Publié dans Politique

Grâce présidentielle - Remises de peine pour 11 316 détenus

Publié le dimanche, 26 juin 2022

A l’occasion du 62è anniversaire du retour de l’indépendance de Madagascar, le Président de la République Andry Rajoelina a décidé d’accorder des remises de peine aux personnes condamnées à des peines privatives de liberté en cours d’exécution. Le décret y afférent a été signé par le Président de la République jeudi dernier. Ces remises de peine varient de trois à douze mois, selon la nature de la peine prononcée contre les condamnés.

Ainsi, sur les 16 165 détenus condamnés définitivement et qui purgent leurs peines dans les prisons de Madagascar, 11 316 bénéficient de cette remise de peine accordée par le numéro Un du pays. 2 902 détenus pourront immédiatement sortir de prison grâce à cette décision présidentielle, précise un communiqué de la direction en charge des relations publiques et de la communication de la Présidence.

Ne sont pas concernés par l’application de cette remise de peine collective, les personnes condamnées à des peines privatives de liberté et ayant commis des infractions telles que les meurtres et assassinats, les atteintes aux mœurs, les détournements de deniers publics, les infractions relatives aux bois de rose et/ou ébène, et les infractions de blanchiment de capitaux. Ne sont également pas concernés par la décision les personnes placées en détention provisoire et les détenus qui ont formé appel ou cassation. La grâce est un pouvoir spécial du Président de la République comme écrit dans la Constitution et il l’applique notamment lors de la fête nationale, rappelle la direction de la communication de la Présidence. Cette amnistie cadre avec la politique générale de l’Etat pour la protection des droits de l’homme et le désengorgement des prisons pour être raccord avec la limite des effectifs des prisons de la Grande-île.

L.A.

 

Fil infos

  • Accident de minibus à Marovoalavo - Dix personnes décédées
  • Président Andry Rajoelina - « Madagascar n’est pas un pays en crise »
  • Crimes à Kelilalina - Trois enfants tués à coups de hache
  • Massacre à Ankazobe - 6 personnes placées sous MD
  • Tarif optima business - Les grands consommateurs grincent les dents
  • Trafic de drogue - Un dealer cache ses héroïnes sur son bébé
  • Incendie criminel à Ankazobe - Les arrestations se suivent
  • Union européenne - Giovanni Di Girolamo élevé au rang de Commandeur de l’Ordre national
  • Une attaque sur fond de vengeance !
  • Incendie criminel à Ankazobe - Quatre membres de la bande éliminés

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • 10 août, une aubaine… 
    Le pays rendra hommage aux victimes de la tuerie de Mandrimena (Andoharanofotsy) demain. En effet, le 10 août 1991, des dizaines voire des centaines, certains avancent même des milliers de concitoyens, ont été abattus de sang-froid par des éléments de la Garde présidentielle, à l’époque de l’Amiral Didier Ratsiraka, sur le terrain vague de Mandrimena, entre Andoharanofotsy et Iavoloha.Les dirigeants de la lutte populaire issus du « Hery velona Rasalama » conduits par feus Zafy Albert et Andriamanjato Richard décidèrent sur la place du 13 Mai, ce 10 août 1991, d’aller avec des milliers de manifestants rejoindre le Palais d’Iavoloha pour entamer une concertation directe avec le maitre des lieux à savoir Didier Ratsiraka, Président de la République démocratique, et ce afin de dénouer la crise qui a trop duré dans le cadre d’un dialogue direct. Seulement, l’affaire a mal tourné. Les éléments d’élite de la GRP, survolant par hélico,…

A bout portant

AutoDiff