Publié dans Politique

Mauvaise gouvernance au sein de l'ORTM - Démenti de Lalatiana Rakotondrazafy Andriatongarivo

Publié le vendredi, 01 octobre 2021

Affirmations gratuites. C'est l'expression choisie par la ministre de la Communication et de la Culture pour répondre aux insinuations de mauvaise gouvernance dans son département et particulièrement au niveau de l'Office de la radio et de la télévision malagasy, de la Télévision nationale et de la radio nationale malgache. Des affirmations qu'elle juge sans fondement.

« Ma présence dans le Gouvernement dérange manifestement certains. Tant et si bien que ces personnes vont jusqu'à me prêter certaines choses dont 99,9% sont fausses et infondées », a répondu Lalatiana Rakotondrazafy Andriatongarivo, au cours de l'émission Tsy ho tompon-trano mihono, hier sur les stations publiques. La ministre dément ainsi les accusations selon lesquelles du matériel au niveau de la TVM et de la RNM auraient été détournés, invitant ses détracteurs à venir constater la présence de ce matériel dans les bureaux des deux chaînes. Les caméras, mélangeurs vidéo, tables, … faisant partie des matériels offerts par le MCC en 2019, dit-elle, sont encore présents sur place. « Tout est tracé », réplique la ministre, parlant de l'existence d'un inventaire remis notamment à l'Agence comptable au niveau du ministère de l'Economie et des Finances. La comptabilité-matières peut également faire foi de l'inexistence de présumés détournements au sein de la TVM et la RNM, martèle Lalatiana Rakotondrazafy Andriatongarivo.

La ministre dément également certaines affirmations lui prêtant des faits de détournements au niveau de l'ORTM par le biais notamment d'échanges de service. Tous les contrats sont transparents et consultables, répond la ministre. Elle précise aussi que tous les partenariats au niveau de l'ORTM sont contrôlés par un agent comptable. Que le maniement des deniers publics fait l'objet d'un contrôle a posteriori et d'un contrôle a priori. « Je ne répéterai jamais des faits contre lesquels je me suis battue pendant longtemps », interpelle-t-elle.

Fil infos

  • Coopération - Des émissaires de la JICA à Ambohitsorohitra
  • Révélation au procès de Mbola Rajaonah - L’Etat spolié de 125 milliards d’ariary
  • Décentralisation - Beaucoup de Communes en infraction
  • Travailleurs migrants - Régulation stricte des sorties du territoire
  • Fihariana - Intervention d’experts en génétique pour la filière laitière
  • Président Rajoelina à Ihosy - « Un homme politique pense aux élections, un homme d’Etat pense aux futures générations »
  • Blocage des routes à Taolagnaro - Des agents des Forces de l’ordre séquestrés puis relâchés
  • Désinformation - Des outils de vérification à la portée de tous
  • La « Vérité » de la semaine
  • Réhabilitation de la RN13 - Feu vert de l’Union européenne !

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Le jeune prodige !
    Phénomène Oboy ! Quart de siècle tapant, Oboy séduit mieux encore et enivre les jeunes. A travers ses textes et de par son style, Oboy est unique en son genre. Succès phénoménal en France et sur le plan international, le jeune prodige force l’admiration mais également suscite la jalousie ! En effet, Oboy fait des jaloux même dans son propre pays, Madagasikara. Son tout récent passage à Tanà explose l’enthousiasme et déchaine les fantasmes dans tous ses états. Oboy a fait vibrer le mythique Palais des sports et de la culture de Mahamasina.D’un parcours atypique, le jeune prodige gravite et entre, sans coup férir, dans la cour des grands. Né le 6 janvier 1997 à Madagasikara, Mihaja Ramiarinarivo de son nom d’Etat civil, Oboy grandit à Val-de-Marne, plus précisément à Villeneuve-Saint-Georges. Il se lance dans le rap, cette danse urbaine moderne en 2015, à l’âge de 18 ans. Très vite,…

A bout portant

AutoDiff