Publié dans Politique

Gouverneurs des régions - Nomination attendue cette semaine

Publié le lundi, 25 février 2019

Cette semaine pourrait être décisive. La nomination des 23 gouverneurs de région pourrait intervenir lors du prochain Conseil des ministres étant donné l’urgence de la décision. L’information se précise après l’abrogation de la nomination des 22 chefs de région la semaine passée. Désignés sous le précédent régime, ceux-ci ont été collectivement remerciés après plus de quatre années de service pour certains. Les préfets des villes chefs-lieux de région assurent l’intérim jusqu’à nouvel ordre.
En l’état actuel des choses, la modification de certaines dispositions de la loi n° 2004-001 du 17 juin 2004 relative aux régions est un impératif catégorique pour le pouvoir central. En effet, le Président Andry Rajoelina a annoncé, lors de son investiture, la création d’une vingt-troisième région de développement de Madagascar. Le prochain bébé sera issu de l’éventuelle division en deux de l’actuelle région Vatovavy-Fitovinany. Dans ce cas, la loi citée plus haut n’est pas la seule norme juridique à réviser d’urgence pour le fonctionnement normal de l’Etat et de ses démembrements suivant la nouvelle configuration à venir. Il y a, par exemple, la loi organique n° 2014-018 du 12 septembre 2014 régissant les compétences, les modalités d’organisation et  de fonctionnement des  collectivités territoriales décentralisées (CTD) ainsi que celles de la gestion de leurs propres affaires. Il est de même, entre autres, de la loi n° 2014-020 relative aux ressources des CTD, aux modalités d’élections ainsi qu’à l’organisation, au fonctionnement et aux attributions de leurs organes, de la loi n° 2014-021 du 12 septembre 2014 relative à la représentation de l’Etat et de la loi n° 2015-002 du 26 février 2015 complétant l’annexe n° 01 de la loi n° 2014-020 du 27 septembre 2014 relative aux ressources des CTD, aux modalités d’élections ainsi qu’à l’organisation, au fonctionnement et aux attributions de leurs organes et du décret n° 2015-957 du 16 juin 2015 relatif à la structure locale de concertation des CTD.

« La République de Madagascar est un Etat reposant sur un système de collectivités territoriales décentralisées composées de Communes, de Régions et des Provinces dont les compétences et les principes d’autonomie administrative et financière sont garantis par la Constitution et définis par la loi », stipule l’article 3 de la loi fondamentale. L’article 143 en complète les dispositions.
Critères exigés
 Convoité ! Tel pourrait – on qualifier le poste de gouverneurs dont la nomination approche à grands pas. Comme lors de la formation du Gouvernement, les lobbying et tractations ne sont pas inévitables. Récemment, des voix ont commencé à se faire entendre pour plaider en faveur de certaines personnalités. Parmi les noms qui circulent, celui d’un ancien ministre et prétendant à la dernière course présidentielle ou encore un ancien chef de région. En tout cas, la liste sera longue si chaque région devait proposer la ou les personnes qui convient. Quid des critères de sélection alors ? Ce qui est sûr et évident c’est que les gouverneurs devront au moins épouser la politique et l’idéologie du pouvoir c'est-à-dire l’Initiative pour l’Emergence de Madagascar (IEM). A cela s’ajoutent les critères d’intégrité, d’appartenance à chaque région concernée et bien sûr de compétence pour garantir la rapidité et la qualité des réalisations en matière de développement pour chaque région. La nomination des gouverneurs de région a suscité des débats ponctuels de la part des politiciens et des juristes. De fait, le deuxième paragraphe de l’article 143 de la Constitution prévoit que « la création et la délimitation des CTD doivent répondre à des critères d’homogénéité géographique, économique, sociale et culturelle. Elles sont décidées par la loi. » La création d’une ou des régions supplémentaires est donc conforme à la loi.
De surcroît, le Président a maintenant le pouvoir de légiférer à la suite de l’arrangement institutionnel matérialisé par la validation par l’Assemblée nationale du projet de loi déléguant le pouvoir de légiférer à celui aux commandes du pays depuis le 19 janvier dernier. Iavoloha dispose donc d’un arsenal juridique suffisamment complet pour mettre en place de nouvelles structures opérationnelles de l’Etat. Il lui reste après tout des aspects politiques et techniques pour désigner les gouverneurs. Beaucoup souhaitent que les critères techniques priment sur les considérations politiques. La ligne suivie par le sommet de l’Etat semble aller dans ce sens. Pas mal de ces nouveaux hauts responsables ont été choisis plus sur la base des compétences et de l’engagement personnel vis-à-vis de l’IEM que sur l’appartenance politique. Ceci est déjà un saut qualitatif notable dans la conduite des affaires publiques chez nous.
 M.R et S.R.

Fil infos

  • Lalatiana Rakotondrazafy Andriatongarivo - « Paul Rafanoharana n’a jamais été conseiller du Président de la HAT »
  • Menaces intérieures et extérieures - Les Forces armées derrière le Président
  • Ralaialitiana Andrianarisoa, témoin d’histoire - « La mise en cause des intérêts économiques de sociétés étrangères entraîne à chaque fois la déstabilisation du régime »
  • Tentative d’élimination physique du Président Rajoelina - « Un tel projet va à l’encontre des valeurs malagasy »
  • Cardinal Tsarahazana Désiré à Iavoloha - « Les catholiques s’opposent à la violence et l’attentat à la vie »
  • Kidnapping à Anjozorobe - Un suspect échappe de la protection des Forces et meurt lynché
  • Présidents en exercice à Madagascar - Au moins quatre attentats manqués depuis 1975
  • Conjoncture - Une inflation à surveiller de très près !
  • Tentative d'élimination physique du Président - 11 gendarmes dont 4 GSIS et deux généraux auditionnés
  • Mobilisation pour le Sud - Vers la capitalisation des ressources en eau

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Trop de princes !
    Que la triste et choquante tentative d’élimination physique de la personne du Chef de l’Etat ne nous voile pas les réalités toujours compliquées et encore difficiles vécues par les concitoyens. Qu’il nous soit permis de dresser sans état d’âme, ni complaisance ou détours le tableau qui met en relief la vie nationale vue surtout sous l’angle du train de vie des « Mpitondra Fanjakana ». Et qu’il nous soit admis également de rappeler, en toute humilité et en toute franchise, les consignes decelui à qui le peuple a confié son pouvoir et son avenir.La population vit dans une ambiance des plus tordues. Les effets délétères de la pandémie corsent tous les secteurs des activités économiques dont le tourisme qui littéralement s’agenouille. Les opérateurs attirent sérieusement l’attention des décideurs que leurs chiffres d’affaires ont baissé d’au moins 56 %. Le nombre des sans-emplois gonflent. Le coût de la vie, de son…

A bout portant

AutoDiff