Publié dans Politique

Trafics et série d’incidents graves - Les « coupables administratifs » courent toujours !

Publié le mercredi, 12 janvier 2022


Naufrage du bateau « M/S Francia » à Soanierana-Ivongo, coupures d’électricité aux conséquences fatales pour certains malades dans les hôpitaux publics, incendie à la centrale d’Andekaleka, exportation illicite des ressources minières. La liste des incidents graves survenus ces dernières semaines dans le pays est longue. Malgré cela, aucune tête n’est encore tombée au niveau de l’administration. Pourtant, ce ne sont pas les responsables qui manquent.  Pour le moment, les départements ministériels ou encore les organes de contrôle concernés par ces différentes catastrophes se sont contentés de se jeter les responsabilités.
A l’instar du Bureau national de gestion des risques et catastrophes  (BNGRC) par le biais de son directeur général qui  s’est hâté de répondre aux révélations du secrétaire d’Etat à la Gendarmerie nationale, le Général Serge Gellé, à la suite du crash de l’hélicoptère à bord duquel il se trouvait. En effet, le SEG  avait confié au cours d’une intervention médiatique que l’équipe du BNRGC n’avait pas éteint le moteur du bateau utilisé pour l’opération de sauvetage, du coup les sauveteurs n’ont pas entendu les cris d’appel des naufragés.  Le DG du BNGRC de répliquer que les interventions de ce genre ne sont pas de leur ressort et que le bureau ne dispose pas de secouriste qualifié. Des propos des plus aberrants dans la mesure où un bureau portant l’appellation de « Gestion des Risques et Catastrophes » ne pourrait en aucun cas se limiter à une simple coordination. Idem pour les agences de l’APMF sise à Sainte – Marie et dans l’Atsinanana concernant le même incident. L’important n’est pourtant pas de décliner toute responsabilité dans un accident mais de savoir reconnaître les erreurs commises pour mieux avancer et anticiper le futur.
Communication d’auto – justification
La même rengaine reprise du côté des deux départements ministériels à la savoir le ministère de la Santé et celui de l’Energie concernant la série de coupures d’électricité dans les hôpitaux publics. Des coupures qui ont provoqué une issue fatale pour certains malades sous oxygène, notamment ceux atteints de la Covid-19. Dans la situation en question, les deux ministères se rejettent les responsabilités. Difficile alors de déterminer qui sont les vrais auteurs ayant été à l’origine des problèmes car les communications semblent aller dans le sens d’une auto – justification permanente. Toujours dans le domaine de l’Energie, il a fallu une descente sur le terrain du Président de la République pour savoir que l’incendie d’un transformateur à Andekaleka avait une origine criminelle selon les premiers constats des techniciens et avoir une échéance pour la résolution du problème de délestage.
Une autre actualité brûlante liée à l’exportation de ressources minières suscite également des interrogations sur le rôle des « responsables concernés ». Entre la Police nationale, la Gendarmerie, les agents de la douane ou encore l’Aviation civile de Madagascar, chacun protège ses arrières. Une fois de plus, personne ne veut porter la responsabilité de quoi que ce soit. Jusqu’ici aucun haut fonctionnaire au sein de l’administration n’a été sanctionné en dépit de bourdes flagrantes qui sont à l’origine des nombreux incidents de ces derniers mois. Pour le cas du naufrage du « M/S Francia » à Soanierana-Ivongo survenu le 20 décembre dernier, par exemple, l’enquête reste en cours mais à quand les résultats et les sanctions ? Jusqu’à présent, force est de constater que les fautifs de tous les malheurs de ces derniers temps courent toujours.
La Rédaction

Fil infos

  • Maharante Jean de Dieu - Un présumé auteur de détournement accueilli comme un VIP
  • Massacre à Iabohazo-Farafangana - Le chef de bande éliminé
  • Tanamasoandro-Tsimahabeomby - L’abattoir aux normes inauguré
  • Circulation dans la Capitale - 16 cas d’accidents mortels en un mois
  • Série de kidnappings - L’Alaotra-Mangoro toujours sur le qui-vive
  • Développement local - Descente du Premier ministre dans l’Atsimo-Atsinanana
  • 3e décennie du développement de l’industrie en Afrique - Le Président Rajoelina adoubé par l’ONUDI
  • Massacre à Farafangana  - 7 enfants tués à coups de couteau
  • Massacre à Ankazobe - Elimination d’un présumé meurtrier dangereux
  • Projet « cuisson propre et reboisement » - Andry Rajoelina et Abdulhamid Alkhaifa sur la même longueur d’onde

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Paradis des faux prophètes !
    La Grande île serait-elle l’endroit idéal pour l’épanouissement des activités des charlatans religieux ? En réalité, l’Afrique francophone et anglophone confondue est le dépotoir des faux prophètes !Un confrère titrait un jour son Edito « Les faux prophètes pullulent dans les rues ». Effectivement, le pays grouille d’escrocs qui s’autoproclament pasteurs et qui s’enrichissent sur le dos pauvres gens. Ce jeune vendeur d’appareils de sonorisation d’occasion dans les Arcades, au début des années 90, qui devient par magie pasteur. Trente ans après, il se trouve à la tête d’une puissante église nommée « Apokalypsy ». Mailhol André Christian Dieudonné, car il s’agit de lui, membre d’un nébuleux groupe « Eksodosy », ex- fidèle de l’église adventiste qui, par la suite, se dit prophète continue d’embobiner des milliers de fidèles malgré le ratage de sa prophétie annonçant qu’il sera Président de la République, selon la volonté divine, en 2013. Sa communauté…

A bout portant

AutoDiff