Publié dans Politique

JIRAMA - Les ingérences du ministère dénoncées par l’intersyndicale

Publié le mardi, 22 novembre 2022


Une plus grande indépendance. Des syndicats au sein de la compagnie nationale de distribution d’eau et d’électricité (JIRAMA) ont interpellé les autorités compétentes notamment le ministère de l’Energie et des Hydrocarbures sur l’impérieuse nécessité de cesser toute immixtion dans la gouvernance de la société d’Etat. Ils exigent l’arrêt de l’immixtion du ministère ou des autorités du ministère de l’Energie et des Hydrocarbures dans la gestion de la JIRAMA. Cette ingérence aurait pris de l’ampleur ces derniers temps, à entendre les leaders syndicaux au sein de cette société. Une allusion certaine à la démarche du ministre de l’Energie et des Hydrocarbures de publier sur les réseaux sociaux l’identité et les photos des cadres de la JIRAMA qui passent une évaluation devant le ministre et le conseil d’administration. Une démarche qui avait été fortement dénoncée par l’intersyndicale.  « Nous lançons un appel à ne pas sacrifier les collaborateurs et les infrastructures au sein de la JIRAMA », affirment les syndicalistes devant des gens des médias. Une demande en ce sens a ainsi été formulée à la direction générale de la compagnie nationale, selon ces derniers.  Les syndicalistes dénoncent par ailleurs également la fuite en avant du ministre par rapport aux difficultés actuelles au sein de la JIRAMA.  « Nous contestons les allégations selon lesquelles les employés au sein de la JIRAMA sont les responsables de la situation actuelle », fustigent les membres des syndicats. Ils estiment en outre que les prévisions du ministère ne sont pas fondées.  « Il est possible d’atteindre les objectifs de l’engagement du Chef de l’Etat, l’énergie et l’eau pour tous, en 2025 et pas seulement en 2028 », disent-ils. Ceux-ci  laissent entendre qu’un changement à la tête du ministère pourrait être la meilleure solution si celui en place dit ne pas arriver à atteindre cet objectif. Une rencontre avec la direction au sein de la société d’Etat s’est tenue hier avant la déclaration faite à la presse. Les membres de l’intersyndicale brandissent en tout cas la menace d’une manifestation si la situation ne connaît pas des changements.
La redaction


Fil infos

  • Assemblée nationale - Une législature folklorique
  • Cementis Antsirabe - Vers une production annuelle d’un million de tonnes de ciment
  • Transport aérien - Madagascar Airlines renforce sa flotte avec un Embraer neuf 
  • Douane - Les trafics de matières nucléaires à la loupe
  • Ministre Tinoka Roberto - De l’huile sur le feu de la déception
  • Christine Razanamahasoa - Coup de couteau dans le dos de Rajoelina
  • Développement - « Madagascar peut dépasser ses voisins africains » selon la Banque mondiale
  • Forfait de Madagascar aux jeux de la CJSOI - Que les responsables soient sanctionnés !
  • Hajo Andrianainarivelo - «  L'une des mesures phares pour Madagascar, c'est d'établir une bonne gouvernance ! »
  • Drogue dure - La méthamphétamine s'achète à 150 000 ariary le gramme

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Quid du sort de l’environnement !
    Le pays se dégrade. Un constat amer pour tout citoyen jaloux de l’avenir de la Nation. A en croire l’article dûment élaboré par notre confrère tout récemment « Destruction de l’environnement » (vendredi 2 décembre), la machine environnementale de la Grande île tourne à la vitesse marche arrière. Un article qui se doit vivement d’interpeller tous les acteurs de développement du pays dont entre autres les autorités publiques, les élus, la Société civile, les mouvements associatifs, les lanceurs d’information, les simples citoyens, la communauté de base, etc.

A bout portant

AutoDiff