Publié dans Politique

Faculté d'Economie, de Gestion et de Sociologie - Désorganisation totale de la réinscription !

Publié le vendredi, 19 novembre 2021


En raison du court délai de la réinscription, les étudiants inscrits auprès de la Faculté d'Economie, de Gestion et de Sociologie se trouvaient au cours de cette semaine dans la tourmente. C'était la désorganisation totale, ils n'ont disposé qu'une journée voire deux pour réunir tous les éléments des dossiers afin de se réinscrire pour l'année - universitaire 2020- 2021. Particulièrement pour la Gestion, le résultat des examens de rattrapage n'a été publié que le vendredi 12 novembre pour les étudiants en Master et le lundi 15 novembre pour ceux de licence. Pourtant, ce département a fixé la date de réinscription quelques jours après ces affichages. Pour le niveau L, il il a été programmé pour le mercredi 17 novembre et pour le niveau Master, le vendredi 19 novembre. Et tous les retardataires peuvent attendre samedi, c'est-à-dire aujourd'hui.  Malheureusement, l'obtention assez compliquée du bordereau de versement n'a pas été prise en compte par les responsables. "Outre les fiches d'inscription et de bourse, il faut également le reçu du versement de la somme de 42.000 ariary destinée au droit d'inscription et les 38.000 ariary alloués au droit pédagogique auprès de la banque. « Par malchance, avec un groupe d'amis, j'ai du parcourir trois enseignes avant de l'obtenir. L'organisation interne de la banque limite jusqu'à 10 heures le paiement pour les étudiants. De plus, le nombre de clients pouvant être accueillis est fixé à 50 personnes. Certainement, avec les milliers d'étudiants au sein de notre département et de la Faculté toute entière qui ont dû recourir au même service, il m'a été impossible d'être reçue par la caisse de la première banque. A la deuxième, le nombre est déjà complet et le troisième comptoir a eu pitié de nous et a quand même laissé payer avec quelques minutes de l'heure définie, dû au déplacement », s'est plainte une étudiante admise en deuxième année de licence dans le département Gestion. Et elle n'était pas la seule, d'autres étudiants du même département ont vécu cette galère. Contacté, hier soir, par rapport à cette organisation, le doyen de ladite Faculté, Ravokatra Seth, a préféré ne pas s'entretenir au téléphone.
KR.

Fil infos

  • Débordement du barrage d’Antelomita - Evacuation immédiate des riverains de l’Ikopa
  • Dégâts des intempéries sur la Route nationale - Les stocks de carburant suffisants pour la Capitale
  • Rajoelina dans les bas-quartiers - Le courant passe toujours !
  • Inondations à Antananarivo - La nécessité d’une nouvelle ville devient pressante 
  • Gestion des catastrophes - L’Exécutif appelle le BNGRC à une meilleure anticipation
  • Impôt - Le GEM suggère d’assouplir les incitations fiscales
  • Montée des eaux à Antananarivo - Le BNGRC pris de court ?
  • Président Rajoelina aux côtés des sinistrés - « Nous devons rester unis dans les moments difficiles »
  • Sinistrés des intempéries à Antananarivo - Le Président Rajoelina appelle à la solidarité de tous 
  • Drame maritime de Soanierana-Ivongo - L'armateur demeure introuvable !

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Transparence oblige !
    L'autre fois, il a été question que nous jugions impérieux de livrer à travers la colonne ci-présente un sujet responsable : l'obligation à l'austérité. Un concept qui fâche mais c'est un passage obligé vers la bonne gouvernance. Autrement, la culture de la tempérance, de la sobriété et de la modération doit être inculquée à tous les niveaux du pouvoir. Il fut un temps où l'on avait inculqué aux élèves de l'Ecole officielle, l'ancêtre de l'Ecole primaire publique (EPP), en cours d'instruction civique, la notion de « tempérance », de « sobriété » et de « modération ».

A bout portant

AutoDiff