Publié dans Politique

Concours élèves-commissaires de police 2018 - La session la plus controversée

Publié le vendredi, 22 février 2019

« Le Président de la République a exigé l’égalité des chances pour tous dans l’accès à tout concours d’entrée à la fonction publique ». C’est une partie de la teneur du communiqué de la présidence dans le cadre de la tolérance zéro et exemplarité des sanctions en matière de corruption, prôné par le Président Rajoelina et qu’il a martelé lors du dernier conseil des Ministres. Si cet objectif est atteint, les faits incriminés au concours au niveau de la sécurité publique de l’année dernière ne devront plus être.

Des concours de l’administration en 2018, celui des élèves- commissaires de police a été sans doute la plus controversée. Contrairement au concours d’entrée à l’Ecole Nationale de la Magistrature et des Greffes (ENMG) qui a fait également le buzz dans la presse et qui s’est terminée en queue de poisson de suite de son annulation, celui au sein de la sécurité publique pour le compte de recrutement de l’année 2017 est arrivé à son terme. Le résultat final était proclamé au mois de juin 2018. Et ce en dépit des réclamations faites par certains candidats que les observateurs ont jugé fondées. Cependant, le conseil d’Etat à qui ces candidats recalés ont porté l’affaire a décidé autrement en validant indirectement le résultat. Depuis  les candidats à ce concours ont pris chacun leur chemin, les admis, mêmes les non-méritants, ont déjà pris leur poste tandis que les recalés, dont figure pourtant les meilleurs, se sont résignés face à cette injustice indigne du corps dont ils voulaient en faire  partie. « Nous avons remué ciel et terre en vain pour que justice soit rendue. Toutes les entités susceptibles de nous aider pour que la vérité soit rétablie semblent avoir les poings et les mains liés. C’est dommage, même le BIANCO hissait le drapeau blanc », regrette une proche d’un candidat recalé  dont les notes tant à l’épreuve écrite et physique le placent en haut du classement final. Et pourtant, il n’était pas admis à cause de « dossiers incomplets » argumente les  décideurs. 

« Un argument que nous réfutons en bloc. Expliquez – nous, pourquoi alors il était accepté à passer toutes les étapes, avec brio, avant d’avancer ce motif bidon », s’est plainte notre interlocutrice. Pour les autres recalés, eux aussi de très bon candidats, les motifs de leur non admission frisent carrément le ridicule. En effet, les examinateurs pour motiver leur décision estiment qu’ils sont atteints de strabisme.  « Et dire qu’avant les examens, ils ont passé comme tout le monde la visite médicale au dispensaire de la Police nationale et  étaient tous déclarés aptes à concourir. Cependant, on leur a infligé ce « défaut » pour motiver leur disqualification une fois le résultat final connu », rouspétait notre source. Pire, révélait cette dernière, des cinq prétendants recalés, quatre sont classés  « strabiques ». A noter que trois candidats recalés par ces motifs ridicules se sont classés dans le top 8 sur les 18 prétendants au concours direct dont 16 places étaient en jeu. Après une démarche auprès du tribunal, ils ont pu avoir entre leurs mains le résultat détaillé du concours d’où leur frustration en lisant les motifs de leur « disqualification ». Ce qui fait qu’ils devraient faire partie du corps de la Police actuellement. Des bruits non vérifiables et infirmés d’ailleurs par les hauts responsables de la police nationale avançaient  dans son temps que l’ex-première Dame aurait des candidats à passer coûte que coûte…. Avec cette directive du Président Andry Rajoelina et les dispositions à prendre pour que les examens de l’administration se déroulent dans les règles,  gageons que ce genre de « mic-mac » ne se reproduise plus. Ainsi, tous les candidats, fils de paysans ou de riches opérateurs, proches ou non des responsables, se trouvent sur le même pied d’égalité aux concours de recrutements ou d’entrée dans des écoles supérieures de l’administration. En attendant, et comme tous les recours sont épuisés, les trois candidats au concours direct d’entrée à l’Ecole Nationale Supérieure de Police( ENSP) essaient toujours d’avaler la pilule amère de la déception et de la  frustration.

 La Rédaction

Fil infos

  • Corruption - 19 magistrats traduits en Conseil de discipline en 2020
  • Police nationale - Dotation de 550 nouveaux fusils
  • Campagne de vaccination anti-Covid-19 - Une dernière journée mouvementée
  • Fête nationale - Rappel à l'ordre nécessaire
  • Tanamasoandro - Les tracés débutent à Imerintsiatosika
  • Pont d’Ampasika - L’infrastructure menacée par l’extraction de sable
  • Examen du CEPE - Une évaluation finale avant la session officielle
  • Stade « Barea » - Le Président Andry Rajoelina réussit son pari !
  • Météo de la semaine - Température minimale à 3° Celsius pour les Hautes terres
  • Appui supplémentaire pour le Sud de Madagascar - Les Etats – Unis offrent 40 millions de dollars

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Consternation générale !
    L’Union européenne fait savoir par le biais de l’Ambassade de France qu’elle ne reconnait pas le vaccin Covishield. L’accès dans le territoire Schengen est formellement interdit à ceux ou celles qui présentent le passeport vaccinal portant le cachet Covishield. Seuls les vaccins Moderna, Pfizer, AstraZeneca et Johnson & Johnson sont accordés. Coup de bluff ou coup vache ? En tout cas, c’est la consternation générale ! Anxiété et inquiétude se mêlent dans les esprits. Madagasikara, l’un des pays ayant opté pour cet indésirable vaccin et qui vient d’achever la première phase, se trouve dans une situation d’embarras indescriptible. Evidemment, il faut s’attendre à une réaction sans détour de l’Etat malagasy. Il demande des explications à l’endroit de l’OMS et de l’UNICEF. Rappelons que Madagasikara s’inscrit dans l’initiative COVAX recommandée par les instances onusiennes ainsi que les partenaires européens. D’ailleurs, le choix a été fait en collaboration et sous la « …

A bout portant

AutoDiff