Publié dans Politique

Exportation de girofle - Crainte d'immixtion des spéculateurs

Publié le lundi, 22 novembre 2021

Concurrentiel. Après l'Indonésie, Madagascar est le deuxième producteur mondial de girofle avec 40% de la production mondiale viennent de la Région Analanjirofo en plus du fait que la Grande île est le premier exportateur de clous et d'essence de girofle. Cependant, pour cette année, des prévisions annoncent une légère baisse de production du côté du premier pays producteur qu'est l'Indonésie.

Dans ce contexte, les opérateurs locaux craignent que certains opportunistes sautent sur l'occasion pour venir déstabiliser la campagne de cette année en jouant sur la spéculation au niveau des prix à l'exportation. « Certes, il est vrai que l'Indonésie a vu sa production baisser mais ça ne signifie pour autant que le premier pays producteur de girofle n'a pas prévu cette situation. Il est fort possible qu'ils aient déjà constitué des stocks notables en prévision de cette baisse que nous constatons présentement. Raison pour laquelle, il est conseillé de ne pas se fier à une hausse des prix pour se remplir les poches mais plutôt jouer sur la régularité et écouler notre production avec un prix ferme et bien entendu en maintenant la qualité qui nous est propre », explique Jean Luc Dama, président du Groupement des exportateurs de girofle et autres épices de Madagascar (GEGM). Une façon pour ce responsable de mettre en garde les tentatives de spéculation qui pourraient se produire et seraient susceptibles de ternir la filière malagasy au niveau international. Pour le moment, la tonne du clou de girofle oscillent entre 8000 et 8500 dollars la tonne. Un prix que le GEGM tente de maintenir en gardant la qualité respectable du girofle malagasy. Pourvoyeuse de devises, la filière fait jeu égal avec la vanille, avec environ 100 millions de dollars en valeur d'exportation, chaque année. Elle représente aujourd'hui une source de revenus régulière pour plus de 31.000 producteurs et de ménages malagasy. Estimée à 19 000 tonnes, la production de clous de girofle est répartie dans les provinces de Toamasina, Fianarantsoa et Antsiranana, plus précisément dans la Région d'Analanjirofo, Vatomandry, Mahanoro, les régions Sud-Est de Mananjary à Fort Dauphin, enfin les Régions SAVA et DIANA. A Madagascar, la saison de récolte et de maturité des girofliers coïncide avec celle du litchi, l'autre grande ressource de la région. Toutefois, le vieillissement des plantations, les aléas climatiques et les maladies menacent la filière. Les producteurs semblent avoir négligé la préservation de cet arbre, si précieux, qui affiche également un potentiel cinq fois plus élevé que la vanille. A noter que les clous de girofle sont principalement exportés vers l'Inde et Singapour.

Fil infos

  • Sinistrés des intempéries à Antananarivo - Le Président Rajoelina appelle à la solidarité de tous 
  • Drame maritime de Soanierana-Ivongo - L'armateur demeure introuvable !
  • Inondations des plaines d’Antananarivo - 53,2 milliards d’ariary investis en 2017-2020
  • Montée des eaux à Antananarivo - Les remblayages illicites pointés du doigt
  • Décès du Général de corps d’armée Herilanto Raveloharison - La République perd un grand serviteur
  • Réseau de trafiquants démantelé aux Comores - Un projet d’exportation illicite de deux tonnes d’or déjoué
  • Conjoncture - Le FMI insiste sur le volet social et les infrastructures 
  • Association Tsiky Mahajanga - Les 10 ans de bénévolat et de dévouement de Gilles Tavernier reconnus
  • Déforestation - L’ «Ala atsinanana » en détresse !
  • Jeunes agressés dans un karaoké - Des éléments des Forces de l’ordre pointés du doigt
Pub droite 1

Editorial

  • Au ras des pâquerettes !
    La déviance mène partout, conduit nulle part sauf sur le droit chemin ! Une certaine partie de la classe politique du pays notamment celle qui revendique l'honneur d'appartenir à l'Opposition s'enlise dans la démence intellectuelle. On dévie à cœur joie les débats. On crée de faux problèmes et on monte au créneau pour des polémiques stériles. Les vrais débats s'effacent et on s'éloigne des vraies solutions !

A bout portant

AutoDiff