Publié dans Politique

Forêt d’Ankarafantsika - Au moins 3 250 hectares ravagés par le feu

Publié le lundi, 18 octobre 2021


La réserve naturelle de plus en plus menacée. Le week-end dernier, les flammes ont de nouveau envahi le parc national d’Ankarafantsika. Trois zones ont pris feu en même temps, dans la soirée du samedi, vers 19 heures d’après les informations communiquées par le ministère de l’Environnement et du Développement durable. Le premier feu s’est déclaré à Ambodimanga, au bord de la route nationale 4. Alors que ce premier incendie n’était pas maîtrisé, deux autres se sont déclenchés, respectivement à Andranofasika et Bemena. Dimanche, dans la soirée, les feux ont été plus ou moins maîtrisés. Et hier, Vahinala Baomiavotse Raharinirina, ministre de l’Environnement et du Développement durable a annoncé, dans une publication sur son compte Facebook, que tous les feux sont enfin éteints après trois jours de dur labeur. Elle en a aussi profité pour remercier les 500 personnes qui se sont mobilisées pour éteindre les feux, mais aussi l’entreprise SOCTAM et une personne de bonne volonté pour avoir fourni 15 pulvérisateurs et une voiture pour aider à combattre ces feux. D’autre part, les autorités locales ont intercepté, avant-hier, un individu à l’origine de ces incendies dans la réserve naturelle. Ce dernier a déjà été remis à la Justice. En attendant, l’enquête continue.
Si les responsables n’ont pas encore diffusé de bilan des dégâts, les pertes forestières pourraient tourner autour d’une cinquantaine d’hectares. En seulement un mois, le parc national d’Ankarafantsika a perdu au moins 3 250 hectares de zones forestières, soit l’équivalent à quelques hectares près de la ville de Toamasina, dont la superficie est de 3 090 hectares. Ces chiffres pourraient augmenter colossalement une fois le bilan dressé. Il ne faut pas oublier qu’en septembre, après l’incendie d’une semaine, les responsables ont estimé les pertes qu’à seulement une centaine d’hectares, très loin de la réalité en fin de compte. Après avoir mesuré l’étendue des pertes lors de cet incendie ravageur, du mois de septembre, précisément du 9 au 13 septembre, « le parc national d’Ankarafantsika a perdu près de 3 200 hectares de forêts», a annoncé le Madagascar National Parks (MNP), en charge de la gestion de cette réserve naturelle. Les 136 000 hectares de cette aire protégée sont dévorés petit à petit par les feux. Et quand les flammes auront atteint le noyau dur, le cœur de la réserve naturelle, Ankarafantsika ne sera plus que de l’histoire ancienne.
Il faut noter que les autorités autant que le gestionnaire du parc ont investi pour renforcer les moyens de lutte contre les feux. «Nous avons renforcé les matériels sur place. La région sujet à des feux a notamment été approvisionnée en sacs d’eau, en jerricane mais aussi en bêche et autres matériels nécessaires dans l’extinction des feux», soutient Hanitra Razafindrahanta, responsable en charge du reboisement, de la gestion des feux et de la dynamisation des acteurs au sein du MEDD. Malheureusement, face à l’étendue de feux, ces matériels sont loin d’être suffisants surtout à cette période de l’année, la saison des feux de brousse. Ankarafantsika n’est donc pas la seule région touchée par ces feux. Le site Firecast de Conservation International, système de surveillance et de prévisions des forêts et des incendies, affiche notamment des centaines de points de feux dans les quatre zones forestières du pays. Des mesures pérennes doivent être prises pour toutes ces zones forestières, et pas seulement Ankarafantsika.
Rova Randria

Fil infos

  • Entrepreneuriat - Le Président Rajoelina partage ses secrets pour réussir
  • Arrestation de Raoul Arizaka Rabekoto  - Les autorités judiciaires se contredisent
  • Manifestation à la Réunion - Des « indignés » aux attitudes indignes !
  • Poursuite d’anciens hauts dirigeants - Les députés devant leurs responsabilités
  • Relations bilatérales Egypte-Madagascar - Les grands projets de Rajoelina séduisent Fattah Al-Sissi
  • 21ème sommet du COMESA - Le Président Rajoelina vante les mérites du numérique
  • Sècheresse à Madagascar - L’eau, un produit de luxe
  • Trafic de drogue - La Gendarmerie intercepte 600 kilos de cocaïne pure
  • Exportation de girofle - Crainte d'immixtion des spéculateurs
  • Covid-19 à Madagascar - Inquiétude et peur suite à la hausse des cas de contamination

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Come back tant redouté !
    La bête noire est là de retour. Comme il fallait s'y attendre, la 3 ème vague de la Covid-19, pas forcément du variant Delta, frappe à nos portes et entre sans avoir été conviée. Elle contamine déjà certaines localités du pays. Tout commençait à Ivato lors du premier débarquement du premier vol en provenance de l'Europe ce 6 novembre. Deux cas importés ont été constatés après les tests et contrôles d'usage parmi les passagers. Ce retour pour la troisième vague de la Covid-19 relance le débat sur la pertinence ou non de la réouverture des frontières. Nous étions tous témoins de la forte la résistance des détenteurs du pouvoir, au sommet de l'Etat, concernant l'éventuelle réouverture de notre ciel au trafic international. On garde encore vive dans les mémoires la virulence de la toile quand Iavoloha accorda une dérogation spéciale d'entrée sur le territoire de trois vols conduisant des passagers…

A bout portant

AutoDiff