Publié dans Politique

Devises - 400 millions $ « dorment » dans les comptes des résidents à Madagascar

Publié le mercredi, 05 mai 2021

Le rapatriement de devises en terre malagasy s'améliore. Cependant, le fait de sanctionner les opérateurs sur leurs engagements à céder ces devises pour alimenter le marché interbancaire de devises (MID) constitue encore un travail de longue haleine pour les autorités. Si l'on se réfère aux suivi annuel effectué par les autorités compétentes sur ce point durant l'année dernière, il y eut une nette amélioration dans la mesure où quatre mille trois cent milliards ariary ont été rapatriés de façon effective en 2020, sur un engagement de rapatriement de cinq milliards ariary annoncé par les responsables.

Des chiffres qui affichent un taux de rapatriement d'un peu moins de 90% après l'opérationnalisation du Système Intégré de Gestion des Opérations de Change (SIG-OC). Malgré cette amélioration du taux de rapatriement, les opérateurs économiques montrent peu d'enthousiasme à céder leurs acquis au niveau du marché interbancaire (MID).

Au 31 janvier de l'année en cours, il a été constaté que 400 millions $ se trouvent dans les comptes en devises des ressortissants. Une somme qui, injectée dans le MID, apportera pourtant un bol d'air frais à la monnaie malagasy. Il s'agit ni plus ni moins que d'une violation des règles établis par l'Etat et mérite amplement de sanctions. Ces opérateurs sont tenus de procéder à la cession dans un délai obligatoire d'un mois indique le ministère de l'Economie et des Finances. Selon l'article 2 de l'arrêté numéro 13371/2016, le MEF précise que « Tout exportateur de marchandises et tout prestataire de service régis par le droit commun doivent céder 70% de leurs recettes d'exportation. La cession de ces devises doit être effectuée sur le marché des changes dès rapatriement sans excéder les délais de 30 jours ». Si le MEF impose ces délais, c'est dans l'optique d'apporter plus de stabilité à l'ariary via la rentrée des devises. Car, la cession de ces devises constitue un gage d'envergure pour la stabilité et la santé de la monnaie nationale. Jusqu'à présent, les opérations de tentative de stabilisation de la monnaie nationale sont, le plus souvent, effectuées par la Banque centrale elle-même.

Les autorités affichent près de cinq cent millions de dollars récupérés depuis le début de l'année en se fiant aux déclarations des opérateurs concernés. L'obligation de rapatrier les devises est une chose, celle de les céder au MID en est une autre….

Harry Rakoto

Fil infos

  • Colloque sur le grand Sud - Un grand pipeline d’eau à construire et 700km de routes à réhabiliter
  • Epidémie de  Covid-19 _ Reconduction de l’état d’urgence sanitaire - Assouplissement des mesures sanitaires - Défilé militaire dans les 6 Chefs-lieux de province
  • Parlement africain - Le parlement européen doit éviter de s'impliquer dans la crise entre le Maroc et l'Espagne
  • Taolagnaro - Un colloque régional pour résoudre les problèmes du Grand Sud
  • Gifi Madagascar - Grande affluence des clients dès l’ouverture
  • Président Andry Rajoelina à Ivato - « Passons outre les divergences politiques pour arriver au développement »
  • Vatovavy et Fitovinany - La 23è Région prend forme
  • Prix des PPN - Festival de surenchères dans les marchés
  • Transport aérien - ADEMA reprend du poil de la bête
  • Covid-19 - Ruée vers le vaccin

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Un signal fort !
    Le Chef de l’Etat Rajoelina Andry a rendu visite la Commune rurale d’Ivato ce jeudi 10 juin. Un passage éclair mais très lourd en symbole ! C’est la première fois dans les annales de la République qu’un Président a bien voulu courber l’échine et descendre pour rendre visite une Commune rurale fief de l’opposition. Le premier magistrat de ladite Commune appartient au parti très engagé au camp d’en face.

A bout portant

AutoDiff