Publié dans Politique

Parer à une 3e vague de la Covid-19 - Les erreurs à ne pas (re)faire

Publié le jeudi, 13 mai 2021

L’on ignore encore quand est-ce que Madagascar va atteindre le pic de la deuxième vague de la pandémie de la Covid-19. Néanmoins, afin de ne pas se complaire dans le réactif, il convient d’ores et déjà d’anticiper sur la manière de faire face à une éventuelle troisième vague à laquelle plusieurs autres pays ont été ou sont encore confrontés au jour d’aujourd’hui. Et dans ce cadre, il faut éviter de (re)faire certaines erreurs observées aussi bien au pays qu’ailleurs lors des deux premières vagues de la pandémie.

 

Outre les retards dans les prises de décision que l’on peut reprocher à tous les dirigeants du monde sans exception, indécisions qui ont grandement contribué à l’expansion à l’échelle planétaire de la maladie, l’une des plus grandes erreurs ayant sans contexte favorisé (ou accéléré) l’apparition d’une deuxième vague encore plus meurtrière aura été le triomphalisme prématuré affiché par les preneurs de décision face à un recul trompeur de la pandémie. En effet, cette attitude a provoqué une baisse de garde généralisée au sein de la population déjà exténuée par les longs mois de confinement. Cette dernière aura alors été le vecteur de propagation non seulement du virus souche mais aussi et surtout des différents variants de celui-ci.

Dans la droite ligne de ce triomphalisme prématuré, l’on a assisté au démantèlement tout aussi prématuré de tout le système de riposte laborieusement mis en place lors de la première vague (structure d’accueil, réserve de médicaments et de produits, etc…). Résultat des courses : tout le monde  - patients comme personnel médical en passant par les autorités – a été pris de court par un brusque  retour en force du virus. Et c’est le retard dans la prise en charge des nouveaux cas qui, entre autres, explique aussi bien la propagation fulgurante que la virulence de la maladie lors cette deuxième vague.

Le déconfinement a répondu, certes, à des impératifs socio-économiques particulièrement difficiles à contenir. L’on devrait cependant tirer une leçon de cette première et triste expérience pour faire face dans les meilleures conditions à une troisième vague (ou pourquoi pas éviter celle-ci ?). Par exemple, en cas de semblant d’amélioration de la situation, il ne faut surtout pas relâcher la pression en ce qui concerne le respect des mesures barrières (rassemblement, distanciation, port du masque). De même,  maintenir  tout le mécanisme  de riposte prêt à faire face à toute éventualité aurait permis, on l’a vu, d’éviter une contagiosité accrue de la maladie ainsi qu’un taux de mortalité élevé.

Enfin, pour ce qui est des isolements des localités contaminées, pour parler des fermetures de certaines routes nationales et régionales, il convient de se demander si des barrages sanitaires filtrants ne sont pas plus indiqués que ceux sécuritaires mis en place jusqu’ici. En effet, les premiers permettraient un meilleur contrôle des mouvements migratoires, donc une traçabilité des éventuels cas suspects ou contact, alors que nul n’ignore que les seconds, censés être hermétiques, ont leurs limites face à l’immensité du territoire et à l’ « ingéniosité » des clandestins. Il faut se demander d’ailleurs si, au vu de l’intensité des échanges économiques interrégionaux, il ne faut pas raisonner en termes de Provinces (ancien découpage territorial) pour définir l’implantation des barrages, qu’ils soient sanitaires ou sécuritaires.

La Rédaction

Fil infos

  • Lalatiana Rakotondrazafy Andriatongarivo - « Paul Rafanoharana n’a jamais été conseiller du Président de la HAT »
  • Menaces intérieures et extérieures - Les Forces armées derrière le Président
  • Ralaialitiana Andrianarisoa, témoin d’histoire - « La mise en cause des intérêts économiques de sociétés étrangères entraîne à chaque fois la déstabilisation du régime »
  • Tentative d’élimination physique du Président Rajoelina - « Un tel projet va à l’encontre des valeurs malagasy »
  • Cardinal Tsarahazana Désiré à Iavoloha - « Les catholiques s’opposent à la violence et l’attentat à la vie »
  • Kidnapping à Anjozorobe - Un suspect échappe de la protection des Forces et meurt lynché
  • Présidents en exercice à Madagascar - Au moins quatre attentats manqués depuis 1975
  • Conjoncture - Une inflation à surveiller de très près !
  • Tentative d'élimination physique du Président - 11 gendarmes dont 4 GSIS et deux généraux auditionnés
  • Mobilisation pour le Sud - Vers la capitalisation des ressources en eau
Pub droite 1

Editorial

  • Trop de princes !
    Que la triste et choquante tentative d’élimination physique de la personne du Chef de l’Etat ne nous voile pas les réalités toujours compliquées et encore difficiles vécues par les concitoyens. Qu’il nous soit permis de dresser sans état d’âme, ni complaisance ou détours le tableau qui met en relief la vie nationale vue surtout sous l’angle du train de vie des « Mpitondra Fanjakana ». Et qu’il nous soit admis également de rappeler, en toute humilité et en toute franchise, les consignes decelui à qui le peuple a confié son pouvoir et son avenir.La population vit dans une ambiance des plus tordues. Les effets délétères de la pandémie corsent tous les secteurs des activités économiques dont le tourisme qui littéralement s’agenouille. Les opérateurs attirent sérieusement l’attention des décideurs que leurs chiffres d’affaires ont baissé d’au moins 56 %. Le nombre des sans-emplois gonflent. Le coût de la vie, de son…

A bout portant

AutoDiff