Publié dans Politique

La Vérité de la semaine

Publié le vendredi, 03 décembre 2021

Donneur de leçon à l’aveuglette
Le FFKM, réuni en conclave à Ambohipo, interpelle le pouvoir en place en le sommant d’organiser une élection « libre et transparente » en 2023, année de l’échéance présidentielle. De qui se moque-t-on ! Les prélats voudraient-ils moraliser les premiers responsables des dernières élections (2018, 2019, 2020) à savoir la Primature, la HCC et la CENI ? Insinueraient-ils que ces scrutins ont été contestés ou contestables  à tel point qu’ils voudraient blâmer lesdits responsables ? Négatif, tout s’est déroulé selon la règle de l’art. Certes, il y avait quelques points à améliorer mais ce furent des scrutins libres et transparents. Ce qu’on aimerait entendre de la part des « Raiamandreny », qu’ils encouragent les responsables à  continuer ainsi.
L’inévitable fossile !
Le vrai débat qui s’impose pour Madagasikara, en ces temps où l’on ne jure que sur les énergies renouvelables, consiste à élucider la question « la Grande île pourra-t-elle se passer définitivement, du moins pour le moment, de l’énergie fossile ? » Une question pertinente dans la mesure où la Grande île regorge suffisamment de réserves  d’énergies fossiles capables de booster la relance économique. Andry Ramaroson, ministre de l’Energie et des Hydrocarbures, va droit au but et déclare que Madagasikara, en l’état actuel de son développement, sollicite encore le service des énergies fossiles.
Vol ou non ?
La sommation de la Banque mondiale à l’adresse de l’Etat (JIRAMA) à rembourser 1.752 millions de dollars alerte l’opinion. Entre 2018-2019, la JIRAMA effectuait des dépenses jugées inéligibles par la Banque. Il faut nécessairement rembourser ! Au final, il ne s’agissait pas d’un crime et détournements mais d’une affectation non autorisée vers d’autres chapitres. En tout cas, vol ou non la JIRAMA doit donner suffisamment d’éclaircissements sur cette affaire qui ternit l’image du pays sur le plan international.
Prestation tant attendue.
Finalement, la prestation de serment des neuf nouveaux membres de la CENI a eu lieu ce mercredi 1er décembre. C’est l’évènement-clou de la semaine. La nouvelle instance d’Alarobia chargée d’organiser les élections à Madagasikara devient ainsi opérationnelle. A la limite du chronogramme pour l’échéance de 2023, les nouveaux commissaires électoraux doivent commencer illico à se pencher sur le renouvellement de la Liste- mère. Rendez-vous donné pour 2023 !
Ndrianaivo

Fil infos

  • Coopération - Des émissaires de la JICA à Ambohitsorohitra
  • Révélation au procès de Mbola Rajaonah - L’Etat spolié de 125 milliards d’ariary
  • Décentralisation - Beaucoup de Communes en infraction
  • Travailleurs migrants - Régulation stricte des sorties du territoire
  • Fihariana - Intervention d’experts en génétique pour la filière laitière
  • Président Rajoelina à Ihosy - « Un homme politique pense aux élections, un homme d’Etat pense aux futures générations »
  • Blocage des routes à Taolagnaro - Des agents des Forces de l’ordre séquestrés puis relâchés
  • Désinformation - Des outils de vérification à la portée de tous
  • La « Vérité » de la semaine
  • Réhabilitation de la RN13 - Feu vert de l’Union européenne !

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Le jeune prodige !
    Phénomène Oboy ! Quart de siècle tapant, Oboy séduit mieux encore et enivre les jeunes. A travers ses textes et de par son style, Oboy est unique en son genre. Succès phénoménal en France et sur le plan international, le jeune prodige force l’admiration mais également suscite la jalousie ! En effet, Oboy fait des jaloux même dans son propre pays, Madagasikara. Son tout récent passage à Tanà explose l’enthousiasme et déchaine les fantasmes dans tous ses états. Oboy a fait vibrer le mythique Palais des sports et de la culture de Mahamasina.D’un parcours atypique, le jeune prodige gravite et entre, sans coup férir, dans la cour des grands. Né le 6 janvier 1997 à Madagasikara, Mihaja Ramiarinarivo de son nom d’Etat civil, Oboy grandit à Val-de-Marne, plus précisément à Villeneuve-Saint-Georges. Il se lance dans le rap, cette danse urbaine moderne en 2015, à l’âge de 18 ans. Très vite,…

A bout portant

AutoDiff