Publié dans Politique

Extorsion de fonds d’un opérateur économique - Deux escrocs en taule, des complices recherchés

Publié le mardi, 02 avril 2024



400 millions d'ariary ou 2 milliards de Fmg. C'est la somme que des escrocs ont tenté d'extorquer auprès d'un opérateur économique de la Région de Boeny, un Karana connu pour ses activités de location de véhicules. Ces malfrats ont été pris en flagrant délit le 26 mars dernier, grâce à une opération conjointe entre la direction territoriale du Bureau indépendant anticorruption (BIANCO) de Mahajanga et la Section des recherches criminelles (SRC) de la Gendarmerie nationale locale.
Tout a commencé lorsque des renseignements bien étayés ont été rapportés au BIANCO de Mahajanga, concernant des menaces d'emprisonnement proférées par une bande organisée à l'encontre de l'opérateur économique. Ces malfrats, au téléphone, exerçaient d'énormes pressions sur leur victime, prétendant détenir des documents officiels, tels que des convocations pour interrogatoire émises par le directeur général du BIANCO et par le ministre de la Justice, ainsi que des Interdictions de sortie du territoire attribuées par le ministre de l’Intérieur, pour forcer la victime à concéder des sommes d'argent exorbitantes.
Cependant, toutes ces menaces et manœuvres étaient en réalité des tentatives de soutirer de l'argent à la victime, qui a décidé de se tourner vers le BIANCO de Mahajanga pour obtenir justice. L'opération de flagrant délit qui s'est déroulée le 26 mars a permis d'appréhender les escrocs et de démanteler leur organisation. Les enquêtes judiciaires ont révélé un mode opératoire élaboré, impliquant une association de malfaiteurs bien organisée, dirigée par un commanditaire expert en faux et en extorsion de fonds. Dans le véhicule transportant les suspects, ont été retrouvés des cachets, des badges, des enveloppes ainsi que de faux documents, selon les informations en provenance de la Cité des fleurs.
Le dossier de cette affaire, ainsi que les personnes impliquées, ont été présentés au Parquet du Tribunal de 1ère instance de Mahajanga. Les prévenus ont été placés en détention préventive, tandis que l'instruction de l'affaire se poursuit compte tenu de sa ramification qui saute aux yeux. Autrement dit, des complices sont ainsi recherchés.
La Rédaction

Fil infos

  • Mission du FMI à Madagascar - Deux appuis financiers importants sur la table des négociations
  • ACTU-BREVES
  • Actu-brèves
  • Enseignement supérieur - L'université de Fenoarivo -Atsinanana officiellement inaugurée 
  • Administration - Le Président veut des collaborateurs loyaux et efficaces
  • Actu-brèves
  • JIRAMA - Le manager de redressement bientôt dans le ring
  • Lutte contre la corruption à Madagascar - Le CSI pointe du doigt les blocages institutionnels
  • Conseil des ministres décentralisé - Focus sur Toamasina
  • Législatives - 470 prétendants à l’assaut des 163 sièges au Parlement

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Recadrage présidentiel
    Au terme d’un Conseil des ministres, délocalisé à Toamasina, la capitale de la Région d’Atsinanana, le Chef de l’Etat Rajoelina Andry et la délégation qu’il conduit, des membres du Gouvernement, se sont enquis de l’état actuel de la situation de l’avancement des travaux s’inscrivant dans le cadre des projets présidentiels dans le Grand Port et aussi de la Région d’Analanjirofo.A Toamasina, le Président Rajoelina et sa suite dont entre autres le Premier ministre, Ntsay Christian, la ministre de la Justice Landy Mbolatiana Randriamanantsoa, le ministre des Travaux publics, le colonel Ndriamihaja Livah Andrianatrehina, le Secrétaire d’Etat en charge des Nouvelles villes Gérard Andriamanohisoa et bien d’autres, ont constaté de visu l’état de la réalisation des travaux. Le chantier MIAMI, un projet présidentiel phare dans le Grand Port de l’Est, continue son bonhomme de chemin. En dépit des retards dus aux crises sanitaires de 2020- 2022 et surtout à cause de…

A bout portant

AutoDiff