Publié dans Politique

Ministère des Mines - Le PM assure l’intérim

Publié le lundi, 23 août 2021


Réorganisation. L’intérim à la tête du ministère des Mines et des Ressources stratégiques est dorénavant confié au Premier ministre Christian Ntsay. La passation entre le numéro Un du Gouvernement et celui qui a tenu l’intérim, l’ancien ministre des Mines et de Ressources stratégiques, Fidiniavo Ravokatra, a eu lieu hier à Ampandrianomby. L’ancien ministre avait expédié les affaires courantes à la tête de ce département ministériel depuis maintenant plus d’une semaine. Au lendemain de la formation du Gouvernement, cet ancien ministre avait passé le flambeau au nouveau ancien ministre Brice Randrianasolo. Cependant, ce dernier, avant même de pouvoir s’installer dans ses bureaux, faisait face à un déferlement de critiques l’obligeant à prendre de lui-même la décision de démissionner quatre jours après sa nomination.
Ceci étant dit, le Premier ministre, intérimaire au ministère des Mines et des Ressources stratégiques, a immédiatement pris ses marques. Une rencontre avec les hauts responsables au niveau de ce département ministériel a succédé à la cérémonie de passation de service.  Rencontre au cours de laquelle il a été discuté de la prise en main du ministère et des nouvelles orientations dans la gestion des ressources minières du pays. Il serait, selon le ministre intérimaire, que les richesses du pays ne participent pas au développement du pays. Un constat qui mérite d’après le Premier ministre un redressement, qui passe notamment par plusieurs étapes telles que la réforme des lois régissant le secteur minier, le rapatriement des devises ou encore la lutte contre le trafic des ressources du pays.
Quatre fauteuils importants encore vacants
Le poste de ministre des Mines et des Ressources stratégiques cherche donc un titulaire. Il en est de même pour le poste de sénateur occupé par Imbiki Herilaza ainsi que celui de député occupé par Raymond qui attendent également d’être réattribués. Les deux parlementaires ont quitté leurs postes respectifs, après avoir été nommés ministres au sein du nouveau Gouvernement. Herilaza Imbiki, sénateur nommé sur le quota du Président de la République et vice-président du Sénat, a été nommé Garde des Sceaux et ministre de la Justice. Le député d’Antsiranana II, Raymond a lui été nommé pour occuper le poste de vice-ministre chargé de l’Elevage auprès du ministère de l’Agriculture et de l’Elevage.
Les deux se retrouvent obligés de mettre entre parenthèses leurs mandats de parlementaire. La nomination des remplaçants de ces deux parlementaires est attendue dans les prochains jours après la saisine de la Haute Cour constitutionnelle, effectuée par les chefs des deux Chambres. Dernier poste vacant, celui de gouverneur de la Région d’Anôsy. Comme les deux cités auparavant, Jerry Hatrefindrazana a intégré le Gouvernement lors du dernier changement au niveau de celui-ci. L’ingénieur a été installé au fauteuil de ministre des Travaux publics. La nomination de son successeur à la tête de la Région d’Anôsy est ainsi également attendue.
La rédaction

Fil infos

  • Assemblée nationale - Une législature folklorique
  • Cementis Antsirabe - Vers une production annuelle d’un million de tonnes de ciment
  • Transport aérien - Madagascar Airlines renforce sa flotte avec un Embraer neuf 
  • Douane - Les trafics de matières nucléaires à la loupe
  • Ministre Tinoka Roberto - De l’huile sur le feu de la déception
  • Christine Razanamahasoa - Coup de couteau dans le dos de Rajoelina
  • Développement - « Madagascar peut dépasser ses voisins africains » selon la Banque mondiale
  • Forfait de Madagascar aux jeux de la CJSOI - Que les responsables soient sanctionnés !
  • Hajo Andrianainarivelo - «  L'une des mesures phares pour Madagascar, c'est d'établir une bonne gouvernance ! »
  • Drogue dure - La méthamphétamine s'achète à 150 000 ariary le gramme
Pub droite 1

Editorial

  • Quid du sort de l’environnement !
    Le pays se dégrade. Un constat amer pour tout citoyen jaloux de l’avenir de la Nation. A en croire l’article dûment élaboré par notre confrère tout récemment « Destruction de l’environnement » (vendredi 2 décembre), la machine environnementale de la Grande île tourne à la vitesse marche arrière. Un article qui se doit vivement d’interpeller tous les acteurs de développement du pays dont entre autres les autorités publiques, les élus, la Société civile, les mouvements associatifs, les lanceurs d’information, les simples citoyens, la communauté de base, etc.

A bout portant

AutoDiff