Publié dans Politique

Trafics douaniers - Mbola Rajaonah devant le Pôle anti-corruption la semaine prochaine

Publié le jeudi, 17 janvier 2019

A bon port. Actuellement en instruction, le dossier Mbola Rajaonah prendra dans peu de temps un nouveau virage. Les enquêtes du bureau indépendant anticorruption dans le cadre des dossiers concernant l’opérateur économique Mbola Rajaonah seront bientôt bouclées et l’affaire devra être transférée au Pôle anti-corruption « à la fin de la semainesoit en début de semaine prochaine » affirme en effet le directeur général de l’organe d’Ambohibao, Jean Louis Andriamifidy. L’information a été livrée hier en marge d’un atelier au Development learning center (Dlc). Une affaire dont on attend l’issue depuis plusieurs semaines puisqu’il devait déjà être transféré au Pole anti-corruption à la mi-décembre. Depuis la mi-décembre pourtant, ce fut le silence le plus complet. Le dernier rebondissement en date dans cette affaire concerne une nouvelle audition que le concerné devait passer au niveau du BIANCO après plusieurs convocations restées sans suite.

A l’époque les dernières  informations laissaient entendre un déferrement imminent au niveau du Pôle anti-corruption. L’opinion s’était étonnée du silence assourdissant du BIANCO qui est pourtant particulièrement prompt à communiquer pour ce genre d’affaire. Les vacances judiciaires seraient la raison principale du retard dans le bouclage et le transfert du dossier au niveau du PAC, affirme le Dg du Bianco. Les limiers du BIANCO tentent également d’obtenir les dernières précisions et d’autres informations additionnelles.  Ainsi, l’organe en charge de la lutte contre la corruption s'est donné quelques jours supplémentaires, après la rentrée judiciaire, avant de transférer le dossier auprès du PAC, a indiqué hier Jean Louis Andriamifidy. Ce magistrat tient ainsi à balayer toute arrière-pensée politique dans le « retard » pris dans le transfert du dossier au Pôle anti-corruption. Il réitère que le BIANCO travaille en toute indépendance et traite tous les dossiers en toute objectivité et impartialité sans aucune autre considération et continuera de le faire pour l’intérêt de la nation. Lui de souligner également que beaucoup d’autres affaires, à l’instar de celle concernant une autre conseillère spéciale de l’ancien Chef de l’Etat, Claudine Razaimamonjy, sont ou seront transmis au PAC. L’affaire Mbola Rajaonah a éclaté au grand jour le 13 novembre, lorsque l’acte décrétant l’Interdiction de sortie du territoire (IST) signé du ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation fuite. Mbola Rajaonah avait été auditionné à plusieurs reprises par le BIANCO dans le courant du dernier mois de l’an dernier. Son domicile à Ambohimahitsy ainsi que l’un de ses bureaux à Antsahabe ont été perquisitionnés. Dans ce dernier endroit, un coffre avait été scellé. Mbola Rajaonah serait soupçonné dans le cadre d’une affaire de faits de corruption et assimilés. Des accusations qui n'étonnent pas dans la mesure où de nombreuses histoires de fraudes douanières à grande échelle circulaient autour de cet opérateur économique qui faisait partie du cercle très restreint des conseillers de l'ex - Président, Hery Rajaonarimampianina. En tout cas, malgré des félicitations à l’allure de demande de pardon adressées à Andry Rajoelina, dans le but de se « mettre sous un nouveau bouclier étatique pour, à tout le moins, protéger son empire et éviter d’être poursuivi pour ses magouilles passées, et pourquoi pas, continuer à les perpétrer » comme nous affirmions dans une précédente édition, Mbola Rajaonah semble être bien loin d’être sorti de l’auberge.

L.R.

Fil infos

  • Corruption - 19 magistrats traduits en Conseil de discipline en 2020
  • Police nationale - Dotation de 550 nouveaux fusils
  • Campagne de vaccination anti-Covid-19 - Une dernière journée mouvementée
  • Fête nationale - Rappel à l'ordre nécessaire
  • Tanamasoandro - Les tracés débutent à Imerintsiatosika
  • Pont d’Ampasika - L’infrastructure menacée par l’extraction de sable
  • Examen du CEPE - Une évaluation finale avant la session officielle
  • Stade « Barea » - Le Président Andry Rajoelina réussit son pari !
  • Météo de la semaine - Température minimale à 3° Celsius pour les Hautes terres
  • Appui supplémentaire pour le Sud de Madagascar - Les Etats – Unis offrent 40 millions de dollars

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Consternation générale !
    L’Union européenne fait savoir par le biais de l’Ambassade de France qu’elle ne reconnait pas le vaccin Covishield. L’accès dans le territoire Schengen est formellement interdit à ceux ou celles qui présentent le passeport vaccinal portant le cachet Covishield. Seuls les vaccins Moderna, Pfizer, AstraZeneca et Johnson & Johnson sont accordés. Coup de bluff ou coup vache ? En tout cas, c’est la consternation générale ! Anxiété et inquiétude se mêlent dans les esprits. Madagasikara, l’un des pays ayant opté pour cet indésirable vaccin et qui vient d’achever la première phase, se trouve dans une situation d’embarras indescriptible. Evidemment, il faut s’attendre à une réaction sans détour de l’Etat malagasy. Il demande des explications à l’endroit de l’OMS et de l’UNICEF. Rappelons que Madagasikara s’inscrit dans l’initiative COVAX recommandée par les instances onusiennes ainsi que les partenaires européens. D’ailleurs, le choix a été fait en collaboration et sous la « …

A bout portant

AutoDiff