accès dans le territoire Schengen est formellement interdit à ceux ou celles qui présentent le passeport vaccinal portant le cachet Covishield. Seuls les vaccins Moderna, Pfizer, AstraZeneca et Johnson & Johnson sont accordés. Coup de bluff ou coup vache ? En tout cas, c’est la consternation générale ! Anxiété et inquiétude se mêlent dans les esprits. Madagasikara, l’un des pays ayant opté pour cet indésirable vaccin et qui vient d’achever la première phase, se trouve dans une situation d’embarras indescriptible. Evidemment, il faut s’attendre à une réaction sans détour de l’Etat malagasy. Il demande des explications à l’endroit de l’OMS et de l’UNICEF. Rappelons que Madagasikara s’inscrit dans l’initiative COVAX recommandée par les instances onusiennes ainsi que les partenaires européens. D’ailleurs, le choix a été fait en collaboration et sous la « …

A bout portant

AutoDiff