Publié dans Politique

Ministère de la Justice - Le personnel demande des moyens  

Publié le lundi, 13 septembre 2021

Le changement. Tel est le mot d'ordre en vigueur au niveau du ministère de la Justice. C'est dans cette optique que la parole a été donnée aux agents étatiques, représentant toutes les catégories au niveau du département ministériel de la Justice, hier, au cours d'une séance succédant à la cérémonie de levée du drapeau.

« Pour la première fois dans l'histoire du ministère de Faravohitra, le garde des Sceaux et ministre de la Justice a invité ses collaborateurs à apporter des suggestions, émettre leurs doléances, avancer des solutions, apporter leur pierre à l'édifice pour l'amélioration du travail et pour l'atteinte des objectifs communs », souligne un communiqué du ministère de la Justice. Les représentants des greffiers, ceux des agents pénitentiaires, des magistrats ou encore ceux du personnel d'appui ont été entendus. « En général, les doléances du personnel du ministère portaient sur la dotation d'équipements tels que des bureaux, des véhicules, des infrastructures, du matériel informatique. Des demandes de formation ont également été formulées par le personnel.

Des demandes qui n'ont certainement pas atterri dans l'oreille d'un sourd. Le ministre Imbiki Herilaza a d'ailleurs tenu à remercier ses collaborateurs pour ne pas avoir hésité à formuler leurs remarques et leurs demandes, ainsi que pour les expressions de leur disposition à atteindre les objectifs fixés. « Certaines demandes seront satisfaites, d'autres peut-être non. La réalisation de ces demandes dépendra avant tout du budget de l'Etat et des partenaires techniques et financiers. Nous devons mériter de recevoir ce que nous demandons, de par nos actions et nos conduites », a répondu le garde des Sceaux. Le ministre qui a d'ailleurs immédiatement joint l'acte à la parole en offrant, en son nom personnel, 10 ordinateurs à son département. Du nouveau matériel qui sera dispatché dans les services où le besoin est le plus urgent. Ce n'est pas la première fois que l'ancien vice-président du Sénat débourse de sa poche pour aider. La semaine dernière, il avait promis de remettre ses trois mois de salaire aux victimes de la famine dans le Sud. Lorsqu'il était numéro deux du Sénat, Imbiki Herilaza avait également offert un mois de son salaire à l'île de Sainte-Marie.

Recueillis par L.A.

Fil infos

  • Meurtre d’un opérateur économique français - Le principal suspect extradé de Madagascar
  • AG des Nations unies - Renforcement des capacités pharmaceutiques de l’Afrique souhaité
  • 332 millions $ d’aide non remboursable du FMI - La plaidoirie de Rajoelina fait mouche
  • Membres du Gouvernement - La descente sur le terrain continue
  • Lu sur le Net - Madagascar, pays sans Covid et sans dictature vaccinale
  • Andry Rajoelina sur les îles Eparses - Appel à une veille « bienveillante et cohérente » des Nations unies
  • Acte de banditisme à Tsiazotafo - La propriétaire d’un magasin délestée d’1 million Ar
  • Assemblée générale des Nations unies - Le President Rajoelina rencontre le SG Antònio Guterres
  • Midongy- Atsimo - Quarante-cinq morts dans un affrontement
  • Assemblée générale des Nations Unies - Une première pour le Président élu Andry Rajoelina

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Projets délirants ?
    Fous ! Chimériques ! Utopiques ! Tels sont les termes signifiant comment les sceptiques voient les projets présidentiels. Des projets pharaoniques, impossibles disent les uns. Fruits de la rêverie d’un jeune visionnaire ironisent les autres. En effet, étant vu les capacités matérielles limitées de la Grande île, compte tenu des ravages de la pandémie et considérant les besoins nécessaires pour la relance économique, les concrétisations de grands projets dans un contexte pareil relèvent de la délire, un pari inaccessible ! Contre toute appréhension et en dépit des doutes, lesdits projets prennent forme l’un après l’autre. Du moins en phase d’être pour certains cas.Projet « Tanamasoandro » à Antananarivo et environs. Quand le roi Andrianjaka (1610-1630) investit la colline d’Analamanga en 1610 et fonda la « Cité des Mille » (guerriers) en chassant les Vazimba, la plaine d’en-bas (Plaine d’Antananarivo) n’était qu’un espace désert. Il a fallu le transformer en zone…

A bout portant

AutoDiff