Publié dans Politique

Conseil du Fampihavanana Malagasy - Fin de mandat pour Maka Alphonse et consorts

Publié le mercredi, 14 septembre 2022

25 août 2017 – 25 août 2022. Le décret de nomination des membres du Conseil du Fampihavanana Malagasy ou CFM est déjà expiré. Par la même occasion, le mandat de 5 ans qui a débuté à la date de leur prestation de serment, le 13 septembre 2017, a officiellement pris fin avant-hier. Cela sonne la fin de mandat pour le président de cette institution, Maka Alphonse et son équipe composée de représentants des 22 Régions.

L’expiration de ce mandat du CFM a été validée au cours du Conseil des ministres d’hier au palais d’Etat d’Iavoloha. D’après toujours la décision du Conseil, le secrétaire Exécutif assure la gestion des affaires courantes jusqu’à la nomination des nouveaux membres.

Pour rappel, la mise en place du CFM s’inscrit dans la concrétisation des articles 25, 26 et 27 de la Feuille de Route du 17 septembre 2011 pour la sortie de crise à Madagascar, insérée dans l’ordonnancement juridique par la Loi n°2011-014 du 28 décembre 2011.  D’après l’exposé des motifs de la loi sur la réconciliation nationale, le but était « d’institutionnaliser un processus capable de promouvoir et de renforcer la culture du dialogue, la tolérance, la solidarité et l’équité pour la paix durable ainsi que l’exploitation rationnelle des richesses nationales ». 

D’après la même loi, le Conseil du Fampihavanana Malagasy a pour missions de conduire le processus de réconciliation nationale en mettant en œuvre les dispositifs prévus à cette fin par la présente loi ; de contribuer à instaurer une atmosphère politique sereine pour garantir la non répétition des situations conflictuelles pouvant porter atteinte à l’unité nationale d’une part ; et d’autre part, un environnement favorable au respect de la constitution, de l’Etat de droit, au respect des droits de l’homme et l’approche genre ; et de formuler des recommandations de nature à permettre la résolution pacifique de toutes les situations conflictuelles et de tout problème dont la gravité risque de constituer une atteinte à la cohésion nationale ou communautaire, un facteur de blocage au fonctionnement régulier des pouvoirs publics ou aux rouages de l’économie, ou une entrave au développement harmonieux et équitable des territoires.

Fil infos

  • Assemblée nationale - Une législature folklorique
  • Cementis Antsirabe - Vers une production annuelle d’un million de tonnes de ciment
  • Transport aérien - Madagascar Airlines renforce sa flotte avec un Embraer neuf 
  • Douane - Les trafics de matières nucléaires à la loupe
  • Ministre Tinoka Roberto - De l’huile sur le feu de la déception
  • Christine Razanamahasoa - Coup de couteau dans le dos de Rajoelina
  • Développement - « Madagascar peut dépasser ses voisins africains » selon la Banque mondiale
  • Forfait de Madagascar aux jeux de la CJSOI - Que les responsables soient sanctionnés !
  • Hajo Andrianainarivelo - «  L'une des mesures phares pour Madagascar, c'est d'établir une bonne gouvernance ! »
  • Drogue dure - La méthamphétamine s'achète à 150 000 ariary le gramme

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Quid du sort de l’environnement !
    Le pays se dégrade. Un constat amer pour tout citoyen jaloux de l’avenir de la Nation. A en croire l’article dûment élaboré par notre confrère tout récemment « Destruction de l’environnement » (vendredi 2 décembre), la machine environnementale de la Grande île tourne à la vitesse marche arrière. Un article qui se doit vivement d’interpeller tous les acteurs de développement du pays dont entre autres les autorités publiques, les élus, la Société civile, les mouvements associatifs, les lanceurs d’information, les simples citoyens, la communauté de base, etc.

A bout portant

AutoDiff