Publié dans Politique

Réhabilitation et bitumage de la route Ambilobe-Vohémar - Andry Rajoelina passe à l’action

Publié le dimanche, 14 avril 2019

Du sérieux. Promise par presque tous les régimes qui se sont succédé, la réhabilitation de la route nationale 5A (RN5A) ne sera bel et bien une réalité que sous celui du Président de la République Andry Rajoelina. Les travaux ont été lancés et seront menés à termes avant la fin du mandat de l’actuel Chef de l’Etat. Longue de 151 km, cet axe reliant la Région DIANA à celle de SAVA, est impraticable surtout pendant la saison pluvieuse où les usagers vivent un calvaire au quotidien. Pour faciliter un tant soit peu la mobilité des usagers de cet axe, la réhabilitation et le bitumange de cette route est un engagement de l’actuel régime.

« Presque tous les régimes qui se sont succédé ont ambitionné de réaliser ce projet mais aucuns travaux n’ont été concrétisés jusqu’à ce jour. La réhabilitation de la RN5 dans les plus brefs délais est un défi qui apportera le développement concret dans les Régions DIANA et SAVA », a indiqué le Président de la République Andry Rajoelina. C’était samedi dernier dans le District d’Ambilobe, lors d’une rencontre avec la population locale et après le lancement officiel des travaux de réhabilitation et de bitumage de la route nationale 5A (RN5A) reliant Ambilobe et Vohémar.

D’anciens dirigeants avaient mis en scène la pose de la première pierre de la réhabilitation de cet axe stratégique, mais cela n’a pas été suivi d’actions concrètes. Le matériel et les engins déployés sur place pour les travaux étaient répartis aussi vite qu’ils sont arrivés.

Les travaux dureront 24 mois. Le projet prévoit la construction de cinq nouveaux ponts au niveau de la RN5A tandis que dix autres ponts déjà existants seront entièrement rénovés. Cette route desservira également huit Communes à savoir : Marivorahona, Ambakirano, Betsiaka, Maromokotra, Daraina, Madirobe, Ampondra et Vohémar. Au total, 1 700 000 habitants bénéficieront directement de ce projet. La réhabilitation de la RN5A est le fruit d’un partenariat gagnant-gagnant entre la Chine et le Gouvernement malagasy. Le lancement des travaux intervient quelques jours après la signature de l’accord cadre pour un financement à hauteur de 155 millions de dollars.L’entreprise chinoise

« China Road and Bridge Corporation » (CRBC) prendra en main la réalisation des travaux. Durant sa prise de parole, le président directeur général de la CRBC a tenu à rassurer la population et l’Etat malagasy. « Les travaux seront bien menés à termes dans les délais impartis et seront réalisés selon les normes requises  », a-t-il déclaré.

Durant la rencontre avec la population d’Ambilobe, le Président Andry Rajoelina a touché mot du pont de Marivorahona, détruit par les intempéries il y a deux ans. Il a déclaré que la réhabilitation de ce pont, aux normes, débutera également d’ici quelques jours. Les travaux de réhabilitation de la route reliant Ambanja à Antsiranana, quant à eux, sont prévus débuter d’ici à la fin de cette année. Outre le désenclavement des régions, qui aura des impacts directs sur le quotidien de la population, la réhabilitation des ces infrastructures stimulera également l’activité économique de ces régions, aussi bien sur le plan commercial, agricole qu’industriel. Par ailleurs, la réalisation de ces projets développera aussi les échanges directs entre les localités à fort potentialité économique et agricole. Après sa rencontre avec la population d’Ambilobe, le Président de la République Andry Rajoelina a pris le volant d’un tout-terrain pour aller constater de visu l’état de la RN5A. Un parcours lors duquel il a notamment échangé quelques mots avec certains usagers de cette route.  

La rédaction

Fil infos

  • Corruption - 19 magistrats traduits en Conseil de discipline en 2020
  • Police nationale - Dotation de 550 nouveaux fusils
  • Campagne de vaccination anti-Covid-19 - Une dernière journée mouvementée
  • Fête nationale - Rappel à l'ordre nécessaire
  • Tanamasoandro - Les tracés débutent à Imerintsiatosika
  • Pont d’Ampasika - L’infrastructure menacée par l’extraction de sable
  • Examen du CEPE - Une évaluation finale avant la session officielle
  • Stade « Barea » - Le Président Andry Rajoelina réussit son pari !
  • Météo de la semaine - Température minimale à 3° Celsius pour les Hautes terres
  • Appui supplémentaire pour le Sud de Madagascar - Les Etats – Unis offrent 40 millions de dollars

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Consternation générale !
    L’Union européenne fait savoir par le biais de l’Ambassade de France qu’elle ne reconnait pas le vaccin Covishield. L’accès dans le territoire Schengen est formellement interdit à ceux ou celles qui présentent le passeport vaccinal portant le cachet Covishield. Seuls les vaccins Moderna, Pfizer, AstraZeneca et Johnson & Johnson sont accordés. Coup de bluff ou coup vache ? En tout cas, c’est la consternation générale ! Anxiété et inquiétude se mêlent dans les esprits. Madagasikara, l’un des pays ayant opté pour cet indésirable vaccin et qui vient d’achever la première phase, se trouve dans une situation d’embarras indescriptible. Evidemment, il faut s’attendre à une réaction sans détour de l’Etat malagasy. Il demande des explications à l’endroit de l’OMS et de l’UNICEF. Rappelons que Madagasikara s’inscrit dans l’initiative COVAX recommandée par les instances onusiennes ainsi que les partenaires européens. D’ailleurs, le choix a été fait en collaboration et sous la « …

A bout portant

AutoDiff